Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Fevrier 2004
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

138 - 2003, DU 214 - G.P.R.U. "Plaisance - Porte de Vanves" (14e). - Approbation du projet de territoire du quartier "Plaisance - Porte de Vanves" (14e) dans le cadre du Grand projet de renouvellement urbain (G.P.R.U.)

Débat/ Conseil municipal/ Février 2004


M. LE MAIRE DE PARIS. - Nous passons ? l'examen du projet de d?lib?ration DU 214 concernant le G.P.R.U. "Plaisance - Porte de Vanves".
Je donne la parole ? M. Pierre CASTAGNOU.
M. Pierre CASTAGNOU, maire du 14e arrondissement. - Monsieur le Maire, est soumis aujourd'hui ? notre Assembl?e le projet de territoire du quartier "Plaisance - Porte de Vanves", dans le 14e arrondissement. Ce quartier, qui repr?sente une partie du quartier "politique de la ville", est bord? au Nord par la rue d'Al?sia, ? l'Est par la rue Didot, ? l'Ouest par le 15e arrondissement, et au Sud par les communes de Malakoff et de Vanves. Ce projet rev?t une importance particuli?re pour cette partie de la Capitale et pour le 14e arrondissement bien entendu.
Il s'agit d'un acte majeur que nous allons poser pour le pr?sent et l'avenir de ce quartier o? habitent pr?s de 20.000 habitants, sur une superficie de 63 hectares, et qui compte 50 % de logements sociaux. Il s'agit aussi de l'un des engagements prioritaires de la pr?sente ?quipe municipale en direction d'un quartier qui a ?t? trop longtemps d?laiss? par la Municipalit? pr?c?dente, o? sont concentr?s un grand nombre de probl?mes et de nuisances, de difficult?s de tous ordres li?s ? un certain d?litement social.
C'est dans cette partie du 14e o? le taux de ch?mage est le plus ?lev?, o? l'on constate un fort taux d'?chec scolaire et des probl?mes de d?linquance ou d'ins?curit?.
Avant m?me d'?tre Maire, j'avais d?nonc? le fait que cette partie du 14e arrondissement ne b?n?ficiait pas d'une politique particuli?re, ? la fois coh?rente et globale, permettant notamment de rattraper le sous-investissement public notoire.
C'est enfin un enjeu tr?s important pour les rapports entre Paris et ses communes limitrophes. Le boulevard p?riph?rique a trop longtemps constitu? une sorte de barri?re entre ces communes et notre Ville.
Ce projet de territoire s'inscrit dans le grand projet de renouvellement urbain de Paris qui est un grand chantier de l'actuelle mandature.
Le projet de territoire du quartier "Plaisance - Porte de Vanves" est l'un des deux premiers projets de territoire soumis ? notre conseil. Il est le r?sultat de deux ann?es de concertation depuis 2001, d'?laboration collective particuli?rement active ayant donn? lieu ? une d?marche originale exp?riment?e dans le 14e arrondissement. Des ateliers participatifs, des marches exploratoires, des r?unions publiques, etc. ont nourri la r?flexion. Ce travail a mobilis? un nombre consid?rable d'acteurs que je tiens ? f?liciter tr?s vivement, qu'il s'agisse des chefs de projets et des services de la Ville, et bien entendu des adjoints au Maire de Paris concern?s. Je citerai en particulier Martine DURLACH, au titre de la "politique de la ville", et Jean-Pierre CAFFET, au titre de l'urbanisme. Qu'il s'agisse de l'?quipe de d?veloppement local qui travaille Porte de Vanves, qu'il s'agisse des habitants, des commer?ants, des bailleurs sociaux, des services publics, et enfin des communes de Malakoff et de Vanves.
