Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

99 - QOC 99-160 Question de M. Georges SARRE et des membres du groupe du Mouvement des citoyens à M. le Maire de Paris à propos du projet de création d'un groupement d'intérêt public " Universités de Paris "

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1999


Libellé de la question :
" M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens attirent l'attention de M. le Maire de Paris sur le projet de création d'un groupement d'intérêt public (G.I.P.) annoncé par les présidents des Universités de Paris, lors d'une conférence de presse tenue le 27 janvier 1999.
Cette structure fédérative de coopération opérationnelle paraît en effet essentielle pour développer des projets scientifiques et pédagogiques ou encore des services et outils communs, mais aussi pour mieux affirmer la présence des universités parisiennes sur le plan national et international.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens rappellent à ce sujet à M. le Maire de Paris qu'il avait proposé, dans cet esprit, que la Ville de Paris prenne l'initiative de créer un pôle " Ville de Paris-Universités ".
Or, ce G.I.P. pourrait, selon les présidents des Universités de Paris, réunir dans un premier temps les 8 universités parisiennes, le C.R.O.U.S., la Cité internationale, ainsi que, le cas échéant, la Région d'Ile-de-France et la Ville de Paris.
La Municipalité parisienne n'ayant toujours pas retenu à ce jour le principe de la création d'un pôle " Ville-Universités ", ils demandent à M. le Maire de Paris s'il entend contribuer à la mise en ?uvre de ce G.I.P. " Universités de Paris ", notamment sur le plan financier.
M. Georges SARRE et les membres du groupe du Mouvement des citoyens souhaitent naturellement que M. le Maire de Paris se rapproche des présidents des universités pour soutenir leur initiative en prévoyant, par exemple, l'attribution d'une subvention exceptionnelle pour la création de ce G.I.P. "
Réponse (M. Jean de GAULLE, adjoint) :
" Je remercie M. SARRE de sa question qui montre qu'il est peu informé de l'action entreprise à l'initiative du Maire de Paris depuis plusieurs mois concernant l'enseignement supérieur.
Le Maire de Paris a pris l'initiative dès le mois de juillet d'une concertation approfondie que j'ai conduite personnellement avec les présidents d'université, concertation qui a conduit à l'annonce, en plein accord avec les présidents d'université, de la mise à disposition des universités parisiennes de 200.000 mètres carrés dans la Z.A.C. " Paris-Rive gauche " afin d'y créer un Nouveau Quartier Latin qui pourra accueillir l'Université Paris VII, l'Institut de Physique du Globe et l'INALCO.
Cette réalisation permettra alors de mettre en ?uvre une opération de restructuration et de regroupement géographique des universités parisiennes et d'améliorer les conditions de logement, de travail et de sécurité des étudiants parisiens, notamment sur le site de la Sorbonne et de Jussieu.
Les Présidents des 8 universités de Paris ainsi que le Président de l'INALCO ont annoncé, lors de leur conférence de presse du 27 janvier 1999 la création d'un Groupement d'Intérêt Public (GIP) dénommé " Universités de Paris " qui aura pour vocation de promouvoir des projets interuniversitaires, de coordonner les actions et de gérer des services communs.
Cette proposition s'inscrit dans la droite ligne de la réflexion que nous avons menée ensemble, et la Ville de Paris entend bien évidemment y participer.
D'une manière plus générale, je tiens à souligner que l'apport de la Ville dans le plan U3M sera à la hauteur de l'enjeu : préserver, développer et moderniser les universités de Paris, pour que Paris reste fidèle à sa vocation de grande capitale universitaire, scientifique et médicale qu'elle est aujourd'hui. C'est l'ambition de Paris. Nous attendons évidemment que l'Etat confirme de manière concrète, tangible et significative les intentions qu'il a manifestées concernant la modernisation des universités de Paris Centre. Nous espérons que la Région aussi répondra positivement à l'appel du Maire de Paris, car l'intérêt de Paris dans cette affaire est aussi celui de l'Ile-de-France. "