Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

111 - QOC 2000-602 Question de M. Philippe LAFAY à M. le Préfet de police concernant la présence de personnes sans domicile fixe dans le souterrain, place Paul-Léautaud (17e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2000


Libellé de la question :
"6 personnes sans domicile fixe ont élu domicile dans le souterrain pour piétons situé place Paul-Léautaud (17e), à hauteur du 148, boulevard Berthier, avec tous les inconvénients que cela peut entraîner.
Un très grand nombre de cartons bourrés d'immondices encombrent toute la longueur du souterrain. A cela s'ajoute la visite de rongeurs attirés par la saleté et les odeurs.
Cette situation devenant insupportable pour les riverains, M. Philippe LAFAY demande à M. le Préfet de police de prendre les mesures nécessaires pour remédier à cette situation qui dure déjà depuis quelques années, mais qui a pris de l'ampleur ces derniers mois.
Il est urgent que ces "S.D.F." soient orientés vers des centres d'accueil afin que le passage souterrain, après désinfection, retrouve sa destination initiale."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Le couloir donnant sur la sortie boulevard Berthier/avenue Paul-Adam est effectivement un lieu fréquenté par des personnes sans domicile fixe.
Trois individus ont été recensés comme étant présents sur ce site en permanence et un autre, de manière plus ponctuelle.
Ces personnes ont, certes, pour habitude de poser, à même le sol, divers objets. Mais aussi bien leur présence que leur attitude ne constituent une véritable source d'insalubrité, ni même une nuisance avérée pour le voisinage. Les services de police locaux n'ont d'ailleurs enregistré aucune plainte mettant en cause les intéressés, la dernière concernant l'un d'entre eux remontant à 1997.
Cette situation a, en outre, été confirmée par l'exploitant d'un café, situé à proximité du souterrain, au cours d'un récent entretien avec mes services.
S'agissant de la présence de rongeurs, les investigations menées sur place par des fonctionnaires de la Direction de la Protection du public de la Préfecture de police n'ont pas permis d'établir la réalité des faits.
La pose d'une grille pour l'écoulement des eaux pluviales, dont la réalisation relève de la compétence de la Ville de Paris, permettrait cependant de prévenir l'arrivée de rongeurs lors d'éventuelles remontées des eaux.
Je puis vous assurer que ce secteur continuera de bénéficier de l'attention de mes services, et tout particulièrement des policiers de la Brigade d'assistance aux personnes sans abri qui continueront à effectuer de nombreux passages sur le site et proposeront de conduire les intéressés vers un centre d'accueil approprié, sous réserve, toutefois, que ces derniers l'acceptent, une telle condition étant, je le rappelle, indispensable à la réalisation d'une telle opération."