Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 1998
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Voeu relatif aux pollutions engendrées par les locomotives diesel de la gare de l'Est.

Déliberation/ Conseil municipal/ Juin 1998 [1998 V. 8]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 30 juin 1998.
Reçue par le représentant de l'Etat le 30 juin 1998.
Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Les locomotives diesel qui desservent les lignes Paris-Bâle et Paris-Troyes au départ de la gare de l'Est et leur grill d'approvisionnement "Pajol-Villette" sont l'un des facteurs de pollution les plus graves des quartiers du Nord-Est parisien ;
Trois arrondissements sont concernés, le 18e, le 19e et le 10e, ainsi qu'une dizaine d'écoles situées dans ce périmètre ;
Ces locomotives génèrent fumées opaques, poussières, suies, odeurs persistantes de gaz oil, bruits et sifflements des puissants moteurs diesels qui perturbent la vie de milliers d'habitants de jour comme de nuit, 365 jours par an ;
Les conséquences pour les habitants de ces quartiers sont graves : pathologies diverses, maux de gorge, crises d'asthme, etc., liées à cette pollution de l'air due au diesel ;
Les poussières des fumées comportent des composés cancérigènes, les facteurs de risques sanitaires sont importants ;
Les mauvaises odeurs qui imprègnent en permanence le site, rendent impossible aux riverains directs d'ouvrir leurs fenêtres. Poussières et suies pénètrent et stagnent dans les appartements ;
Alors qu'une solution simple existe :
Les locomotives diesel du Paris-Bâle sont interdites en Suisse. Elles décrochent à Mulhouse ou elles sont remplacées par des locomotives électriques ;
Lors d'une séance de concertation avec les associations de riverains, mardi 16 juin, la S.N.C.F. a reconnu qu'une telle opération était possible, moyennant un délai de 10 minutes. Le site retenu étant Gretz Armanvilliers ;
La S.N.C.F. doit traiter avec les mêmes égards les Parisiens et leurs enfants que les Suisses ;
Sur la proposition de M. Jean-François BLET,

Emet le voeu :

Que les locomotives diesel des trains Paris-Bâle et Paris-Troyes soient décrochées à Gretz Armanvilliers (Seine-et-Marne) et ne pénètrent pas dans Paris.

Souhaite :

Que des logements locatifs soient réservés dans le programme de construction d'immeubles d'habitations de la Compagnie immobilière pour le logements des fonctionnaires civils et militaires de l'Etat (C.I.L.O.F.) à Gretz Armanvilliers (Seine-et-Marne) pour les employés de la S.N.C.F. dont le logement s'avérerait nécessaire à Gretz Armanvilliers pour opérer le décrochement des locomotives diesel.