Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2005
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2005, DASES 240 G - Autorisation à M. le Président du Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général, de signer un avenant n° 6 à la convention signée avec le GIP Samu social de Paris, fixant à 2.227.528 euros la participation du Département de Paris au budget du GIP au titre de 2005, à 30.765 euros la dotation complémentaire du Département de Paris pour l’activité de l’ ESI géré par le Samu social de Paris au titre de 2004 et à 36.000 euros la participation du Département de Paris aux travaux d’aménagement des nouveaux locaux du Samu social de Paris.

Débat/ Conseil général/ Octobre 2005


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons bientôt à la fin de nos travaux du Conseil général. Nous passons au projet de délibération DASES 240 G relatif à la signature d?un avenant n° 6 à la convention signée avec le SAMU social de Paris.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH a la parole.

Mme Marie-Thérèse ATALLAH. - Oui, merci, Monsieur le Président.

En fait, comme énoncé dans le titre, ce projet de délibération comporte deux volets concernant la participation de notre collectivité au financement du SAMU social de Paris.

Le premier volet concerne la participation au budget au titre de 2005, dont la dotation complémentaire du Département pour l?activité de l?espace solidarité insertion, et un deuxième volet qui concerne la participation en investissement aux travaux d?aménagement des nouveaux locaux du SAMU social à destination du numéro 115 et des équipes mobiles d?aide.

Je rappelle ici que ?Les Verts? ont déjà alerté en 2003 notre Assemblée sur les problèmes de dysfonctionnement du numéro 115 qui nous semblait insatisfaisant à l?époque.

Aujourd?hui, nous nous réjouissons de ce projet de délibération qui nous apprend le déménagement de la téléphonie sociale, c?est-à-dire du 115, et son installation dans de nouveaux locaux sur la commune d?Ivry.

Face à l?ampleur du mal-logement à Paris mais aussi du mal-hébergement, la question que j?ai envie de poser à Mme STAMBOULI concerne cet aménagement : est-ce que cet aménagement du 115 dans de nouveaux locaux va pouvoir aider à l?amélioration de la gestion de l?hébergement sur Paris et que les

S.D.F. qui errent dans les rues de Paris vont pouvoir le joindreplus facilement tous les jours pour trouver une place d?hébergement ?

Merci.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame ATALLAH.

Mme STAMBOULI va vous expliquer que le déménagement va améliorer la situation. Je l?espère, en tout cas.

Madame STAMBOULI, vous avez la parole.

Mme Mylène STAMBOULI, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Je tiens tout d?abord, à l?occasion de cette délibération, à remercier l?ensemble des collègues qui ont été présents tout à l?heure, en souhaitant que cette présence à ce rassemblement se traduise concrètement par des actes et ici, au sein du Conseil de Paris, par des votes sur les projets proposés par notre équipe municipale.

Vous savez que le Département de Paris est un des partenaires du SAMU social depuis sa création. Pour l?année 2005, nous proposons de voter cette subvention en augmentation liée au déménagement du 115 sur la commune d?Ivry-sur-Seine et à l?amélioration de son fonctionnement.

Les dysfonctionnements du 115 sont souvent au c?ur des débats et, encore ce matin, nous avons eu l?occasion d?entendre des usagers se plaindre des difficultés à joindre ce numéro et un agent de téléphonie au bout de ce numéro.

Ce déménagement va signifier une amélioration de l?autocommutateur du 115 qui était assez ancien, un système dépassé. Au niveau de la fluidité des appels, du nombre d?appels en attente et donc de la capacité d?avoir au bout du fil un agent de téléphonie qui puisse enregistrer cet appel, il y aura de toute évidence une amélioration. Le déménagement est prévu pour cet hiver. Je pense courant du mois prochain.

Reste un problème de fond qui n?est pas résolu uniquement par des questions de commutateur, qui est celle du nombre de places proposées par le SAMU social, du nombre d?agents de téléphonie au bout du fil et de la qualité des réponses qui sont apportées.

Là-dessus, je dirais que je ne suis pas totalement rassurée et qu?au sein du Conseil d?administration du SAMU social, Gisèle STIEVENARD et moi-même, nous nous ferons le relais des interrogations qui demeurent sur le dispositif de veille sociale parisien et les difficultés structurelles qu?ont des personnes sans domicile, qui le demandent, à obtenir un hébergement lorsqu?elles sont à la rue.

Sur ce plan, autant le Département participe financièrement à l?amélioration de l?outil qui va nous permettre aussi de connaître mieux la demande et les appels qui arrivent vers ce centre de téléphonie, autant demeurera un problème de fond qui est un problème qui relève de l?Etat et du dispositif d?hébergement national.

Malgré tout, pour notre part, nous augmentons notre participation au SAMU social, puisque, pour l?année 2005, cette participation est de 2.304.630 euros au lieu de 2.097.610 euros en 2004. Cela signifie une hausse de 9,8 % et cela correspond à une part du budget du SAMU social de 13,3 %.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Madame STAMBOULI, pour ces réponses très claires.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 240 G.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2005, DASES 240 G).