Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Decembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DASES 603 G - Signature d’un avenant n° 1 à la convention passée avec l’association “Aurore” (15e), relative à la mise en place de maraudes dans le sud-ouest de Paris et le Bois de Boulogne. Montant : 171.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Décembre 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous passons maintenant à l?examen du projet DASES 603 G concernant la signature d?un avenant n° 1 à la convention passée avec l?association Aurore (15e), pour mettre en place des maraudes dans le Sud-Ouest de Paris et le Bois de Boulogne, 171.000 euros.

M. Claude DARGENT interroge Mme TROSTIANSKY et M. MENGUY donnera une explication de vote.

Monsieur DARGENT, vous avez la parole.

M. Claude DARGENT. - Monsieur le Président, chers collègues.

Dans le contexte toujours difficile des grands froids et après le décès tragique d?un sans domicile fixe il y a peu de temps, je souhaite rappeler ici l?implication de notre collectivité en matière de solidarité, tout particulièrement en période hivernale, et cela même s?il est toujours souhaitable de faire plus encore, mais la délibération montre ici cette implication.

Alors que la prise en charge des personnes sans abri est de sa compétence, l?État se montre actuellement tellement défaillant que la Ville de Paris doit se substituer à lui pour assurer la solidarité.

C?est dans ce contexte que Mme Olga TROSTIANSKY, adjointe chargée de la lutte contre l?exclusion, a récemment livré les éléments qui composent le plan hiver 2010-2011.

Cette délibération qui nous est soumise réaffirme le soutien de la collectivité parisienne qui développe de façon significative son intervention en complément, donc, des financements trop faibles de l?État, afin d?améliorer le dispositif d?urgence sociale parisien.

Ainsi, cette délibération propose un soutien financier à l?association ?Aurore? dans son activité de mise en place des maraudes dans le sud-ouest de Paris et dans le Bois de Boulogne. Comme nous le savons, ces maraudes permettent d?aller au devant des personnes vivant dans la rue, de manière à leur offrir une prise en charge sanitaire et sociale, voire vitale, indispensable.

Pour faire face au manque chronique de places d?hébergement, la Ville de Paris ouvre des gymnases et des centres d?hébergement provisoires, afin de mettre à l?abri les personnes à la rue en cas de grand froid.

C?est dans ce contexte que les élus de gauche ont souhaité que le 15e arrondissement prenne toute sa part à cette solidarité.

A la suite d?un v?u déposé par le groupe des élus de gauche que je préside au dernier conseil d?arrondissement, le Maire du 15e s?est d?ailleurs trouvé contraint d?ouvrir, quelques jours avant ce Conseil, une salle offrant une quinzaine de places rue Violet, mais l?important, c?est le résultat.

L?inauguration de la Bagagerie Antigel en présence de Mme Anne HIDALGO en octobre dernier résulte également d?une volonté politique importante des élus qui ont accompagné ce projet depuis ses origines.

Plus récemment, le lancement de la campagne des Restos du C?ur, dans le 15e arrondissement également, a constitué une étape importante.

Enfin, cette intervention est également l?occasion pour moi de féliciter tout particulièrement l?association ?Aurore?, qui fait beaucoup pour notre arrondissement, mais également pour tout Paris, pour la solidarité mais également pour l?accueil des mineurs étrangers isolés rue Alphonse-Bertillon et les femmes victimes de violence.

Dans le 15e, le foyer Vaugirard, également géré par cette association, accueille des travailleurs migrants parisiens.

Enfin, je tiens à remercier ici les habitants et les associations qui ?uvrent chaque année pour la solidarité à Paris. Ils jouent un rôle irremplaçable que notre collectivité peut appuyer, et elle le fait largement, mais qu?elle ne pourrait certainement pas remplacer, et je voulais le souligner ici.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur DARGENT.

Je donne la parole à Mme Olga TROSTIANSKY.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Monsieur le Président, cher Claude, je voulais remercier M. Claude DARGENT de la façon dont il a vraiment souligné l?implication et l?effort financier de la collectivité parisienne, mais aussi en saluant le travail des associations, pour venir en aide aux plus démunis tout au long de l?année et peut-être de manière particulière pendant cette période hivernale.

Nous avons effectivement un travail important qui est réalisé au niveau des maraudes et le financement de ces maraudes confiées à l?association ?Aurore? dans l?Ouest parisien, comme vous l?avez également citée, La Bagagerie, montrent bien notre volonté de rééquilibrer l?action en termes de territoire dans la prise en charge des personnes les plus démunies.

