Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 1996
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

15 - 1996, D. 166- Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché d'études pour la réalisation de divers travaux pour la mise en conformité du stade du Parc-des-Princes (16e) en vue de l'obtention de son homologation pour la Coupe du monde 1998.

Débat/ Conseil municipal/ Février 1996




M. LE MAIRE DE PARIS.- Nous passons à l'examen des affaires sur lesquelles des conseillers se sont inscrits.
Tout d'abord, nous commençons nos travaux par le projet de délibération D. 166 relatif à la réalisation de divers travaux pour la mise en conformité du stade du Parc-des-Princes (16e).
Monsieur BLOCHE, vous avez la parole.

M. Patrick BLOCHE.- Monsieur le Maire, le groupe socialiste a souhaité que j'intervienne en son nom sur le projet de délibération concernant l'approbation des modalités de passation d'un marché d'études en vue de la réalisation de divers travaux pour la mise en conformité du stade du Parc-des-Princes.
Je serai bref d'autant plus que nous avons déjà eu un débat sur le sport ce matin, au cours duquel j'ai eu l'occasion de dire que nous trouvions nécessaire ces travaux car effectivement un certain nombre de matches de la Coupe du monde de football de 1998 vont se tenir au Parc-des-Princes.
Le coût total est de 45 millions de francs. Nous avons noté que l'Etat interviendra à hauteur de 14 millions, et il nous est proposé aujourd'hui d'approuver un marché pour une étude se montant à 3,5 millions T.T.C.
Nous avons été surpris, nous vous l'avouons, du choix de l'architecte qui sera chargé de cette étude, à savoir M. TAILLIBERT.
Il parait a priori logique que soit choisi celui qui a conçu le Parc-des-Princes. Néanmoins, il reste que cet architecte a trop souvent l'habitude de ne pas respecter les délais et surtout de multiplier par deux les frais initialement prévus.
Nous craignons de ce fait quelques dérives et que vous nous soumettiez dans quelque temps un avenant qui viserait à augmenter le coût de l'étude.
Nous considérons donc ne pas avoir, aujourd'hui, de garanties suffisantes. Ainsi, dans un souci d'économie et de bonne gestion, nous voterons contre ce projet de délibération concernant cette étude.

M. LE MAIRE DE PARIS.- Merci.
Monsieur CANE, vous avez la parole.

M. Dominique CANE, adjoint, au nom de la 4e Commission.- Merci, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, parmi les 9 candidatures reçues à la suite de l'appel à la concurrence paru dans le Bulletin municipal officiel du 26 décembre 1995, celle de Roger TAILLIBERT a été choisie par la Commission.
Outre le stade du Parc-des-Princes livré en 1972, cet architecte a réalisé beaucoup d'autres équipements sportifs de grande ampleur, dont le stade olympique de Montréal en 1976 et le stadium de Bordeaux.
Les travaux prévus au Parc-des-Princes incluant notamment une reprise des structures, il est souhaitable de faire appel à son concepteur, tant pour des raisons techniques et de connaissance des installations que pour des raisons de propriété artistique.
Enfin, au plan juridique, la responsabilité trentenaire de l'architecte restera une, sans superposition avec celle d'un autre maître d'oeuvre.
S'agissant du programme et du respect des coûts, il est à noter que ce programme est parfaitement défini, et il a été mis au point en liaison avec les instances nationales et internationales.
Le montant des honoraires du maître d'oeuvre a été établi sur ces bases, et le marché stipule que tout dépassement sera l'objet de pénalités conséquentes, conformément aux dispositions de la loi M.O.P. Les pénalités s'élèveront à 12 % du montant des travaux situés au-delà des objectifs du marché. Je peux donc vous affirmer, mon cher collègue, qu'il n'y aura pas de dépassement.
Merci.

M. LE MAIRE DE PARIS.- Merci, Monsieur CANE.
Je mets aux voix, à main levée, ce projet de délibération.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté à la majorité, Mme SCHNEITER n'ayant pas pris part au vote, le groupe socialiste et apparentés, Mmes SILHOUETTE, SCHERER, BILLARD et M. BLET ayant voté contre. (1996, D. 166).