Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 511 - Signature d'un contrat de transaction avec la société Orange Business Services online mutimedia-CVF SA, permettant l'indemnisation du préjudice subi du fait du non paiement d'une facture de 8291,66 euros correspondant au coût d'exploitation de la cabine téléphonique de Sophie CALLE, installée sur le parcours artistique du tramway des maréchaux Sud.

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2008


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Petit retour en arrière, Madame Hélène MACÉ de LÉPINAY, pour examiner le projet de délibération DAC 511 relatif à la signature d'un contrat de transaction avec la société Orange Business Services online mutimedia-CVF SA, permettant l'indemnisation du préjudice subi du fait du non paiement d'une facture de 8291,66 euros correspondant au coût d'exploitation de la cabine téléphonique de Sophie Calle, installée sur le parcours artistique du tramway des maréchaux Sud.

Madame Hélène MACÉ de LÉPINAY ?

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire, de votre extrême gentillesse.

Monsieur le Maire, vous nous demandez l'autorisation de payer une facture de 8.991,66 euros à la société qui exploite la cabine téléphonique, ?uvre majeure du parcours artistique d?accompagnement du tramway, ?uvre commune de Sophie CALLE et Franck GEHRY qui orne le Pont du Garigliano où, mes chers collègues, le tramway ne passe pas.

Cette cabine téléphonique, installée dans la précipitation à la veille de l'inauguration du tramway, continue de faire parler d'elle.

Je vous rappelle mes chers collègues qu?en juillet 2007 vous aviez donné, sans nous, l'autorisation au Maire de Paris de signer un avenant au contrat initial, d'abord parce que la rémunération de l'artiste ne lui paraissait pas suffisante, ensuite parce que la prise en compte des coûts d'enregistrement par une société prestataire n'avait pas été prévue, enfin parce que Sophie CALLE voulait que le contrat précise qu?elle pouvait disposer à sa guise des enregistrements des conversations pour créer une ?uvre ultérieure.

Aujourd'hui, nous apprenons que Sophie CALLE a attendu six mois avant de passer le premier appel, que la Ville n?a pas payé le prestataire pendant un an et qu'il avait été choisi sans consultation.

Outre ces dysfonctionnements, il faut dénoncer le coût de cette affaire. Contractuellement, Sophie CALLE doit passer cinq appels par semaine pendant trois ans jusqu'au 31 décembre 2009, soit 781 appels.

L?abonnement étant de 600 euros par mois, cela ne laisse pour 11 mois de fonctionnement qui viennent de s'écouler que 32,83 euros de communication, ce qui tend à prouver que Sophie CALLE ne trouve que rarement un passant pour répondre à ses appels.

Ma collègue, Ghislène FONLLADOSA, rapporteure de ce projet de délibération au Conseil du 15e arrondissement a calculé que l'abonnement devait encore coûter 10.500 euros jusqu'à la fin de 2009.

Comme l?oeuvre a déjà coûté 278.000 euros, je vous invite à y ajouter la facture d'aujourd'hui et celle que nous allons devoir payer en 2009, pour apprécier approximativement ce qu?elle aura coûté aux Parisiens.

Et encore, je ne parle pas des factures d'entretien dont nous n'avons aucune idée alors que l??uvre fréquemment taguée a dû être repeinte plusieurs fois, ni de la facture de l'éclairage.

Je ne prends pas en compte non plus le coût de dépose de l'oeuvre à l'issue du contrat ou de son déplacement que Christophe GIRARD envisage. La cabine téléphonique aura été un gadget coûteux, et encore il faut louer aujourd'hui la générosité de la société C.V.F. qui renonce aux intérêts moratoires qu?elle aurait été fondée à réclamer.