Ce projet a ?t? ?tabli ? partir d'un diagnostic partag? avec tous ces acteurs. Il d?finit des objectifs pr?cis et concrets, et programme des actions et des r?alisations ? court, moyen et long terme, et cela dans tous les domaines : urbain, social, ?conomique et culturel. C'est ? la fois un grand projet de renouvellement urbain et un projet de reconqu?te et de dynamisation sociale et ?conomique de tout un quartier. Ce projet est d?j? d'une certaine fa?on ? l'?uvre. En effet, des actions significatives ont ?t? lanc?es : ouverture du chantier du tramway, construction en cours d'un centre d'animation ? l'angle des rues Maurice-Rouvier et Vercing?torix, r?habilitation d'ensembles de logements sociaux, am?lioration de la voirie et de l'?clairage, pr?vention et lutte contre l'ins?curit?. Je pourrais allonger la liste, mais je m'arr?te l?.
La r?alisation de ce projet s'?chelonnera sur plusieurs ann?es. En r?alit? sur deux mandatures : l'actuelle et la suivante. D'ici ? la fin de l'actuelle mandature, nous pourrons observer des r?alisations importantes : l'exploitation du tramway, la couverture du p?riph?rique au niveau de la Porte de Vanves, la r?alisation et la r?novation d'un certain nombre d'?quipements collectifs de proximit? tels que par exemple la cr?ation d'un centre social, d'une structure d'accueil de la petite enfance et de locaux ? usage ?conomique. Sans oublier bien entendu le projet d'am?nagement et de d?senclavement du site de Broussais, qui est encore pour l'essentiel la propri?t? de l'A.P.-H.P., projet auquel nous travaillons d'arrache-pied actuellement.
Tout cela va repr?senter une masse tr?s importante d'investissements, pour lequel les cr?dits s'agissant de l'actuelle mandature ont d?j? ?t? pr?vus. Bref, ce projet n'est pas th?orique, il est tr?s concret. Il est destin? ? changer par ?tape, de mani?re progressive, le visage de tout un quartier, de changer le cadre de vie de ses habitants et de ceux qui y travaillent. C'est un projet tr?s ambitieux mais r?aliste, qui va mobiliser beaucoup de moyens financiers et humains. Il doit requ?rir toute notre ?nergie, toute notre d?termination ainsi qu'une parfaite coordination entre les ?lus, les services de la Ville, et l'ensemble des partenaires associatifs et institutionnels concern?s.
Pour conclure, il s'agit de cr?er les conditions d'un mieux-vivre ensemble dans cette partie du 14e qui en a bien besoin. Je veux m'en f?liciter et remercier le Maire de Paris et tous ses adjoints concern?s pour leur engagement et le soutien qu'ils apportent au 14e et ? son ?quipe municipale.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement r?publicain et citoyen, communiste et "Les Verts").
(Mme Anne HIDALGO, premi?re adjointe, remplace M. le Maire de Paris au fauteuil de la pr?sidence).
Mme Anne HIDALGO, premi?re adjointe, pr?sidente. - Madame Nicole CATALA est ?galement inscrite.
Vous avez la parole, Madame CATALA.
Mme Nicole CATALA. - Merci, Madame le Maire.
Je voudrais saluer la poursuite des efforts en faveur du quartier de la Porte de Vanves et plus g?n?ralement de Plaisance, qu'a entrepris la Municipalit? actuelle. Mais vous me permettrez de souligner d'abord que la Municipalit? pr?c?dente s'?tait depuis longtemps pr?occup?e activement et efficacement d'am?liorer les conditions de vie dans ce quartier. Je voudrais rappeler que la cr?ation du premier centre social post?rieur ? la fermeture de "Notre maison" dans le 14e, la cr?ation de ce premier centre social qui est situ? maintenant dans les locaux de l'h?pital Broussais est due ? mon initiative et non pas ? l'initiative de M. CASTAGNOU, et que celui-ci essaie simplement de rattraper le temps perdu en voulant ouvrir un second centre social dans le 14e. Ce qui, apr?s tout, est tout ? fait l?gitime, mais il faut remettre les choses en ordre.
La deuxi?me observation que je voudrais faire concerne le recul de certains avantages ou de certaines am?liorations qui avaient ?t? r?alis?es avant 2001. Je pense par exemple ? la surveillance d'un certain nombre d'ensembles sociaux, particuli?rement atteints par les incivilit?s et la d?linquance, par des soci?t?s de gardiennage. Cette surveillance a ?t? r?cemment supprim?e et les habitants s'en plaignent fortement. J'ajouterai que la nouvelle Municipalit? a provoqu? aussi, et ce n'est pas la premi?re fois que je le dis, la disparition d'une association qui mutualisait les moyens des bailleurs sociaux pour embaucher et faire travailler des agents locaux de m?diation sociale charg?s de la pr?vention dans les pieds d'immeubles, les cours et les parkings attenants ? ces immeubles sociaux.
