Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

38 - 1999, DLH 13 - DAUC 25 - Autorisation à M. le Maire de Paris de consentir le dépôt par la S.A.G.I. d'une demande de permis de construire en vue de la construction d'une dizaine de logements sociaux de type P.L.I. sur un terrain communal situé 31, rue de Meaux - 2, cité Lepage (19e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1999


M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Nous passons au DLH 13 - DAUC 25.
La parole est à M. BLET.
M. Jean-François BLET. - L'aménagement du secteur " Chaumont-Lepage " fut engagé par la délibération du 26 mars 1984 qui instaura un périmètre de Droit de préemption urbain sur un territoire largement intéressé par une réserve pour équipements publics, au profit de l'enseignement.
Cette opération se poursuit aujourd'hui avec le dépôt d'un permis de construire au 31 rue de Meaux.
Le contenu du programme fut ensuite précisé lors de ce funeste jour de février 1988 qui marqua l'accélération du processus de purification ethnique de l'Est parisien.
Je ne fais que reprendre la formule de votre collègue R.P.R., Patrick DEVEDJIAN, qui est le grand ami du Président de la République et son avocat !
Le périmètre de DPUR fut confirmé sur un secteur de 1,05 ha environ de superficie au sol, le contenu du programme d'équipements scolaires qui servit de prétexte à l'instauration du DPU fut réduit à une école maternelle d'une dizaine de classes, ce qui laissait de vastes emprises, dont la Ville était déjà en majeure partie propriétaire, disponibles pour justifier de nouveaux aménagements et nouvelles densifications.
Le parti d'aménagement prévu comportait le prolongement de la rue de Chaumont jusqu'à la cité Lepage, la création d'une placette à la jonction des deux voies, l'implantation de l'école en bordure de la placette, l'ouverture de la cité Lepage sur le boulevard de la Villette, la réalisation d'un important programme de logements (reconstruction - réhabilitation) sur le surplus des terrains.
Ce programme a été pour l'instant en grande partie suivi. La rue de Chaumont a été prolongée jusqu'à la Cité Lepage. De 1992 à 1997, ont été érigés l'école maternelle et trois immeubles correspondant à un total de 71 logements le long de la rue de Chaumont. Les deux immeubles, situés du 6 au 12 de la rue de Chaumont, ont bénéficié de financement P.L.I. et l'immeuble qui leur fait face, de logements P.L.A.
La suite de cette opération prévoit la construction d'un immeuble de logements de type P.L.I. au 31, rue de Meaux, la démolition des logements sociaux de fait du " placard rose ", pour employer la terminologie qui se veut peut-être péjorative de la S.A.G.I., situé du 8 au 16 de la Cité Lepage, dont la réhabilitation devrait être envisagée et la réhabilitation programmée, du 168 boulevard de la Villette, immeuble sur porche qui marque l'entrée de la Cité Lepage sur le boulevard de la Villette.
Le 31 rue de Meaux représente donc la quatrième phase de cette Z.A.C. de fait. L'immeuble qui occupait cette parcelle était propriété de la Ville qui l'avait acquis à l'amiable dans le cadre d'une procédure de déclaration d'utilité publique. Cet immeuble faisait l'objet d'un arrêté de péril et l'évacuation des derniers locataires sans titre eut lieu, l'an dernier, le 30 juillet. La démolition suivit dans la foulée.
Le parti pris architectural du futur bâtiment n'est évidemment pas précisé. Nous ne pouvons que déplorer une fois de plus cette absence de données architecturales. L'engagement est toutefois pris de s'aligner sur les immeubles mitoyens en se limitant à du R plus 4.
Enfin, le choix de logements P.L.I. est également sujet à caution. En effet, sur l'ensemble de l'opération, ce type de logements devrait largement dominer.
Jouxtant le secteur d'aménagement " Chaumont-Lepage " un autre secteur de DPUR, le passage de la Brie attend depuis des années une réhabilitation légitime.
Vous nous aviez confirmé, Monsieur le Maire, lors du Conseil de Paris du 28 avril 1997 que l'élargissement de voirie qui justifiait à l'origine la mise en ?uvre d'un DPUR sur le passage de la Brie était caduque.
Après ce renoncement judicieux, il vous appartient de réparer les outrages infligés à ce passage qui, en fait, est d'ailleurs une véritable rue. Laissé à l'abandon depuis des années le passage de la Brie regroupe une vingtaine d'immeubles abritant une centaine de familles. Cette séquence urbaine remarquablement cohérente doit être réhabilitée. Nous attendons toujours l'étude sur le potentiel de réhabilitation du passage de la Brie que nous vous demandons depuis avril 1997.
Levez sans tarder cette DPUR devenue sans objet, renoncez à toute nouvelle DUP sur ce passage, prévoyez une M.O.US. spécifique et un accompagnement social maintenant les habitants sur les lieux réhabilités.
Cette belle rue faubourienne doit ainsi être embellie par vos soins les plus assidus.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci. Monsieur BULTÉ a la parole pour répondre à M. BLET.
M. Michel BULTÉ, adjoint, au nom de la 6e Commission. - J'ai écouté avec la plus grande attention M. BLET qui a fait un long monologue et une critique de l'ensemble du quartier, mais qui ne m'a pas posé véritablement de question.
Ce projet de délibération a donné lieu à un avis favorable au Conseil du 19e arrondissement concernant la réalisation de ces logements P.L.I. Nous prendrons garde, Monsieur BLET, à préserver le caractère faubourien de la rue de Meaux, d'autant plus, comme vous le savez, que j'y suis particulièrement attentif car j'y habite.
Je souhaite donc qu'on puisse, bien entendu, voter favorablement sur ce projet de délibération.
Quant au problème du passage de la Brie, nous l'évoquerons en temps opportun.
M. Gérard LEBAN, adjoint, président. - Merci, Monsieur BULTÉ.
Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 13 - DAUC 25.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (1999, DLH 13 - DAUC 25).