Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Octobre 2007
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu pour reconsidérer le choix des agrocarburants pour la flotte de véhicules municipaux.

Déliberation/ Conseil municipal/ Octobre 2007 [2007 V. 221]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville

et transmise au représentant de l?Etat le 15 octobre 2007.

Reçue par le représentant de l?Etat le 15 octobre 2007.

 

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,

Considérant que le bilan carbone des agrocarburants est loin d?être positif eu égard à l?énergie consommée pour les produire ;

Considérant la hausse des prix des aliments de base consécutive au développement de ce type de culture dans les pays du Sud ;

Considérant que la production d?agrocarburants est très gourmande en eau ;

Considérant que ces cultures sont aussi très gourmandes en produits phytosanitaires et polluent de ce fait les nappes phréatiques, les cours d?eau et les mers ;

Considérant que le recours aux cultures intensives pour la production d?agrocarburants est une source d?émissions de protoxyde d?azote dont le pouvoir de réchauffement (GWP) est 296 fois supérieur à celui du CO2 ;

Considérant que le développement des agrocarburants pourrait avoir des résultats inverses à ceux recherchés en particulier pour les cultures sous climat tempéré (maïs, blé, colza, etc.) qui seraient émettrices de protoxyde d?azote (selon un rapport récent du prix Nobel de chimie Paul Crutzen) ;

Considérant donc que le recours aux agrocarburants dans les deux filières biodiesel/éthanol est loin de constituer la solution la plus efficace pour lutter contre le réchauffement climatique et prévenir d?autres pollutions ;

Sur la proposition de Mme Catherine GÉGOUT, MM. Alain LHOSTIS, Francis COMBROUZE et des éluEs du groupe communiste,

Emet le voeu :

- que le choix du développement des agrocarburants pour l?évolution et l?adaptation de la flotte de véhicules municipaux soit reconsidéré au regard des conséquences environnementales et sociales qu?ils impliquent et des incertitudes quant à leur efficacité pour lutter contre le réchauffement climatique.