Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

111 - QOC 96-100- Question de Mme Laure SCHNEITER, élue du Mouvement écologiste indépendant, à M. le Maire de Paris au sujet des nuisances sonores créées par les installations du stade Jean-Mourlon (15e).

Débat/ Conseil municipal/ Février 1996




M. Gérard LEBAN, adjoint, président.- La question suivante de Mme Laure SCHNEITER est adressée à M. le Maire de Paris en ces termes :
"Les installations de basket-ball, et non celles de tennis, du stade Jean-Mourlon, situées juste au-dessous de la tour "Reflets", 15, rue Robert-de-Flers (15e), créent des nuisances sonores très pénibles, en particulier pour les étages inférieurs de la tour : dribble des ballons sur le sol, résonance des chocs sur les piliers métalliques où sont fixés les paniers, cris des jeunes, etc.
Ces nuisances sont particulièrement insupportables aux périodes d'horaires d'été et durent désormais jusqu'à 22 heures.
Les résidants comprennent que les jeunes aient besoins d'installations sportives, mais demandent :
- l'arrêt impératif du basket-ball à 20 heures ;
- le respect strict des horaires du stade et une meilleure surveillance des accès en dehors de ces horaires ;
- le déplacement de l'activité de basket-ball vers la rue Emeriau, où les nuisances seraient moins gênantes.
A défaut de ces mesures, seule la construction d'un préau avec isolation phonique offrirait une solution à ce problème.
Cela prouve, une fois de plus, qu'il faut des espaces différents pour les habitations et les équipements et terrains de sport, aérer le tissu urbain au lieu de bourrer les terrains.
Mme Laure SCHNEITER demande à M. le Maire de Paris quelles mesures il compte prendre pour remédier à cette situation."
Je vous communique les éléments de réponse, au lieu et place de M. Dominique CANE, adjoint.
Le centre sportif Mourlon comprend trois installations de tennis et trois terrains de basket. Deux de ces terrains de basket se trouvent effectivement situés en contrebas de la tour Reflet, le troisième près de la rue Emeriau.
Il arrive cependant, particulièrement en été, que des jeunes occupent en soirée, sans qu'une concession officielle ne leur soit attribuée, les terrains de basket pour y pratiquer librement cette discipline.
Il y a là un phénomène qu'il est difficile d'empêcher, du fait de l'accessibilité aisée des terrains de plein air du centre, situés en contrebas des rues piétonnes ou de petits jardins publics. Il ne suffit pas de décréter l'arrêt de l'utilisation à 20 heures, ni même d'interdire l'accès, car un espace sportif vide conduit inévitablement à l'utilisation incontrôlée par des jeunes.
De plus, cette occupation n'a pas donné lieu jusqu'à présent, à des incidents ou à des dégradations, à l'exception bien entendu, du bruit. Elle permet au contraire, à ces jeunes de combler leur désoeuvrement. Interdire cette pratique libre du basket risquerait donc de conduire à des désordres beaucoup plus importants pour le voisinage.
Il faut donc avoir face à ce phénomène, une attitude souple, tout en évitant bien entendu, les nuisances sonores pour les riverains. Un effort sera donc fait pour orienter cette activité à l'endroit du centre sportif le plus éloigné des immeubles d'habitation.