Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DPA 188 - Approbation du principe de restructuration globale de la crèche collective 84 M, boulevard Péreire (17e) et des modalités de passation du marché de maîtrise d'oeuvre. - Dépôt des demandes de permis de démolir et de construire. Vœu déposé par Mme Brigitte KUSTER, M. Hervé BENESSIANO et les élus du groupe U.M.P.P.A. relatif à la crèche 84, boulevard Péreire (17e).

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Nous examinons le projet de délibération DPA 188 sur lequel le groupe U.M.P.P.A. a déposé le v?u référencé n° 38 dans le fascicule. C?est l?approbation du principe de reconstruction globale de la crèche collective 84 M, boulevard Pereire et des modalités de passation du marché de maîtrise d??uvre.

La parole est à Mme KUSTER mais Hervé BENESSIANO va prendre la parole.

M. Hervé BENESSIANO. - Il s'agit de travaux de restructuration que nous ne contestons en aucune façon, considérant qu'ils sont nécessaires dans le cadre de la lutte contre la vétusté dans les établissements scolaires et de petite enfance.

Nous avons simplement émis un v?u parce qu'il existe dans cette partie de l'arrondissement, dans ces quartiers de la Plaine Monceau et des Ternes un très grand déficit de structures.

En effet, actuellement, une demande sur dix dans ces quartiers est satisfaite, ce qui est un des pires taux de la Capitale. Il est impossible par ailleurs de transférer, vu les considérants que je viens d'énoncer, pendant un an, des enfants de cette crèche située 84 bd Pereire, dans des établissements de proximité, les enfants étant systématiquement affectés l'année suivante dans les sections supérieures.

Si les crèches de proximité accueillent les enfants de la crèche située au 84, boulevard Pereire, ce sera automatiquement au détriment des administrés qui sont sectorisés sur ces crèches de proximité.

C'est pourquoi nous émettons le v?u que le projet de délibération concernant la restructuration globale de la crèche du 84, boulevard Pereire soit accompagné d'un engagement d'accueil desdits enfants dans une structure provisoire édifiée à cette occasion dans un périmètre que je qualifierai de raisonnable puisque comme on le sait, le matin, les familles ne peuvent faire des distances importantes pour déposer un enfant dans une structure d'accueil.

Voilà l'objet de ce v?u, Monsieur le Maire.

M. Pierre SCHAPIRA, président. - La parole est à Christophe NAJDOVSKI.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Monsieur BENESSIANO, je vous dirai la même chose qu'en commission.

Nous allons livrer d'ici l'année 2012 un équipement dans la Z.A.C. "Cardinet-Chalabre", situé à proximité de la structure du 84, boulevard Pereire.

Cet équipement ouvrira avant l'engagement des travaux de restructuration de la crèche du boulevard Pereire.

J'insiste sur le fait que ces travaux de restructuration sont indispensables, et je pense que cela ne fait pas débat entre nous. Nous sommes bien d?accord. Ces travaux sont indispensables et nécessitent la fermeture pendant une année de l'équipement parce qu'on ne peut pas faire des travaux avec un équipement qui continuerait à être occupé parce que ce serait impossible pour la qualité de l'accueil des enfants.

A partir du moment où vous avez un établissement qui va ouvrir à côté avant le début des travaux, on peut imaginer, et cela invalide l'un de vos considérants qui dit que vous pensez qu'il est impossible de transférer les enfants de la crèche dans les établissements de proximité. Puisque l?on va avoir l?ouverture de cet établissement, on peut très bien envisager ensemble, entre la mairie du 17e, les services de la DFPE et moi-même, le basculement de ces enfants qui pourraient être accueillis dans le nouvel établissement qui ouvrira dans la Z.A.C. "Cardinet-Chalabre".

On aura ainsi une opération qui ne se traduira pas par une réduction des capacités d'accueil, et cela permettra ainsi de pallier cette difficulté qui est une difficulté que l'on connaît partout, à partir du moment où on fait des opérations de restructurations lourdes.

Je vous propose mieux que votre v?u puisque vous proposez une structure provisoire édifiée à cette occasion dans un périmètre raisonnable, je vous propose même une structure permanente, plutôt qu'une structure provisoire. Plutôt que de devoir édifier un bâtiment provisoire, pour lequel vous ne proposez d'ailleurs pas de localisation précise et qui demandera, en tout état de cause, un engagement financier important pour un bâtiment qui serait provisoire et qu'il faudrait déconstruire ensuite, je vous propose donc une solution pérenne, de simple bon sens et je vous demande, dans ces conditions, soit de retirer votre v?u, soit, si vous ne le faites pas, je serais amené à émettre un avis défavorable.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Monsieur BENESSIANO ?

M. Hervé BENESSIANO. - Je voudrais rappeler à M. NAJDOVSKI, à qui je ne peux pas reprocher de ne pas les avoir connu, les problèmes que nous avons eu dans le secteur il y a trois ou quatre ans, concernant la rénovation des crèches, Lecomte, puis, l'année suivante, Berzelius? C'étaient des fermetures pour un an.

