Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2000
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

69 - QOC 2000-566 Question de Mme Marie-France GOURIOU, MM. Michel CHARZAT, Bertrand BRET, Mmes Katia LOPEZ, Françoise DURAND et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris sur l'absence de médecins scolaires dans certains établissements du 20e arrondissement

Débat/ Conseil municipal/ Octobre 2000


Libellé de la question :
"Les écoles élémentaires situées 22-24, rue Olivier-Métra, 22, rue de la Mare, 103, avenue Gambetta, 291-293, rue des Pyrénées, 29, rue du Télégraphe, 166, rue Pelleport, et les écoles maternelles situées 29, rue du Télégraphe, 24, rue du Retrait, 26, rue de la Cour-des-Noues, 29-31 et 32, rue Olivier-Métra (20e) commencent l'année scolaire sans médecin.
Elles accueillent un total de 2.800 élèves, représentant 5 % des effectifs du premier cycle dans le 20e arrondissement.
Dans ces conditions, Mme Marie-France GOURIOU, MM. Michel CHARZAT, Bertrand BRET, Mmes Katia LOPEZ, Françoise DURAND et les membres du groupe socialiste et apparentés demandent à M. le Maire de Paris :
1°) les moyens qu'il peut mettre en place pour apporter une solution rapide à cette situation ;
2°) la politique qu'il entend mener pour recruter des médecins en nombre suffisant dans les écoles, conformément à la réglementation en vigueur.
Ils s'interrogent sur la volonté réelle de la Ville de Paris à protéger sa population enfantine, dès lors qu'ils constatent son peu d'empressement à traiter les 11 écoles maternelles du 20e arrondissement dans lesquelles une plombémie accessible est avérée."
Réponse (M. Claude GRISCELLI, adjoint) :
"Il convient tout d'abord de souligner l'importance de l'effort consenti par le Département de Paris en matière de santé scolaire, compétence historiquement dévolue à la Ville en lieu et place de l'Education nationale.
Ainsi là où la couverture nationale est de 1 médecin pour 6.700 élèves, la couverture parisienne est de 1 médecin pour 4.200 élèves, couverture encore renforcée dans les réseaux d'éducation prioritaires avec 1 pour 3.500.
Cette situation générale plutôt favorable aux écoliers parisiens n'empêche pas quelques problèmes ponctuels liés à des mouvements de personnel, démission ou congés de maternité, comme cela a été le cas dans les écoles du 20e arrondissement citées.
Les procédures de recrutement aussitôt lancées par le service d'actions médico-sociales scolaires de la D.A.S.E.S. ont permis de nommer un médecin en poste depuis le 9 octobre sur le secteur rue de la Mare/rue Olivier-Métra, et tout récemment un médecin pour le 2e secteur. Il va sans dire que pendant ces quelques semaines de vacances de poste, toutes les urgences ont été assurées par le médecin coordinateur.
Ainsi la volonté bien réelle de la Ville de protéger sa population enfantine se traduit dans sa politique de santé scolaire, et de façon générale dans l'ensemble de sa politique au service de l'enfance."