Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

71 - QOC 2000-568 Question de M. Pierre SCHAPIRA et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Préfet de police sur les problèmes de sécurité aux abords de l'école maternelle, 221, rue Saint-Denis (2e)

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2000


Libellé de la question :
"M. Pierre SCHAPIRA et les membres du groupe socialiste et apparentés attirent, une fois encore, l'attention de M. le Préfet de police sur les problèmes de sécurité aux abords de l'école maternelle située 221, rue Saint-Denis (2e).
Depuis leur dernière intervention, aucun progrès n'a été accompli et les sorties des enfants sont toujours aussi dangereuses. Les barrières "Vauban" n'ont pas été livrées.
M. Pierre SCHAPIRA et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Préfet de police de bien vouloir faire le nécessaire pour remédier à cette situation qui angoisse les parents."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"L'école maternelle sise au 221, rue Saint-Denis à Paris 2e, bénéficie d'une signalisation horizontale et verticale indiquant que l'endroit est fréquenté par des enfants. En effet, un premier panneau triangulaire est matérialisé au sol devant l'établissement et un deuxième, à caractère lumineux est positionné en amont du site et clignote aux horaires d'entrée et de sortie des classes.
Par ailleurs, dans le cadre du plan "Vigipirate", des barrières de type "Croix de Saint-André" ont été fixées sur le trottoir, au droit de l'entrée de l'école, afin d'interdire l'arrêt et le stationnement des véhicules.
Les écoliers bénéficient également de l'existence d'un point d'école, situé en vis-à-vis de l'établissement et classé en numéro 13 sur les 17 points prioritaires de l'arrondissement. Depuis la rentrée scolaire, la surveillance est assurée tous les jours aux heures d'entrée et de sortie d'école, par un fonctionnaire de police du commissariat central.
Enfin, un groupe d'îlotiers a été affecté spécialement dans ce quartier afin de prévenir et de réprimer les infractions au Code de la route et de davantage sécuriser les déplacements des riverains."