Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

76 - QOC 99-192 Question de M. Christophe CARESCHE et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet du mode de chauffage du foyer de personnes âgées de la rue Duhesme (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1999


Libellé de la question :
" Cet hiver, lors d'une visite au foyer de personnes âgées de la rue Duhesme (18e), M. Christophe CARESCHE et les membres du groupe socialiste et apparentés ont constaté une situation qui ne leur paraît pas acceptable.
Cet établissement, contrairement aux autres structures du même type de l'arrondissement pourvues du chauffage central, est équipé de convecteurs électriques individuels dans les chambres, les parties communes n'étant pas chauffées.
M. Christophe CARESCHE et les membres du groupe socialiste et apparentés ont rencontré plusieurs pensionnaires de ce foyer vivant dans une chambre à la température de 12 degrés, n'allumant pas leur appareil de chauffage car ils ne pouvaient assumer une facture d'électricité trop élevée pour leurs modestes ressources.
Ne serait-il pas possible, soit d'équiper ce foyer d'un chauffage central au gaz, soit de prévoir pour les personnes à faibles revenus une aide forfaitaire destinée à prendre en charge, au moins en partie, leur facture d'électricité ? "
Réponse (Mme Marie-Thérèse HERMANGE, adjoint) :
" L'immeuble de logements pour personnes âgées DUHESME, situé 40, rue Duhesme dans le 18e arrondissement, est composé de 36 studios F1 bis de 30 mètres carrés à 34 mètres carrés et de 5 appartements F2 de 48 mètres carrés environ ; il a été ouvert en 1996.
Cet établissement accueille des personnes valides et autonomes. Une gardienne est présente dans l'immeuble. Une conseillère en économie sociale et familiale intervient auprès des résidants tant pour faire valoir leurs droits au bénéfice des aides légales et facultatives, que pour les aider à se servir des appareils de confort, qui se trouvent dans les studios.
La situation individuelle des résidants fait donc l'objet d'un suivi attentif, mais qui n'a pas permis de déceler de situation de détresse du point de vue humain ou financier.
Il lui a été demandé cependant d'accentuer la vigilance dont elle fait preuve envers les résidants afin de signaler tout cas qui nécessiterait une aide supplémentaire.
Le cumul des aides financières (Aide Personnalisée au Logement, Allocation Ville de Paris et Allocation Logement de la Ville de Paris) permet de réduire d'un tiers la charge de la redevance due pour le logement et les résidants disposant de faibles ressources sont aidés en cas de besoin. En aucun cas, l'insuffisance des ressources de l'un des résidants ne doit pouvoir conduire à la situation décrite par M. le Conseiller. "