Cette histoire illustre la légèreté et la précipitation avec laquelle la Ville a agi lors de l'installation des ?uvre du parcours artistique du tramway. On hésite entre le rire et les larmes ! Souhaitons, mes chers collègues, que des leçons soient tirées pour l'avenir.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

La parole est à M. Christophe GIRARD pour vous répondre.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - J'ai beaucoup regretté d'abord que Mme MACÉ de LÉPINAY soit sortie au moment du vote du voeu sur le 15e arrondissement qu'avait si bien défendu ma collègue Colombe BROSSEL, ce qui fait que nous avons fait du rétropédalage sur cette inscription car vous n'y étiez pas.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Ce n'est dû qu?à mon indulgence.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Votre grandeur et votre générosité vous honorent.

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Je suis très souvent présente.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - C?est vrai, vous êtes toujours là, mais dans ce cas c?était triste parce que vous étiez la seule avec M. Claude GOASGUEN et que la salle était vide. Et Mme DOUVIN.

Pour revenir à l'oeuvre de Sophie CALLE, Hélène MACÉ de LÉPINAY, nous n?allons pas utiliser la langue de bois.

Cette ?uvre imaginée par Sophie CALLE avec l?architecte Franck GEHRY qui n?est pas tout à fait un débutant? Plaît-il ?

M. Yves POZZO di BORGO. - Ce n'est pas le perroquet.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - N'ayez pas peur.

Vous n'aurez pas de frayeur, c'est de l'art contemporain, beaucoup plus abordable et qui fait moins peur.

Et Franck GEHRY donc, qui n?est pas le moindre des architectes, comme vous le savez, a été installée sur le Pont du Garigliano dans le cadre du parcours artistique du tramway des Maréchaux sud.

Je partage tout à fait l'opinion de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, en effet, ce n'est peut-être pas le meilleur emplacement, il y passe très peu de monde et en effet, le fonctionnement paraît très aléatoire.

Je regrette qu'il y ait dans le 15e arrondissement quelques vandales qui viennent apposer ici ou là des graffitis, comme quoi la racaille se déplace.

Le présent projet de délibération a pour objet l'indemnisation de la société C.V.F., filiale d'Orange pour le multimédia.

La société A.P.C., Art Public Contemporain, maître d?ouvrage délégué de l?intervention artistique sur le tramway des Maréchaux sud avait signé un contrat de prestation de service avec la société C.V.F. pour l'exploitation du système de la cabine de Sophie CALLE, ces prestations comprenaient le système de réception des appels ainsi que leur enregistrement.

La Ville, je le regrette, n'avait pas été informée de la signature d'un tel contrat. Une fois le contrat qui liait la Ville à la société A.P.C. terminé, la Ville n'a pas pu prendre le relais et rémunérer la société C.V.F. pour ses prestations en raison du défaut d'information.

Il s?agit donc de payer à C.V.F. le service rendu, une procédure d'appel d'offres est actuellement en cours pour la poursuite de cette prestation. Dans l?attente de l?issue de cet appel d'offres, la Ville a prolongé la mission de C.V.F. pour ne pas provoquer d'interruption du service.

J'ai proposé, vous le savez Hélène MACÉ de LÉPINAY, que cette cabine puisse être déplacée car c'est une oeuvre créée par Franck GEHRY, qui devait être animée par Sophie CALLE, mais qui aurait toute sa place ailleurs dans Paris.

La proposition a été faite et les services de la Ville qui sont là tous réunis aujourd'hui, la Directrice des Affaires culturelles est là, vont procéder sans doute à un déplacement si le Maire le veut bien.

Je regrette beaucoup et je ne vous le cache pas, Madame Hélène MACÉ de LÉPINAY, que le seul maire d'arrondissement avec lequel j'ai des difficultés est Philippe GALY, c?est le seul avec lequel on ne peut discuter d'aucun projet.

Rien n'est accepté de ce que nous voulons faire.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il n'est plus Maire.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - C'est avec lui que je discute.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Il s?agit de M. Philippe GOUJON.

M. Christophe GIRARD, adjoint, rapporteur. - Autant pour moi.

Si vous pouviez être mon messager auprès de M. GOUJON ?

Merci beaucoup.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 511.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 511).

Je laisse la présidence à mon collègue Jean VUILLERMOZ.

(M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, remplace M. Pierre SCHAPIRA au fauteuil de la présidence).