Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juillet 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche relatif au maintien du centre d'hébergement d'urgence, à destination des jeunes femmes de 18 à 25 ans de l'APASO (Croix Rouge Française).

Débat/ Conseil général/ Juillet 2010


 

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Nous passons à l'examen de la proposition de v?u référencée n° 2 G dans le fascicule, déposée par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, relative au maintien du centre d'hébergement d'urgence, à destination des jeunes femmes de l'APASO (Croix Rouge Française).

La parole est à Mme Danielle SIMONNET, pour une minute.

Mme Danielle SIMONNET. - C'est forcément très dur de se limiter à une minute pour aborder un sujet aussi préoccupant.

Il s'agit de la fermeture du centre d'hébergement d'urgence de l'antenne de premier accueil social et d'orientation APASO de la Croix Rouge Française, situé dans le 14e arrondissement.

Il faut savoir que ce centre pouvait accueillir 17 jeunes femmes de 18 à 25 ans en rupture familiale et d'hébergement, sans aucune condition ni de revenus ni administrative.

Il vient de fermer ses portes, parce que l'Etat a arrêté de le financer. Cette année, consacrée aux violences faites aux femmes, le Gouvernement décide donc de fermer la seule structure sur Paris d'hébergement d'urgence, sans condition, des femmes qui se retrouvent à la rue.

Ces situations de précarité vécues par ces jeunes femmes, qui se retrouvent sans domicile, le plus souvent pour des raisons de violence familiale, les exposent aux violences de la rue, au risque de la prostitution et de l'exploitation, particulièrement parce que ce sont justement des femmes et parce qu'elles sont jeunes.

A travers ce v?u, nous souhaitons que le Maire de Paris demande à la Préfecture de Paris le maintien des subventions de la Croix Rouge Française, afin que le centre d'hébergement d'urgence de l'APASO puisse rester ouvert toute l?année, et qu'une réunion de travail soit organisée avec les responsables de la Croix Rouge Française et de l?APASO, afin de réfléchir aux possibilités de rendre cette structure pérenne.

Je vous remercie.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Madame TROSTIANSKY, vous avez la parole pour répondre à Mme SIMONNET.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Madame la Présidente, comme le rappelle Mme SIMONNET, l'antenne de premier accueil social et d'orientation APASO de la Croix Rouge a ouvert un centre d'hébergement provisoire en novembre 2008, dans l'enceinte de l'hôpital Broussais.

Compte tenu des besoins que vous avez très justement décrits, le centre provisoire, alors créé pour renforcer le dispositif hivernal, est vite devenu incontournable dans la prise en charge des jeunes femmes en errance.

La disponibilité des locaux et la qualité du travail de l?APASO avait, par ailleurs, amené le Rectorat, qui a la jouissance de ce bâtiment, à accepter la poursuite de cette action de solidarité jusqu'en septembre 2009.

Nous sommes conscients que ces jeunes filles, victimes de violences conjugales pour certaines, intrafamiliales pour d'autres, et en situation de rupture sociale, nécessitent une attention particulière et un accueil adapté.

A ce titre, nous avons retenu, dans le cadre de l'appel à projet innovant, un projet d'hébergements porté par "SOS Habitat et soins", qui développe des réponses supplémentaires en direction de ce public, selon des modalités d'accueil et d'accompagnement bien spécifiques.

Madame la Présidente, je ne cesse d'alerter l'Etat sur la nécessité de pérenniser les places créées dans le cadre du plan hivernal, et notamment celles de l?APASO.

Mais la dureté des consignes du Secrétaire d'Etat, M. APPARU, à propos de la fermeture de l'ensemble de ces places d'hébergement, engendre la situation catastrophique de remise à la rue de plus de 500 personnes, dont ces jeunes femmes pourtant suivies par l'association depuis plus d'un an et demi.

Il m'apparaît donc essentiel que nous puissions avec l'Etat unir nos efforts pour que chaque place fermée soit compensée, et vous pouvez compter sur notre détermination à poursuivre ces négociations.

Mes chers collègues, je souhaite donner un avis favorable à ce v?u.

Mme Gisèle STIEVENARD, présidente. - Merci.

Je mets aux voix, à main levée, la proposition de v?u déposé par le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, assortie d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

La proposition de v?u est adoptée. (2010, V. 30 G).