On nous a dit qu'on allait mettre les enfants dans les structures de proximité avec l'assurance que dans un an, de toute façon, la structure serait neuve et pourrait redémarrer. Le manque de chance, c'est que les engagements n'ont pas été tenus, que Lecomte a été livrée au bout de deux ans et Berzelius au bout de deux ans et demi, c'est-à-dire qu'il y a eu, pratiquement pendant trois années, sur l'une, et pratiquement deux années, pour l'autre, l'impossibilité de faire réintégrer les enfants.

Dans la proposition que vous nous faites, si le délai n'est pas tenu, on va pénaliser, en fait, toutes les nouvelles familles qui vont arriver sur la Z.A.C. "Chalabre-Cardinet" et qui pendant un an n'auront déjà qu'1/3 de la structure, puisque les 2/3, vous les occupez par le transfert de Pereire.

Deuxièmement, s'il y a le moindre souci, nous allons pénaliser toutes les nouvelles familles arrivant sur ce nouvel axe. C'est cela le danger, c'est la raison pour laquelle on vous a proposé une structure provisoire au cas où il y aurait un accident de parcours, comme malheureusement nous l'avons vécu sur les dernières structures.

Vous l'aviez dans la mandature précédente, parfaitement réalisé pour l'école Jouffroy Dabans, avec une structure provisoire qui, malgré les soucis qu'il y a eus sur Jouffroy Dabans, a permis de répondre à l'attente des familles. C'est la crainte que j'ai aujourd'hui après l'échec de Lecomte et celui de Berzelius.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - La parole est à Mme KUSTER.

Mme Brigitte KUSTER, maire du 17e arrondissement. J'aimerais rebondir sur ce qu'a dit M. NAJDOVSKI, en le remerciant, encore une fois, pour l'écoute qu'il a eue en commission sur un dossier qui est important pour nous. Cela mérite que l'on prenne le temps. On ne peut pas dire que la crèche Cardinet qui sera au bout de la Z.A.C. "Cardinet" vers Brochant, soit à proximité du 84, boulevard Pereire, loin de là.

Il sera donc impossible pour les parents d'emmener à pied leurs enfants. C'est infaisable - car à plusieurs centaines de mètres, peut être 800, je n'ai pas calculé -, en tous cas, c'est infaisable à pied et il n'y a pas de transport en commun sur ce trajet, que ce soit bus ou autres.

Nous sommes donc confrontés à proposer une alternative aux parents qui, en effet, part, de votre côté, d'un bon principe, en suggérant cette ouverture de crèche prochaine. Or, elle ne correspond pas aux attentes, on ne peut pas répondre cela, cela n'est pas satisfaisant. En tout cas, on ne peut pas donner cet argument, Monsieur NAJDOVSKI, de la proximité. Cette proximité n'est pas réelle dans les faits. Je vous demande de prendre le temps, avec les services, de regarder la distance que cela imposera aux familles.

Vous dites également : on ne vous propose pas d'implantation. Tout d'abord, nous avons trois à quatre ans devant nous. Ensuite, cela mérite qu'on en discute avec les services de la voirie. Nous menons d'ailleurs une réflexion à ce sujet au niveau de l'équipe du 17e, et cela mériterait que ce ne soit pas rejeté aujourd'hui.

Je me permets d'insister. Vous avez raison, Monsieur NAJDOVSKI, cela aura un coût pour la collectivité de mettre une structure provisoire, mais vous savez aussi, particulièrement dans cet arrondissement et dans ce secteur en particulier, le manque de places criant que nous avons.

Déjà, ce serait une alternative crédible et, deuxièmement, la nouvelle crèche qui va se faire sur Cardinet sera de toute façon vite remplie puisque sur la partie Batignolles et Epinettes, vous le savez aussi, Monsieur NAJDOVSKI, nous sommes en manque de places en crèche.

Je vous demande vraiment de regarder la faisabilité de cette opération, le coût éventuel d'une structure provisoire, avant de dire que la crèche Cardinet sera une solution et, Hervé BENESSIANO l'a rappelé, sans compter éventuellement les retards que nous allons prendre car, malheureusement, de plus en plus souvent sur les marchés publics de la ville, nous le constatons, que ce soit en matière d'équipements proximité, piscines ou autres.

Je vous remercie vraiment, en tant que maire, de prendre le temps de réfléchir, Monsieur NAJDOVSKI.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Merci, Madame la Maire.

La parole est à M. Christophe NAJDOVSKI pour répondre.

M. Christophe NAJDOVSKI, adjoint, rapporteur. - J'en resterai à ma réponse, à savoir que vous dites que nous avons le temps. Donc, vous me faites part d'une suggestion et pas véritablement d'une opposition. Puisque nous avons le temps de voir les choses, si vous nous faites une proposition concrète, la Ville pourrait éventuellement la regarder, au regard à la fois de la localisation, du coût et de l'opportunité.

En tout état de cause, ce v?u, aujourd'hui, est prématuré. C'est pourquoi je maintiens l'avis défavorable puisque je propose non pas l'accueil dans une structure provisoire, mais une solution avec une structure permanente qui fera en sorte qu'on n'ait pas de perte de capacité, permettant de restructurer les éléments qui en ont bien besoin, avec à terme une augmentation de capacité.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Vous maintenez donc le v?u n° 38.

Je mets donc aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe U.M.P.P.A., assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est rejeté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 188.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DPA 188).