Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mars 1999
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

114 - QOC 99-205 Question de Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE à M. le Maire de Paris relative aux déjections canines

Débat/ Conseil municipal/ Mars 1999


Libellé de la question :
" Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE ont constaté que les trottoirs de la Capitale sont de plus en plus salis par les déjections canines. Ils souhaiteraient connaître la fréquence moyenne de passage des engins de nettoiement.
De plus, Mme Danièle GIAZZI, MM. Gérard LEBAN et Dominique CANE aimeraient savoir quelles sont les possibilités d'interventions pour les petites rues où les services passent moins souvent. "
Réponse (M. Patrick TRÉMÈGE, adjoint) :
" La Municipalité parisienne s'emploie à lutter contre le problème des déjections canines à travers une triple approche :
- préventive, par la sensibilisation des propriétaires de chiens, des opérations d'éducation canine et la mise en place, pour l'instant à titre expérimental mais qui devrait prochainement s'étendre, de dispositifs spécifiques (espaces canins,...) ;
- répressive, à travers la verbalisation des propriétaires indélicats. Difficile à réaliser, ce volet se renforce toutefois, comme le montre le nombre en hausse constante des PV dressés ;
- curative, à travers le lavage et le balayage des rues et l'intervention de motos spécialement équipées, qui devrait reprendre très prochainement, à une fréquence supérieure à ce qui était réalisé par le passé.
En ce qui concerne plus particulièrement l'intervention des agents de la propreté de Paris, les rues de la Capitale font normalement l'objet, quelle que soit leur taille, d'un balayage quotidien. Un lavage à la lance est également effectué, au minimum une fois par semaine dans toutes les rues.
Ces opérations de lavage à la lance sont renforcées, pouvant atteindre un rythme quasi-quotidien, dans les rues, larges ou étroites, où il est constaté soit une forte activité commerciale, soit une forte exposition aux souillures canines. "