Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Novembre 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif aux aménagements de la CPCU sur la voirie parisienne.

Déliberation/ Conseil municipal/ Novembre 2006 [2006 V. 386]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 30 novembre 2006.

Reçue par le représentant de l?Etat le 30 novembre 2006.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Depuis 2001, la Ville de Paris mène une politique déterminée et ambitieuse pour assurer, grâce à un partage équitable de l?espace public, l?accès à la voirie pour les plus vulnérables et promouvoir les modes de déplacements les moins polluants, économes d?espace et d?énergie.

Dans cette perspective, elle a adopté en juillet 2003 le premier schéma directeur d?accessibilité à la voirie parisienne qui donne toute leur place aux personnes à mobilité réduite, malvoyantes et non-voyantes. Ainsi, des aménagements spécifiques ont vu le jour pour garantir la sécurité du jalonnement piéton pour tous et une réflexion spécifique sur l?implantation du mobilier urbain a notamment permis d?améliorer sensiblement les conditions de déplacements de personnes à mobilité réduite.

Or, la CPCU vient de réaliser sur plusieurs trottoirs du 17e arrondissement de Paris des cheminées en briques, en lieu et place des bouches d?aération bien connues, au prétexte de protéger ses installations souterraines du ruissellement des eaux pluviales. Le groupe socialiste et radical de gauche s?interroge sur le cadre dans lequel ces dispositifs ont été autorisés puis réalisés.

Ces aménagements constituent en effet un retour en arrière en matière d?accessibilité de l?espace public parisien. Ils sont d?ores et déjà qualifiés de ?cheminées anti-SDF?. Avec leur toit incliné, ne s?agit-il pas de dissuader les SDF de trouver refuge sur ces installations ?

Si la rue n?est évidemment pas un lieu d?habitation normal, ce n?est pourtant pas ainsi que la réinsertion sociale des SDF sera facilitée - mais par un effort permanent que mène d?ailleurs notre collectivité qui consacre un quart de son budget pour venir en aide aux plus démunis et accueille un tiers de l?habitat d?urgence en Ile-de-France.

C?est pourquoi, sur proposition de Mme Geneviève BELLENGER, MM. Claude DARGENT, Patrick BLOCHE et les membres du groupe socialiste et radical de gauche,

Emet le voeu :

- que l?opportunité de ce type d?aménagements puisse être évaluée avant qu?ils soient généralisés dans Paris ;

- que la Ville de Paris veille à ce que tout aménagement de ce type soit conciliable avec sa politique déplacements et conforme aux prescriptions du schéma directeur d?accessibilité à la voirie parisienne.