Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

136 - QOC 99-269 Question de Mme Benoîte TAFFIN, MM. Georges MESMIN et Alain DUMAIT, élus indépendants, à M. le Maire de Paris à propos de la subvention versée au Club du Paris-Saint-Germain

Débat/ Conseil municipal/ Juin 1999


Libellé de la question :
"Mme Benoîte TAFFIN, MM. Georges MESMIN et Alain DUMAIT rappellent à M. le Maire de Paris qu'ils s'opposent depuis longtemps à la subvention versée par la Ville de Paris au club "Paris-Saint-Germain" (P.S.G.). Il s'agit, en effet, d'une entreprise commerciale, filiale de grands groupes prospères. Il n'est pas dans la vocation de la collectivité de les subventionner.
Or, la subvention de la Ville de Paris, bon an, mal an, représente environ 15 % du budget total du P.S.G. (plus de 50 millions par rapport aux 350 millions de budget).
Sans doute, la Ville de Paris pouvait-elle prétendre avoir intérêt à être associée à une équipe prestigieuse. Mais c'est la loi du sport de connaître des hauts et des bas, des succès et des échecs. La Ville se trouve aujourd'hui associée à un club dont les résultats sont médiocres et à l'intérieur duquel règnent, semble-t-il, des méthodes contestables.
Mme Benoîte TAFFIN, MM. Georges MESMIN et Alain DUMAIT demandent à M. le Maire de Paris s'il ne considère pas que c'est le moment de revenir sur sa position et d'envisager alors sereinement un désengagement des finances de la Ville."
Réponse (M. Dominique CANE, adjoint) :
"La Ville de Paris, en tant que capitale, se devait de soutenir une équipe de football de haut niveau portant ses couleurs. C'est pourquoi elle s'est engagée depuis 1991, au côté d'un partenaire privé, qui assure l'essentiel du financement du club Paris-Saint-Germain, à soutenir la seule équipe parisienne de football de niveau international.
La subvention apportée par la Ville de Paris à ce club doit être d'ailleurs relativisée. Son montant et surtout le pourcentage de celui-ci par rapport à la totalité du budget du club se situent tout à fait dans la moyenne des subventions apportées par les autre villes françaises à leur équipe de football de 1ère division. Il convient de préciser que la Ville de Paris ne contribue au budget du club qu'à hauteur de 37,263 millions de francs (somme inscrite au budget primitif 1999), soit 10,5 %.
Il est certain que l'actuelle saison sportive du Paris-Saint-Germain n'a pas été à la hauteur des espoirs de ses dirigeants et de ses supporters. Il convient toutefois de préciser que le Paris-Saint-Germain évoluera l'an prochain toujours en 1ère division et qu'il possède les moyens sportifs de revenir au premier plan du football français.
Cette période sportive difficile du club doit être l'occasion pour la Ville de montrer toute la confiance qu'elle accorde à ce club, et ce depuis de nombreuses années.
C'est d'ailleurs du reste le sens d'un véritable partenariat que la Ville et le club souhaitent mettre en place sur une période suffisamment longue (15 ans) pour d'une part pérenniser la présence du club au Parc-des-Princes et, d'autre part, approfondir les liens existant déjà entre la collectivité et le club au profit notamment des jeunes Parisiens. Ainsi, un nombre important de places sera distribué auprès d'un public de jeunes. De même, les actions en faveur des clubs filleuls seront renforcées. Dans un esprit d'ouverture auprès d'un plus large public, les animations du P.S.G. s'adresseront aux jeunes des écoles et des centres de loisirs. Enfin, des actions de prévention seront mises en place dans les quartiers sensibles. Ces actions n'ont de véritable intérêt que si elles s'inscrivent dans la durée.
Pour ces raisons, il n'est pas souhaitable que la Ville se désolidarise du Paris-Saint-Germain."