Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

58 - QOC 96-112- Question de M. Patrick TRÉMÈGE et des membres du groupe "Paris-Libertés" à M. le Préfet de police au sujet du quartier des Olympiades (13e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 1996




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- Nous passons à une autre question orale de M. TRÉMÈGE au sujet du quartier des Olympiades (13e).
Elle est adressée à M. le Préfet de police en ces termes :
"Ce quartier, auquel la Municipalité parisienne consacre attention et efforts, rencontre de sérieux problèmes de sécurité que la vigie des Olympiades ne résout que partiellement.
Aussi, M. Patrick TRÉMÈGE et les membres du groupe "Paris-Libertés" demandent-ils à M. le Préfet de police de bien vouloir examiner la faisabilité d'un tout autre îlotage plus conséquent, d'une part, et davantage axé sur le terrain, d'autre part.
Il apparaît en particulier nécessaire que des actions spécifiques aient lieu sur la dalle durant les fins de semaine et la nuit."
La parole est à M. le Représentant du Préfet de police.

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE.- La physionomie générale de ce secteur sensible de la Capitale particulièrement suivi par les services de police m'amène à en rappeler certaines caractéristiques de nature à expliquer la nécessaire et constante adaptation de l'action policière qui y est menée depuis plusieurs années.
Ce secteur édifié entre 1969 et 1977 est un espace privé ouvert à la circulation publique composé de 2 voies souterraines et de la dalle proprement dite d'une superficie de 25.000 mètres carrés environ, sur laquelle sont implantés 14 bâtiments à usage locatif, de 3 à 35 étages, de nombreux commerces, une crèche, 3 écoles et un complexe sportif.
La population habitant la dalle est évaluée à près de 20.000 personnes disposant de 3.000 places de parking réparties dans 6 parcs de stationnement implantés sur plusieurs niveaux.
L'accessibilité à la dalle est totale depuis les nombreuses artères qui la ceinturent ; elle s'effectue par l'intermédiaire d'escaliers fixes ou mobiles, de type escalator et par des rampes pour handicapés.
La configuration du site, ainsi brièvement rappelée, constitue parfois un obstacle aux interventions des différents services de police appelés à y intervenir.
Toutefois, en dépit des difficultés rencontrées, l'action des forces de police demeure constante et particulièrement soutenue dans le quartier et des résultats notables ont dejà pu être obtenus depuis le début de l'année.
C'est ainsi que le 12 janvier dernier, les fonctionnaires de la 5e division de la Police judiciaire, avec l'assistance des effectifs de la sécurité publique, ont procédé à une opération au cours de laquelle 25 personnes ont fait l'objet de contrôles d'identité. A cette occasion, 3 personnes ont été interpellées pour détention de stupéfiants et mises à la disposition du parquet.
Le 17 janvier 1996, les surveillances et filatures effectuées par les officiers de l'unité de recherches du 13e arrondissement ont également permis l'interpellation et la présentation au Parquet d'un individu se livrant à la vente de produits stupéfiants.
D'autres opérations de ce type ont été, par la suite, menées sur le site par les effectifs de la sécurité publique (les 18, 20, 22, 23 et 24 janvier notamment) et par ceux de la Brigade anti-criminalité qui, les 24 et 26 janvier dernier, interpellaient 2 revendeurs de produits stupéfiants sur la dalle des Olympiades
L'effort engagé sur cet ensemble immobilier est poursuivi et même renforcé puisque, depuis le début de l'année 1996, des sections de compagnie de district sont mises à la disposition de la sécurité publique afin de continuer à réaliser des opérations de sécurisation sur le secteur.
En outre, le passage quotidien des îlotiers et des effectifs affectés à la vigie des Olympiades située 44, avenue d'Ivry, est renforcé par des contrôles systématiques conduits par les équipes de la Brigade anti-criminalité qui participent également à des actions organisées conjointement avec les services de la police judiciaire.
L'arrondissement bénéficie, de ce fait, d'une présence policière aussi soutenue que possible, et d'un dispositif de sécurité qui ne manquera pas d'être adapté en fonction de l'évolution constatée de la physionomie de la dalle des Olympiades.
J'ajoute, à ce propos, que l'intervention sur la dalle des Olympiades d'équipes de l'unité cynophile devrait prochainement compléter ce dispositif, et qu'un projet d'action préventive destiné aux jeunes mineurs non délinquants en voie de marginalisation du quartier est en cours d'élaboration.
Cet ensemble de mesures devrait ainsi permettre d'amplifier l'action de prévention et de sécurisation activement menée sur ce site sensible dont il convient de restaurer sans délai la physionomie.

II- Questions du groupe du Mouvement des citoyens.