Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DEVE 172 - SGRI 87 - Signature de la Convention des Maires (Covenant of Mayors) sur le changement climatique.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2008


 

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Mes chers collègues, nous examinons le projet de délibération DEVE 172 - SGRI 87 relatif à la signature de la Convention des Maires (Covenant of Mayors) sur le changement climatique.

Je donne la parole à Danielle FOURNIER.

Mme Danielle FOURNIER. - Ce projet de délibération s'inscrit dans un cadre bien plus large évidemment.

Je voudrais rappeler quelques dates, notamment le 29 janvier de cette année lorsque la Commission européenne a proposé que les villes européennes s'unissent pour porter plus loin la dynamique qui avait déjà été lancée en mars 2007, lorsque l'engagement avait été pris de réduire les émissions de CO2 de 20 % d'ici 2020, grâce à l'augmentation de l'efficacité énergétique mais aussi grâce à la production d'énergie à partir de sources renouvelables.

Il est vrai que ce sont les villes et les communes qui sont responsables directement ou indirectement de plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre qui viennent de consommation d'énergie liée à l'activité humaine.

Aussi, il nous semble que l'échelon local, celui des villes, de la commune, celui qui est le plus proche des citoyens, doit être pionnier en la matière et doit montrer l'exemple.

C'est pourquoi nous nous félicitons que la Ville de Paris signe la Convention des Maires sur le changement climatique.

Je souhaite rappeler une autre date : celle du vote du Plan Climat en 2007 dont les ambitions sont d'ores et déjà plus importantes que celles du Conseil européen et de la Convention des Maires qui va être signée.

D'ailleurs, on peut dire que la mise en place d'actions est plus avancée à Paris : on se souvient des récentes journées de l'énergie et du développement durable qui ont été organisées fin octobre et qui ont été un vrai succès.

Nous espérons que Paris jouera un rôle moteur au sein de cette conférence des Maires pour promouvoir et mettre en place une Europe de l'énergie durable que le partage d?expériences permettra d'atteindre et de dépasser les objectifs en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de diminution de la consommation et d'utilisation des énergies renouvelables.

C'est sur ce rôle pionnier de Paris que l'on peut peut-être avoir quelques éclairages.

Je vous remercie.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Pour vous répondre, je donne la parole à Denis BAUPIN.

M. Denis BAUPIN, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Merci, Madame FOURNIER, pour votre intervention.

En effet, cette Convention des Maires est un engagement que signe sans difficulté la Ville de Paris puisque, en fait, les engagements qui sont compris dans cette convention sont déjà dans le Plan Climat de la Ville.

Si on l?a déjà décidé, pourquoi signer la Convention ? Evidemment pour s'inscrire dans un mouvement plus global de villes européennes, non seulement parce qu'il y a un effet d'entraînement important entre les villes mais aussi parce que l'année 2009 va être une année cruciale en matière de négociation sur le dérèglement climatique.

Aujourd'hui, on constate que, dans beaucoup d'endroits, ce sont les villes et les gouvernements locaux qui font pression sur les Etats. On connaît évidemment la situation des Etats-Unis pour lesquels, pendant de nombreuses années - c?est peut-être en train de changer maintenant heureusement -, ce sont les villes et les Etats qui ont été à la pointe du combat contre le dérèglement climatique alors que l'Etat fédéral ne voulait surtout rien faire.

Cette situation n'est pas propre aux Etats-Unis, dans beaucoup d'autres endroits ce sont les territoires locaux qui sont les plus actifs.

Vous avez rappelé notre responsabilité, les villes regroupent plus de 50 % la population mondiale et émettent plus de 70 % des gaz à effet de serre.

Il est extrêmement important que nous nous regroupions pour faire pression en 2009 et, d'ores et déjà, à Copenhague, en parallèle de la conférence des Etats, est en passe d?être organisé un sommet des villes qui permettra à la fois de rappeler ce que les villes font déjà, de demander que les Etats prennent des engagements dans la suite des accords de Kyoto qui soient à la hauteur de ce que disent aujourd'hui les scientifiques du groupement international des experts sur le climat, à savoir que la situation est extrêmement grave et qui, en plus, s'engagent à mettre en ?uvre dans leur propre pays des réglementations, des législations qui permettent aux villes qui ont envie d'aller le plus loin possible de ne pas être entravées par des réglementations parfois très complexes.

C'est ce que l'on peut constater au quotidien lorsque l?on veut mettre en ?uvre le Plan Climat parisien : sur beaucoup de dispositifs, des réglementations qui n'ont pas été prévues en conséquence pour aider à lutter contre le dérèglement climatique se retrouvent à entraîner des effets pervers et donc des obstacles.

On va d'ailleurs l'évoquer dans quelques instants par d'autres projets de délibération.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DEVE 172 - SGRI 87.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DEVE 172 - SGRI 87).