Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

65 - QOC 99-182 Question de MM. Bertrand DELANOË, Jacques BRAVO et des membres du groupe socialiste et apparentés à M. le Maire de Paris au sujet de la situation financière de l'ARICOM

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1999


Libellé de la question :
" L'attention de MM. Bertrand DELANOË, Jacques BRAVO et des membres du groupe socialiste et apparentés a de nouveau été attirée par la situation de l'Association pour le rayonnement de l'identité culturelle des Français d'Outre-Mer (A.R.I.C.O.M.).
Cette association, largement subventionnée par la Ville de Paris, a connu en 1997 de graves difficultés financières, liées à la fin de parution de son magazine " France-Iles ". Sa gestion et son efficacité font toujours l'objet de critiques.
Depuis cette date et alors que la subvention de la Ville de Paris est passée de
4,6 millions de francs dans le compte administratif de 1997 à 1,9 million de francs dans le budget primitif de 1999, l'activité de cette structure semble s'être considérablement réduite et ne plus répondre de manière satisfaisante aux attentes des concitoyens originaires des D.O.M.-T.O.M.
1°) Quelle est aujourd'hui la situation financière réelle de cette association ?
2°) Quelles en sont les perspectives d'activité pour les années à venir et pour quels bénéficiaires ?
Dans un souci de transparence, il importe que M. le Maire communique au Conseil de Paris des informations plus précises sur le rôle que la Ville de Paris entend faire jouer à cette association et sur l'ensemble des moyens (financiers, personnels, locaux) mobilisés à cette fin. "
Réponse (M. Jean-François LEGARET, adjoint) :
" Depuis 1978, la Mairie de Paris est présente dans tous les domaines porteurs de l'identité et de la personnalité culturelle de l'Outre-Mer français ; il s'agit, avant tout, de favoriser la reconnaissance des talents individuels et de la diversité des quelques 460.000 Parisiens et Franciliens originaires des DOM-TOM, chacun apportant ses références culturelles, tout en s'identifiant à la Nation et en préservant lien social et cohésion nationale.
En 1998, l'ARICOM a poursuivi son programme de manifestations culturelles, avec notamment l'organisation d'un colloque universitaire international à la Sorbonne et celle d'un salon des artistes peintres et sculpteurs français d'Outre-Mer.
L'ARICOM a, en outre, contribué à la commémoration du cent cinquantième anniversaire de l'abolition de l'esclavage ; elle a ainsi participé en partenariat avec le Secrétariat d'Etat à l'Outre-Mer, à la création de la pièce de théâtre " Mémoires d'Isles " et à une exposition historique et pédagogique.
Elle a été enfin co-organisatrice de la " Marche Silencieuse " du 13 mai 1998, de la place de la République à la place de la Nation, qui a rassemblé plus de 300.000 participants.
Compte tenu des évolutions budgétaires, la subvention de la Ville de Paris a été réduite de 4,6 millions de francs en 1998 à 1,9 million de francs en 1999. Cette diminution a conduit l'ARICOM à quitter en fin 1998 ses locaux situés 3 ter, boulevard de Charonne - Paris 11e pour s'installer au 120, rue de Charonne dans des conditions financières plus avantageuses.
Il convient de souligner que l'ARICOM poursuit en 1999 un programme de manifestations culturelles très appréciées par la Communauté d'Outre-Mer et par les parisiens.
Le rapport d'activité pour l'année 1998, que je tiens à votre disposition, illustre le rôle nécessaire qu'elle joue au sein de la Communauté pour le rayonnement de l'identité culturelle des Français d'Outre-Mer. "