Donc, non seulement... Mais si, Monsieur CASTAGNOU, mais si ! Bon. D'abord, vous n'avez pas la parole, c'est moi qui l'ai. Je ne vous ai pas interrompu !
La deuxi?me s?rie d'observations que je voudrais faire concerne l'utilisation de l'emplacement de l'h?pital Broussais. Vous savez comme moi et mieux que moi, puisque maintenant c'est vous qui en ?tes responsable, qu'il existe une p?nurie de logements sociaux dans Paris et en particulier dans le 14e...
Mme Anne HIDALGO, premi?re adjointe, pr?sidente. - Mais, Madame CATALA, vous pouvez-vous adresser ? l'ensemble de l'Assembl?e, pas uniquement au maire du 14e.
Mme Nicole CATALA. - Or, vous n'avez pas pr?vu de r?aliser des logements sociaux, des P.L.A. ou des P.L.I. sur le site de Broussais, et vous pr?f?rez y faire un centre culturel. Je pense que la population attend davantage de meilleurs logements et de plus nombreux logements qu'un centre culturel. C'est mon analyse personnelle, je tiens ? l'exprimer ici.
Autre observation : la R?gion poss?de dans le quartier de Plaisance un ancien lyc?e professionnel, le lyc?e des Cam?lias, qui est inutilis? depuis des ann?es et dans lequel vous auriez pu r?aliser soit la fameuse Maison des associations, dont vous nous parlez depuis deux ans, soit ce centre culturel que vous souhaitez r?aliser. Or ce lyc?e reste inemploy?, et je me demande bien ce que la r?gion dirig?e par M. HUCHON voulait en faire et n'en a pas fait. Bon.
Troisi?me ou quatri?me observation. Dans le m?me quartier, la Municipalit? envisage d'ouvrir une voie pour les automobiles le long de l'ancien h?pital Broussais. Les riverains n'en sont pas du tout satisfaits parce qu'? l'heure actuelle c'est une voie pi?tonne et ce n'est pas une voie fr?quent?e par les v?hicules ; donc vous avez l? encore cr?? une source de m?contentement justifi?. Mais c'est surtout ? propos des travaux respectifs du tramway et de la couverture du p?riph?rique que je voudrais intervenir. La Ville de Paris a pris des engagements financiers consid?rables, tr?s probablement excessifs par rapport ? ses moyens, et le financement envisag? ou souhait? n'est pas assur? par la R?gion. Ceci vous a amen?, apr?s avoir fait et r?p?t? maintes fois la promesse de couvrir rapidement le p?riph?rique au niveau de la porte Brancion et de la porte de Vanves, ceci vous a amen? ? pratiquement abandonner le projet, en tout cas ? le mettre en sommeil. Si bien qu'? l'heure actuelle, les habitants de ce quartier ont tous les inconv?nients ? la fois.
Mme Anne HIDALGO, premi?re adjointe, pr?sidente. - Madame CATALA...
Mme Nicole CATALA. - ... c'est-?-dire qu'ils ont l'inconv?nient d'?normes embouteillages, de la pollution li?e ? ces travaux, et le quasi abandon du projet de couverture du p?riph?rique qui est repouss? aux calendes grecques puisque, je crois, qu'il est repouss? d'une dizaine d'ann?es, s'il est effectivement r?alis?.
Je comprends donc parfaitement la col?re des riverains, qui la manifestent d'ailleurs tr?s clairement lorsque nous avons des r?unions de quartier. Je crois, Monsieur CASTAGNOU, que votre majorit?, au lieu d'avoir fait du bon travail pour le quartier de Plaisance, a litt?ralement empoisonn? la vie des riverains du boulevard Brune et de tout ce quartier.
