Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, SG 139 - Signature d'une convention triennale avec l'association "Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles de Paris" (CIDFF de Paris) pour l'attribution d'une subvention. - Montant : 50.000 euros. Vœu déposé par Mmes Emmanuelle BECKER, Danielle SIMONNET et les élus du groupe Communiste et élus du Parti de Gauche, relatif à l'élaboration d'une charte de communication.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du projet de délibération SG 139 sur lequel Emmanuelle BECKER s'est inscrite. Vous avez la parole.

Mme Emmanuelle BECKER. - Merci.

Le vote d'une subvention au centre d'information sur les droits des femmes est une excellente chose. Si un important travail législatif a été accompli à la fin du siècle dernier, les stéréotypes sexués ont la vie dure. En effet, les femmes ont des droits mais ces droits ont parfois tant de mal à imprégner en profondeur notre société qu?il est plus que nécessaire aujourd'hui d'encourager l'action d'un centre d'information.

Pour que les mentalités changent, il faut répéter sans relâche cette information : la femme est l'égale de l'homme.

Encore aujourd'hui en 2009. J'en veux pour preuve une opération récente de communication. Le 8 avril dernier se tenait dans les salons de l'Hôtel de Ville la soirée des lauréats du "Réseau Entreprendre Paris". Un carton d?invitation a été envoyé à plusieurs dizaines de personnes. Son visuel tendait malheureusement à la caricature sexiste, on n'y voyait qu'une femme pour huit hommes : l'hôtesse d'accueil. Si c'est la seule place des femmes dans l'entreprise ou à l?occasion d?une soirée dans les salons de l?Hôtel de Ville, il y a de quoi s'inquiéter. Les hommes en costume boivent du champagne en discutant, la femme, quant à elle, souriante et muette, regarde devant elle. La légende du dessin rajoute : "Il y aura une jolie demoiselle pour vous accueillir".

Cette consternante représentation contredit tous nos efforts en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes. De fait, la mixité et l'égalité effective entre les femmes et les hommes reste à accomplir. Des pans entiers de la vie professionnelle sont soit dévolus soit déconseillés aux femmes. Des rôles conformés restent véhiculés collectivement. Des indices matériels viennent nous rappeler que cette égalité n'est pas acquise. Dans le monde professionnel, ce sont les écarts de rémunération, le taux de sous-emploi ou de temps partiel contraint. Dans la sphère privée, près d'une femme sur dix est victime de violences conjugales.

Le vote d?une subvention au centre d?information sur les droits des femmes s?inscrit dans la volonté de notre majorité municipale d?agir pour la promotion de l?égalité femmes-hommes, contre toutes les formes de discrimination et contre les violences faites aux femmes.

Je conclurai.

Afin de poursuivre notre mobilisation, le groupe Communiste et élus du Parti de Gauche propose que, dans le cadre de nos politiques de promotion et l?égalité entre les femmes et les hommes, la Ville élabore une charte de communication qui tienne compte des représentations que nous voulons combattre et des valeurs que notre majorité entend porter.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs de la majorité municipale).

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, la parole est à Mme Fatima LALEM.

Mme Fatima LALEM, adjointe, au nom de la 6e Commission. - Merci, Monsieur le Maire.

Je tiens tout d?abord à m?associer pleinement à l'intérêt porté par Emmanuelle BECKER et les élus de son groupe, quant au travail du centre d'information sur les droits des femmes et des familles de Paris.

En effet, le C.I.D.F.F., ce centre, permet aux Parisiennes d'avoir un accès simple et de proximité à l'information sur leurs droits personnels et familiaux, au recours en matière de discrimination, en matière de harcèlement professionnel, etc. Il agit ainsi comme un lieu ressources et participe aux formations dispensées aux agents de la Ville pour l'accueil des femmes victimes de violences.

Par ces missions, cette structure favorise l'autonomie des Parisiennes et l'exercice de leur citoyenneté. Comme vous le savez, cette dimension est un des enjeux majeurs de notre politique municipale en faveur de la promotion des droits des femmes et de l'égalité. La réalisation de cette ambition suppose de mener un travail en profondeur sur les représentations sexuées, stéréotypées qui sont encore trop souvent notre lot quotidien, comme vous l?avez si bien précisé.

Pour cela, avec mes collègues de l'Exécutif, j'ai entrepris une démarche de sensibilisation en privilégiant deux axes de travail. D'une part, j'ai impulsé la création d'un comité de pilotage, afin de renforcer nos interventions en direction des jeunes sur les questions de prévention des violences et des comportements sexistes. Ma collègue Colombe BROSSEL évoquait hier ici même les violences des jeunes. J'aimerais rappeler qu'il faut compter parmi ces violences les violences sexistes.

D?autre part, ce travail de longue haleine sur les stéréotypes est pleinement intégré dans le cadre du plan d?égalité professionnelle mis en ?uvre depuis 2006 par les vingt-deux directions de la Ville au profit de nos 49.000 agents.

Plus largement, cette démarche essentielle de déconstruction systématique des stéréotypes sexistes s'inscrit dans l'ensemble des partenariats qu?il suscite et des actions qui en découlent.

C'est pourquoi, dans un souci partagé de créer les conditions d'une culture commune en matière d'égalité entre les femmes et les hommes, je suis favorable à l'adoption de ce v?u, et je propose que nous puissions travailler dans les prochains mois à l'élaboration d'une charte de lutte contre les stéréotypes en lien avec le service de l'information et de la communication, dont je tiens à saluer l'efficacité et l'engagement en faveur de l'égalité entre les femmes et les hommes.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci de cette perspective.

Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Avis unanime ?

Pas d?opposition, ni d?abstentions ?

Le v?u est donc adopté à l'unanimité. (2009, V. 206).

Je vous remercie.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération SG 139.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, SG 139).