Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

63 - QOC 2000-560 Question de Mmes Michèle BLUMENTHAL, Maryse LE MOEL, M. Bertrand DELANOË et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur les retards pris dans l'exécution de travaux dans certaines écoles

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2000


Libellé de la question :
"Depuis plusieurs années, à l'occasion de la rentrée scolaire, on constate que de nombreux travaux prévus et budgétés n'ont pas été réalisés dans les délais impartis, dans les écoles de nombreux arrondissements parisiens.
Ce phénomène regrettable semble propre aux écoles ; aussi, peut-on se poser des questions quant à la pertinence de l'actuelle organisation des services chargés du suivi des travaux dans les établissements scolaires (sections locales d'architecture)."
Réponse (M. Vincent REINA, adjoint) :
"Tout chantier à conduire en milieu scolaire nécessite bien évidemment des précautions particulières de sécurité.
En outre, leur réalisation entraîne inévitablement de nombreuses "nuisances", notamment sonores, incompatibles avec l'organisation d'activités scolaires.
C'est pourquoi la plupart des travaux doit être programmée pendant la période des vacances d'été, la durée des petites vacances scolaires s'avérant insuffisante.
La concentration de travaux à réaliser dans les équipements scolaires durant les vacances d'été implique naturellement des difficultés de tous ordres.
Cette année, les travaux de réparation des dégâts de la tempête du 26 décembre 1999 se sont ajoutés aux opérations programmées, et ont lourdement pesé sur les plans de charge, puisque le nombre total d'opérations s'est accru de ce fait de plus de 50 %.
En outre, depuis plusieurs années, comme toutes les collectivités, la Ville de Paris se trouve confrontée à des difficultés d'ordre conjoncturel.
L'évolution de la conjoncture et des prix dans le bâtiment a conduit à la multiplication des appels d'offres infructueux, notamment due à l'absence de réponses d'entreprises, également confrontées à la lourdeur et la complexité croissante des procédures.
Enfin, les défaillances d'entreprises sont malheureusement fréquentes et leurs répercussions sur la réalisation des travaux non maîtrisables dans le respect des délais initiaux.
La Municipalité se préoccupe de cette situation et s'efforce de limiter l'ampleur de ces décalages par une programmation le plus en amont possible des opérations, dans le cadre d'une concertation approfondie avec les Maires d'arrondissement."