Voil?, Madame la Pr?sidente, ce que je souhaitais dire ce matin.
(Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, remplace Mme Anne HIDALGO, premi?re adjointe, au fauteuil de la pr?sidence).
Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, pr?sidente. - Madame CATALA, je vous rappelle que c'est M. TR?M?GE qui ?tait inscrit. Vous ne l'?tiez pas, nous vous avons donn? la parole. Simplement, je pense qu'au-del? de la pol?mique il faut regarder le fond des choses. Je pense qu'il y aura une am?lioration tr?s nette, gr?ce ? ces d?lib?rations, dans ce quartier. Nous devrions tous nous en f?liciter.
Mme Nicole CATALA. - Pourrais-je pr?ciser, Madame la Pr?sidente ?
Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, pr?sidente. - Non, c'est Mme DURLACH et M. CAFFET qui vous r?pondront.
Mme Nicole CATALA. - Je n'ai pas pu m'inscrire hier matin, lundi matin. C'est scandaleux, c'est honteux !
Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, pr?sidente. - Dont acte.
Mme Martine DURLACH a la parole.
Mme Martine DURLACH, adjointe, au nom de la 5e Commission. - Le projet, Pierre CASTAGNOU l'a dit, le projet de territoire de la porte de Vanves est, avec Clignancourt, le premier projet de territoire qui est examin? par le Conseil de Paris. A mon avis c'est tr?s important, parce que les quartiers qui sont en G.P.R.U., en politique de la ville - on ne le rappellera jamais assez -, sont des quartiers qui ont ?t? abandonn?s, qui souffraient beaucoup. Il se fait quelque chose d'important : d'un sigle, G.P.R.U., auquel personne ne comprenait peut-?tre grand chose, on passe ? une ?tape concr?te, ? une ?tape de r?alisation, apr?s de nombreuses concertations.
Jean-Pierre CAFFET ajoutera peut-?tre quelque chose. Je tiens ? signaler d?s le d?but que nous travaillons en co-pilotage et que Jean-Pierre s'occupe de la partie urbaine, de tout ce qui est transformations, travaux, et moi de la partie sociale. C'est tr?s important parce que ce qui caract?rise ces projets, c'est que, contrairement ? d'autres ailleurs, ils s'occupent de la pierre, du b?ti, de l'environnement, et aussi de la vie quotidienne des gens : de la sant?, de l'?cole, de la culture. Ce co-pilotage se fait bien je trouve, et c'est aussi important car ce genre de projet demande du co-pilotage et de la transversalit?. Je remercie aussi les adjoints et les directions qui y ont particip?.
A Mme CATALA, au passage, je dirai quand m?me deux choses. Je suis arriv?e en 2001. "Porte de Vanves" n'?tait pas un quartier politique de la ville, c'est maintenant un quartier politique de la ville. Il n'y avait donc pas ces moyens. Il y en a davantage maintenant : un chef de projet, une ?quipe de d?veloppement local. Donc G.P.R.U. et politique de la ville ont marqu?...
(Mouvements divers sur les bancs des groupes U.M.P. et Union pour la d?mocratie fran?aise).
Je continue ? parler tranquillement. Et je voudrais dire quelque chose de plus g?n?ral. Il y a des moments o? l'on peut critiquer. Mais quand dans un quartier, on fait un renouvellement aussi important que couvrir le p?riph?rique, ce qui ?tait demand? quotidiennement depuis 30 ans par les habitants, que l'on pr?voit le tramway, que l'on pr?voit l'accompagnement social, on ne peut faire la fine bouche. Il faut avoir la bonne foi de reconna?tre que, l?, il y a une transformation d'importance en faveur des habitants.
Sur le projet social qui me tient ? c?ur, Pierre CASTAGNOU a dit beaucoup de choses. J'insiste sur un aspect de ce projet social que l'on va retrouver dans le G.P.R.U., c'est le souci de l'emploi avec pr?cis?ment ce qu'on a dit sur l'h?pital Broussais, la convention avec E.D.F., un h?tel d'activit?, une ?quipe emploi-insertion et une r?gie de quartier est en route ; il y a donc un gros effort de ce point de vue.
