Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

34 - 2000, DPA 286 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, dans l'hypothèse où l'appel d'offres serait déclaré infructueux, en vue de la réalisation des travaux d'extension de la bibliothèque Parmentier (11e), et de déposer les demandes de permis de démolir et de construire correspondantes

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2000


M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 286 autorisant M. le Maire de Paris à signer un marché sur appel d'offres ou un marché négocié, dans l'hypothèse où l'appel d'offres serait déclaré infructueux, en vue de la réalisation des travaux d'extension de la bibliothèque Parmentier (11e), et de déposer les demandes de permis de démolir et de construire correspondantes.
Mme MOREAU a la parole.
Mme Soizik MOREAU. - Monsieur le Maire, mes chers collègues, si l'ouverture en 1993 de la bibliothèque Parmentier a été la bienvenue, sa superficie de 800 mètres carrés s'est vite révélée trop exiguë pour la demande des usagers. Aussi nous nous félicitons de ce projet de délibération et nous voterons favorablement la demande d'approbation du principe de réalisation des travaux d'extension de cet établissement. Je profite de ce projet de délibération pour attirer votre attention sur la gestion des bibliothèques municipales qui, à notre avis, manque d'une vision globale suffisamment cohérente tant dans les moyens que dans les objectifs.
Le premier point noir est la régression constatée depuis plusieurs années du budget. Prenons l'exemple de celui des acquisitions qui n'a guère évolué de 1991 à 1997.
Parallèlement, pour la même période, le nombre d'usagers a augmenté de 50 % et le nombre de prêts de 40 %. Face à cet accroissement important de lecteurs, il devient urgent d'octroyer des moyens supplémentaires afin que toutes les bibliothèques puissent assumer pleinement leur rôle de service en expansion, apprécié d'un public de plus en plus nombreux.
L'équipement multimédia de nos bibliothèques soulève un autre problème. A ce jour, seulement 12 bibliothèques sont équipées sur 56. Lors d'un précédent Conseil, on nous a assurés que les autres seraient équipées dans un délai de 2 ans. J'ose espérer que les bibliothèques des quartiers les plus populaires seront servies en priorité, pour permettre à tous un accès égal aux nouvelles technologies. Il est nécessaire en effet que les usagers qui ne possèdent pas d'ordinateur chez eux, ce sont évidemment les plus défavorisés, puissent se connecter à Internet dans les salles de lecture et également puissent consulter en ligne les catalogues d'ouvrage des différents établissements.
S'il convient de développer le maillage de bibliothèques de quartier, notamment dans les arrondissements les moins bien lotis, tout le monde s'accorde pour reconnaître qu'il manque à Paris une grande bibliothèque centrale. La B.P.I. de Beaubourg qui dépend de l'Etat joue ce rôle. Comme dans beaucoup d'autres domaines encore une fois, il est dommage de se décharger sur les grands équipements de l'Etat. Le seul projet susceptible de remédier en partie à ce manque est la réalisation de la grande médiathèque multimédia Alleray, dans le 15e.
Hormis des crédits d'études inscrits à hauteur de 5 millions de francs, ce qui n'est pas rien, ce projet semble ne pas avancer. Où en est-il ?
Enfin, selon vous est-il aujourd'hui indispensable que toutes les bibliothèques soient généralistes ? Pourquoi ne pas procéder à une spécialisation des établissements les plus petits en prenant l'exemple de la bibliothèque Saint-Eloi, qui propose une spécialisation dans la musique ? Avec un réseau de 65 bibliothèques et pour optimiser l'offre documentaire dans son ensemble, il convient de développer la spécialisation de certains établissements.
Voilà, Monsieur le Maire, mes interrogations quant aux bibliothèques.
J'espère que vos réponses me diront que l'accès des Parisiens à la lecture vous préoccupe vraiment, et que ces questions ne sont pas reléguées au deuxième plan des Affaires culturelles.
Je vous remercie.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - La parole est à M. VIVIEN.
M. Pascal VIVIEN, adjoint, au lieu et place de Mme Hélène MACÉ de LÉPINAY, adjoint, au nom de la 4e Commission. - Madame MOREAU, comme vous je me félicite du principe de la réalisation de travaux d'extension à la bibliothèque Parmentier, dans le 11e arrondissement.
Sur le premier point, vous avez parlé de régression du budget en matière d'acquisition de livres. Je me permets de vous indiquer que depuis 2 ans, ce budget est en hausse.
Il faudra que nous en reparlions ensemble ou que vous en reparliez avec Mme MACÉ de LÉPINAY pour nous mettre d'accord.
En matière de multimédia, 12 bibliothèques ont déjà été équipées et je vous précise que ces 12 bibliothèques sont réparties géographiquement dans Paris, quels que soient les quartiers. Cela répond à votre question.
Vous le constatez, la démarche en ce domaine est bien engagée et s'étendra à d'autres bibliothèques. Par conséquent, à terme, nous arriverons dans les délais qui étaient prévus.
Vous parlez d'une grande bibliothèque centrale à Paris. Nous avons au contraire pris le parti de les répartir dans les arrondissements. Ainsi, le projet de la grande médiathèque dans le 15e arrondissement avance. Le dossier doit bientôt passer en Commission des opérations immobilières.
Enfin, vous insistez sur la spécialisation des bibliothèques. Comme vous le disiez, la médiathèque des Halles est consacrée à la musique. Je vous précise qu'à la bibliothèque Picpus dans le 12e, il y a un fond important en matière musicale.
La réflexion est engagée, aussi nous n'allons pas parler pendant des heures à propos des petits établissements qui rendent un service de proximité à tous les habitants. Il me paraît difficile de les spécialiser systématiquement. Je suis partisan en effet du service de proximité pour tous et quels soient les domaines d'intérêt des habitants et des personnes qui se rendent à ces bibliothèques.
M. Jean-François LEGARET, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 286.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2000, DPA 286).