Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2008
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2008, DAC 666 - Signature d'un avenant à la convention d'occupation du domaine public passée avec la SAS Art Zones concernant l'établissement dénommé "La Librairie de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris" situé 24, rue Pavée (4e).

Débat/ Conseil municipal/ Décembre 2008


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous allons examiner le projet de délibération DAC 666 relatif à signature d'un avenant à la convention d'occupation du domaine public passé avec la S.A.S. Art Zones, concernant l'établissement dénommé "La Librairie de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris" située 24, rue Pavée.

Je donne la parole à Mme MACÉ de LÉPINAY

Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY. - Merci, Monsieur le Maire.

Ce projet de délibération concerne donc la Librairie de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris et on peut le rapprocher de deux autres projets de délibération : le DAC 630, qui concerne la librairie du Petit Palais, et le DAC 664, qui concerne la libraire du musée Carnavalet.

Ces projets de délibération sont pris in extremis pour éviter la fermeture des librairies de ces institutions puisque le renouvellement de la convention avec Paris Musées ne prévoyait pas, à son origine, l'exploitation des librairies.

Il se trouve donc qu'un peu plus, les librairies fermaient le 31 décembre.

Je me réjouis que cette convention nous soit soumise aujourd'hui et que les librairies du Petit Palais et du musée Carnavalet puissent continuer. Dans le projet de délibération DAC 666, il est intéressant de voir que la convention est renouvelée seulement jusqu'à la fin de l'exposition Plantu, c'est-à-dire jusqu'à la fin du mois de février 2009.

Cela veut dire, mes chers collègues, qu'au mois de février 2009, la Librairie de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris va purement et simplement fermer.

Je tenais à attirer l'attention de notre Assemblée sur ce fait. La Bibliothèque Historique de la Ville de Paris est un haut lieu de l'histoire de notre Ville. Elle a une librairie extrêmement bien achalandée, très pointue et qui contient beaucoup d'ouvrages scientifiques que l?on ne peut pas trouver partout. Je trouve extrêmement grave qu?au détour de ce projet de délibération qui passe comme cela en douce, la Librairie de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris soit fermée.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je donne la parole à Mme Colombe BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, au nom de la 9e Commission. - Nous sommes quand même dans le paradoxe : nous sommes en train de parler d'un projet de délibération proposé à l'ensemble des élus du Conseil de Paris et on nous parle de projet passé en douce, de projet pas montré, de volonté de passer discrètement sur des éléments.

Je ne connais pas de façon plus démocratique d'informer les élus des projets de la Ville que de faire passer des délibérations en Conseil de Paris.

Halte à la paranoïa pendant au moins deux secondes : cela ne nous fera pas de mal. Les conventions de ces bibliothèques arrivaient à échéance, comme je vous l?ai d'ailleurs expliqué en neuvième commission. En effet, dans le cadre de la transparence, je vous ai déjà tenu ces propos, Madame MACÉ de LÉPINAY, vous le savez, donc ne faites pas semblant de découvrir des choses en séance du Conseil de Paris.

Ces conventions arrivaient à échéance, il faut un peu de temps parce que nous avons été dans une année de changements, notamment électoraux et il n'est pas totalement illégitime que les nouveaux adjoints aient parfois quelques projets sur les délégations qu'ils ont la responsabilité d'animer, que nous puissions prendre du temps pour construire ces projets et justement pas pour passer en force.

Oui, nous proposons aujourd'hui à l'ensemble des élus des avenants qui permettent de continuer le fonctionnement de ces librairies.

Non, il n'y a pas de volonté de passage en force, rassurez-vous, personne n?aurait laissé fermer les librairies du Petit Palais et de la B.H.V.P. sans prévenir qui que ce soit.

Non, nous n'avons pas frôlé une catastrophe industrielle avec la fermeture de ces établissements, mais oui, nous avons besoin de temps pour construire de nouveaux projets et particulièrement pour la Librairie de la Bibliothèque Historique de la Ville de Paris, qui a certaines particularités. L?une d?entre elles étant qu?elle est aujourd'hui largement déficitaire, ce qui de mon point de vue nécessite que nous retravaillons un projet, parce que je ne vois pas en vertu de quoi nous continuerions un dispositif s'il est structurellement déficitaire, et oui, je revendique le choix de pouvoir travailler à construire un projet avec des concessionnaires qui nous permettent d'avancer sur la gestion mais également sur le projet. Et donc, oui, nous allons travailler sur ce sujet et non, il n'y aura pas de fermeture au 31 décembre sans que les élus en soient informés.

Je vous rassure évidemment là-dessus.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 666.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2008, DAC 666).