Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DASCO 8 - Signature avec l'Université Paris-Sorbonne Paris IV - Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l'Académie de Paris (IUFM) d'un contrat de transaction pour que l'université rembourse à la Ville 50 % du coût global des travaux de réfection de toiture de l'ensemble immobilier 10 rue Boursault - 56 boulevard des Batignolles (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le projet de délibération DASCO n° 8. Il s'agit de la signature avec l'université Paris-Sorbonne Paris IV, l'Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l'Académie de Paris, d'un contrat de transaction pour que l'université rembourse à la Ville 50 % du coût global des travaux de réfection de toiture de l'ensemble immobilier du 10 rue Boursault - 56 boulevard des Batignolles, dans le 17e.

Monsieur BENESSIANO, vous avez la parole.

M. Hervé BENESSIANO. - Merci, Madame la Maire.

A un moment où nous parlons de décentralisation qui doit se traduire par plus de pouvoir dans les arrondissements - on vient d?en terminer le débat -, à un moment où l'on vient d'accorder, dans le cadre de la réfection de la toiture de ce remarquable établissement, des sommes conséquentes, je trouve dommage que cet établissement, comme d'autres à Paris, soit dégradé par l'affichage de banderoles qui, au fil du temps d'ailleurs, se délitent le long des façades, que de tels établissements publics, qui doivent respecter par définition, j'allais dire, la neutralité de cette République, ne servent en fait que d'appui à des messages politiques ou syndicaux, alors qu'il me semble que ces établissements mériteraient d'être davantage respectés.

J'ai remarqué aussi que certains établissements publics, que l'on appelle des mairies, rencontrent également ce type de problème au sein de la Capitale. Et je trouve qu?il faut assurer un minimum de respect de ces établissements. Il y a bien des lieux et bien des sites pour pouvoir passer des messages, quels qu'ils soient, sans transformer les établissements publics en dazibao.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Madame BROSSEL, sur ce commentaire général ?

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, au nom de la 7e Commission. - Au-delà du projet de délibération, nous n'allons effectivement pas être d'accord, M. BENESSIANO et moi-même, parce qu?il y a une chose qui caractérise les mairies, comme l'ensemble des établissements scolaires, c?est que ce sont des lieux de débat. Ce sont des lieux de débat où les citoyens sont là pour participer à la politique de la cité, sont là pour participer à l'élaboration de ce que nous faisons ensemble. Les débats politiques ne sont pas déconnectés des citoyens, ne sont pas déconnectés de l'endroit où les gens vivent et où les gens agissent.

Donc, oui, ces établissements - et je mets évidemment l'ensemble des établissements scolaires parisiens dans ce lot sont aussi des lieux où le débat politique vit, sont aussi des lieux où aujourd'hui on résiste à un certain nombre d'attaques qui sont portées violemment contre les personnels, contre les usagers. Donc, il me semble tout à fait naturel et légitime qu'ils soient utilisés comme lieux de participation au débat.

Pour ma part, je ne peux que me féliciter que, pour faire le lien entre le scolaire et les mairies d'arrondissement, un certain nombre de mairies d'arrondissement, pas toutes, accueillent, supportent, y compris visiblement, le combat mené par RESF sur la défense d'un certain nombre d'enfants de parents sans papiers.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Madame BROSSEL.

Nous sommes effectivement nombreux à soutenir ce combat.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 8.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s?abstient ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DASCO 8).