Dernier point, la concertation. Je trouve qu'en cours de travail G.P.R.U. on a progress? en mati?re de concertation, de r?unions publiques, d'ateliers. Je voudrais dire une petite chose : quand on manie bien la concertation, la contradiction entre d?lais ? tenir et concertation se l?ve ; c'est-?-dire qu'une bonne concertation aide ? aller plus vite dans la r?alisation des projets puisqu'ils sont, ? ce moment-l?, port?s par les habitants.
Il reste une ?tape, maintenant que nous sommes op?rationnels : aller ? l'Agence nationale de renouvellement urbain, l'agence cr??e par Jean-Louis BORLOO, pour que l'Etat assure son financement, mais je crois que nous avons un bon dossier.
Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, pr?sidente. - Merci, Madame DURLACH.
Monsieur CAFFET, vous avez la parole.
M. Jean-Pierre CAFFET, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Madame la Maire, juste quelques mots pour permettre de progresser dans notre ordre du jour, qui reste encore charg?.
Je veux pr?ciser tout simplement, par rapport ? ce que dit Mme CATALA, que je ne suis pas dans une recherche syst?matique de paternit?, ? savoir qui a fait quoi dans les 9 ou 10 derni?res ann?es. Si quelques r?alisations ont pu ?tre effectu?es sous la mandature pr?c?dente, je suis le premier ? le reconna?tre et ? m'en f?liciter.
Je voudrais simplement faire remarquer ? Mme CATALA que, sur un certain nombre de sites, comme celui-l? par exemple dont Pierre CASTAGNOU a rappel? les caract?ristiques, 20.000 habitants sur 62 hectares, c'est quand m?me la premi?re fois - et ce n'est pas pour tresser des couronnes de lauriers ? la Municipalit? -, c'est quand m?me la premi?re fois que sur ces territoires, o? des Parisiens souffrent parce qu'ils ont ?t? longtemps d?laiss?s ou qu'on ne s'en est pas suffisamment pr?occup?, c'est la premi?re fois que des politiques se conjuguent en mati?re d'urbanisme, en mati?re sociale, en mati?re d'emploi, en mati?re culturelle pour remettre ces quartiers ? niveau et faire en sorte que les gens qui y habitent puissent y vivre comme dans les autres secteurs de Paris.
Aujourd'hui, je suis particuli?rement satisfait que nous puissions d?lib?rer non seulement sur la porte de Vanves, mais ?galement sur la porte Montmartre et la porte de Clignancourt et, en plus, sur les Olympiades dont, il faut bien admettre que personne ne s'?tait occup? depuis maintenant pr?s de 20 ans avec les cons?quences que l'on conna?t pour tous ceux qui y habitent.
Oui, Monsieur LEGARET, je suis quand m?me oblig? de dire cela.
Je ne reviendrai pas sur un certain nombre d'inexactitudes qui ont ?t? formul?es par Mme CATALA. Il n'est notamment pas vrai que le site de Broussais soit d?di? ? un ?quipement culturel : c'est en fait une petite partie de cette emprise qu'il est envisag? de r?server ? un ?quipement culturel.
Concernant ce site, je rappelle que nous avons facilit?, Pierre CASTAGNOU et moi-m?me, l'arriv?e de la Croix-Rouge. Par ailleurs, nous sommes en train de discuter avec l'A.P.-H.P. pour acheter un b?timent, le pavillon Gaudard d'Allaines, pour y implanter un E.H.P.A.D.
Et pour finir, tr?s honn?tement, ce n'est pas de la faute de la Municipalit? si le projet de l'Inserm de venir s'implanter dans le pavillon Leriche a finalement ?chou?, malgr? les demandes insistantes du Maire de Paris aupr?s du Gouvernement pour que ce projet puisse enfin aboutir.
J'aborde donc ces dossiers comme les autres, c'est-?-dire avec une certaine humilit?.
Mme Gis?le STIEVENARD, adjointe, pr?sidente. - Merci.
Je mets aux voix, ? main lev?e, le projet de d?lib?ration DU 124.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de d?lib?ration est adopt?. (2003, DU 214).

Retour au d?but de la page