Vous avez évoqué le centre d?hébergement Bertillon qui nous a permis l?an dernier d?héberger 149 mineurs durant près de six mois et nous avons décidé de mettre à nouveau cette année un bâtiment à disposition d??Aurore? dans le 9e arrondissement pour héberger à la fois des mineurs et des majeurs. C?est un centre d?hébergement temporaire qui ouvrira dans quelques jours, la semaine prochaine, je pense.

Vous vous souvenez aussi de la suppression par l?État des places d?hébergement pour les jeunes femmes en errance, l?association A.P.A.S.O., en juin dernier, et pour laquelle je m?étais engagée à intervenir auprès du Préfet. Je voulais vous informer que ce centre a pu rouvrir il y a une quinzaine de jours jusqu?au 31 mars. C?est vrai qu?on a besoin de ce centre d?accueil pour jeunes filles ; je les ai rencontrées la semaine dernière et on a vraiment besoin de ce centre d?hébergement pour les accueillir.

On a effectivement des centres d?hébergement pour 550 places et également des gymnases et des salles en mairie, comme vous l?avez réexpliqué.

A ce sujet, c?est vrai, Monsieur DARGENT, que vous réclamiez avec les élus de l?opposition dans le 15e arrondissement l?ouverture d?un lieu de mise à l?abri dans la mairie, et cela depuis plusieurs années. C?est vrai que le v?u que vous avez déposé en ce sens, devant le Conseil d?arrondissement, n?a pas été vain puisque, pour la première fois cette année, la mairie du 15e a ouvert cette salle municipale - je voulais vraiment le saluer - qui permet d?accueillir une quinzaine de personnes pendant cette période hivernale.

Enfin, Monsieur DARGENT, vous avez souligné la qualité et la pertinence du travail réalisé par l?association ?Aurore?, et aussi également dans le centre d?hébergement Suzanne Képès dans le 15e arrondissement.

Je voulais vraiment dire à quel point ce centre, qui met à l?abri des femmes victimes de violence, fait vraiment un travail tout à fait formidable de prise en charge de tous ces traumatismes qui sont liés à des violences.

On sait vraiment qu?on a des besoins et on intervient de façon tout à fait déterminée auprès de l?Etat, avec Mme Fatima LALEM évidemment, pour qu?un deuxième établissement de ce type puisse être créé à Paris.

Je vous propose de voter ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci.

Monsieur MENGUY veut donner une explication de vote. Je lui donne la parole.

M. Jean-Baptiste MENGUY. - Monsieur le Président, il convient sur ces sujets de saluer avant tout l?engagement des bénévoles et des associations qui, au quotidien, s?engagent sans relâche pour apporter une aide élémentaire mais nécessaire aux plus démunis, à ceux qui sont frappés par un accident de la vie ou par une grande souffrance et une grande misère.

Je crois que ces personnes, lorsqu?on leur vient en aide, finalement se moquent bien de savoir si c?est une aide qui vient de la droite ou de la gauche, et toutes les collectivités publiques qui s?engagent assument leurs responsabilités d?élus, que ce soit la mairie d?arrondissement, la Ville, le Département ou l?Etat.

Je salue évidemment l?engagement de l?association ?Aurore? qui est bien implantée dans notre arrondissement. Il faudra peut-être voir aussi les modalités en termes de besoins complémentaires de locaux.

Mais je regrette, encore une fois, le ton polémique de M. Claude DARGENT, qui semble vouloir agiter le chiffon rouge sur des sujets qui ne le méritent pas. J?en veux pour preuve la question des Restos du C?ur, qui grâce à l?intervention de M. Philippe GOUJON et M. Jean-François LAMOUR, et à l?engagement de Mme Sylvie CEYRAC, l?adjointe au maire du 15e, ont pu pérenniser leur local dans le 15e.

Je crois que, toutes et tous ici sur ces bancs, nous devons nous en féliciter, qu?ils soient de droite ou de gauche. Donc, nous voterons ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur MENGUY.

Madame TROSTIANSKY, vous avez la parole, mais soyez brève.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, rapporteure. - Evidemment, je ne voulais pas revenir par rapport au budget sur l?ensemble des remarques qui viennent d?être faites, je voulais juste donner un chiffre sur l?engagement de l?Etat et de la Ville sur la lutte contre l?exclusion. Un exemple : sur l?aide alimentaire, qui est de la responsabilité de l?Etat, la Ville met à contribution 6 millions d?euros par an et l?Etat, 3 millions d?euros.

C?est juste pour relativiser les propos qui viennent d?être tenus sur un exemple éclairant.

M. Christian SAUTTER, président. - Je pense que cette précision était utile et, vu l?heure, je pense, Monsieur MENGUY, que nous allons passer au vote.

(Brouhaha).

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 603 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté à l?unanimité. (2010, DASES 603 G).