Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

72 - 1999, CABRI 5 - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer avec le Centre d'échanges internationaux une convention en vue de fixer la contribution de la Ville de Paris à la rénovation du Centre français de Berlin (6e)

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1999


M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération CABRI 5 relatif à la contribution de la Ville de Paris à la rénovation du Centre français de Berlin.
La parole est à Mme Soizik MOREAU.
Mme Soizik MOREAU. - Merci, Monsieur le Maire.
Mes chers collègues, vous nous proposez aujourd'hui une délibération portant attribution d'une subvention exceptionnelle de 1 million de francs via l'Association d'Echanges internationaux pour les jeunes à Berlin, à gestion franco-allemande conjointe, dans le cadre de la société franco-allemande.
Cette subvention vise ainsi à financer l'achèvement des travaux de remise en état de l'édifice, mis à disposition du Centre français de Berlin par le Gouvernement allemand en 1996 pour une durée de 25 ans, aujourd'hui, centre classé Monument historique.
Il s'agit plus précisément de participer au financement d'un coût total de 12,5 millions de francs, et à la rénovation et à la mise aux normes modernes de la partie hôtellerie de ces bâtiments.
Voilà bien l'exemple d'un projet de délibération qui suscite l'attention mais laisse les élus un petit peu sur leur faim.
Précis et détaillés pour ce qui concerne les aspects juridiques et financiers, les documents que vous nous fournissez en annexe de votre projet de délibération sont muets sur toutes les manifestations organisées par le Centre français de Berlin avec les jeunes Parisiens, centre auquel la Ville de Paris, qui siège au Conseil d'orientation depuis la création du Centre français, participe.
Le financement par la partie allemande d'une première tranche de travaux de rénovation, de la partie extérieure de l'édifice, du Centre français de Berlin, préalable indispensable à la réalisation de la seconde tranche, que vous nous appelez aujourd'hui à financer en partie, témoigne d'une réelle volonté de nos partenaires berlinois de contribuer à ce que la culture et la langue française continuent de rayonner à Berlin selon les termes de votre projet de délibération.
Mais, en va-t-il de même pour la partie française ?
Soyons clairs : il ne s'agit pas ici de mettre en doute le bien-fondé du financement auquel sont également appelés à participer les Ministères allemand et français de la Jeunesse et des Sports, la Fondation d'entente franco-allemande, et le Sénat de Berlin.
Non, il ne s'agit pas non plus de jeter le soupçon sur le Centre d'Echanges internationaux. Cette association est agréée par les Ministères des Affaires étrangères, de l'Education nationale, de la Jeunesse et des Sports, mais, le flou des documents qui nous sont fournis ne permet pas aux élus d'apprécier suffisamment l'action de l'association "C.E.I." à Berlin dans le cadre du Centre français.
Ainsi, peut-on par exemple se demander à quel prix sont facturées les prestations hôtelières ? A quelle population est-ce qu'elles s'adressent ? Des jeunes, certes, mais quels jeunes ? Pour quel type de séjour ? Dans quel cadre et pour quelle durée ?
S'agit-il de favoriser l'accueil des jeunes Parisiens comme l'indique votre projet en priorité, ou à l'exclusion de tous les autres ?
Sur quels critères les capacités d'accueil et de logement sont-elles attribuées ?
C.E.I., cela veut dire Paris-Londres-Berlin, nous dit le logo de l'association. Doit-on comprendre que le Centre d'Echanges internationaux est agréé et gère dans la capitale britannique un ou plusieurs centres d'accueil et d'hébergement similaires ?
Si tel est le cas, pourquoi ne pas nous présenter, à titre d'information comparative, un bilan des activités et des prestations fournies par cet homologue londonien ?
Une mise en perspective globale des activités de l'association "C.E.I." à l'échelle de ces trois capitales serait nécessaire.
Je conclus : telles sont les questions qui se posent. C'est donc en déplorant un manque d'éléments, sur ces points, dans les documents présentés, et sous réserve de la présentation ultérieure de compléments d'information pertinents que les élus du groupe du Mouvement des citoyens approuvent néanmoins ce projet de délibération.
Je vous remercie.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci, Madame.
M. PICOURT a la parole pour répondre à l'intervenant.
M. Patrick-Olivier PICOURT, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je vous remercie de soutenir ce projet.
Monsieur le Maire, je crois qu'il faudrait essayer de rappeler à l'ensemble des élus un peu plus d'assiduité dans le travail de préparation des Commissions, ce qui éviterait de poser des questions, et de répondre aux questions pour lesquelles des éclaircissements sont donnés en Commission.
C'est bien volontiers que je vous enverrai les quelques documents que vous demandez.
Il est impossible que les projets présentés comportent, en dehors des justifications juridiques et financières, toutes les documentations, publicités, sur les activités du Centre, et sur l'association. Cela a été présenté en Commission comme suit :
1 - Il s'agit de jeunes en âge scolaire.
2 - Cela vaut pour les associations pour lesquelles je vais vous transmettre les documents.
3 - Non, il n'y a pas d'exclusions en dehors des Parisiens. Nous ne pratiquons pas d'exclusions.
4 - Je ne vous présenterai pas l'activité à Londres aujourd'hui. Nous présentons le Centre de Berlin, le Centre français de Berlin pour lequel le C.E.I. est d'une part le vecteur de la subvention, et d'autre part, un des éléments de la gestion qui est d'ailleurs le seul agréé par nos amis allemands. Ce qui nous intéresse donc, c'est la participation au Centre français de Berlin.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur PICOURT.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération CABRI 5.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, CABRI 5).