Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DASCO 82 - Signature des conventions avec les caisses des écoles proposant les modalités et les prix d'achat des prestations de la restauration des centres de loisirs d'été organisés en 2009.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Nous examinons le projet de délibération DASCO 82, sur lequel le groupe "Les Verts" a déposé un amendement n° 32 et sur lequel l?Exécutif propose un amendement n° 32 bis. Il s'agit de la signature des conventions avec les caisses des écoles proposant les modalités et les prix d'achat des prestations de restauration des centres de loisir pour l?été organisés en 2009.

Monsieur Jacques BOUTAULT, vous avez la parole.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. Merci, Madame la Maire.

C'est un v?u pour permettre que les repas servis pendant les centres de loisirs d'été atteignent un minimum de qualité bio.

On a déposé un v?u récurrent sur cette question au cours des années précédentes. Nous avions aussi, l'année dernière, déposé un amendement que nous avions retiré, envisageant que la Ville fasse un effort ou pousse les caisses des écoles à faire un effort pour servir dans les centres de loisirs d'été au moins un élément du déjeuner, du goûter et du pique-nique issu de l'agriculture biologique.

Comme cela n'a pas été fait pour les centres de loisirs d'été, même si je reconnais que des efforts sont faits au cours de l'année, il me paraît important de ne pas priver les enfants parisiens qui ne partent pas en vacances, donc qui restent sur Paris et qui fréquentent ces centres de loisirs, du bénéfice d'une alimentation de qualité, notamment avec des éléments issus de l'agriculture biologique, puisque vous savez que cela garantit à la fois un environnement préservé dans les campagnes et des aliments exempts de tout pesticide et autres produits chimiques, donc bien plus sains pour notre organisme.

C'est la raison pour laquelle il me semble important que, chaque jour, au moins un élément du déjeuner, du goûter ou du pique-nique soit issu de l'agriculture biologique, afin que la Ville puisse progresser en la matière, afin de pouvoir avoir une chance d'atteindre cet objectif qu'elle s'est fixé, à savoir 30 % de produits bio en 2012 sur l'ensemble des repas qui sont servis dans le cadre scolaire, ou périscolaire plus exactement.

C'est l'objet de cet amendement sur le projet de délibération DASCO 82 que nous avons déposé.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci.

Madame BROSSEL, vous avez la parole.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, au nom de la 7e Commission. - Merci.

J'ai un tout petit regret, cher Jacques BOUTAULT, c'est que malheureusement, dans le début de votre propos, vous avez commencé à dire que c'était un v?u et vous l'avez répété trois fois.

Si cela avait été un v?u, j'aurais appelé à voter pour.

Malheureusement, c'est aujourd'hui un amendement que vous proposez et je vais appeler à son retrait, sinon à son vote contre, et je vous proposerai un amendement de l?Exécutif.

D?abord, sur la préoccupation qui est la vôtre de renforcer la présence d'aliments biologiques dans les repas et dans les goûters servis aux enfants dans le cadre de la restauration scolaire, c'est une priorité, priorité réaffirmée dans le programme de mandature et à laquelle nous devrons ensemble arriver à construire les solutions.

J'y suis d'ailleurs très attachée et, dans la poursuite évidemment du travail qu'avait entrepris Pascal CHERKI, j'ai demandé, ce qui a été fait il y a maintenant une dizaine de jours, que l'ensemble des directeurs des caisse des écoles soient réunis par la Direction des affaires scolaires pour travailler sur ce sujet.

Comme vous le savez, un travail mené par un cabinet extérieur est en ce moment en cours, sur lequel nous aurons un compte rendu vers la fin du mois de juin.

J'ai proposé que ce travail soit présenté en 7e Commission et aux élus qui seraient intéressés par cette question pour que nous avancions ensemble.

Car nous ne devons pas nier, et vous le savez - nous en avons déjà discuté -, qu'il y a un certain nombre de difficultés techniques, sur lesquelles il faut que nous avancions, directeurs des caisses des écoles et élus, ensemble. Et je ne souhaite pas que nous construisions quoi que ce soit qui n'associe pas tout le monde.

Evidemment, ce sont les questions d?organisation de la filière bio.

Evidemment, c?est la question de la capacité d'un certain nombre de caisses des écoles à répondre à ces questions.

Evidemment, c'est la question sur laquelle nous sommes en train de travailler : celle des produits labellisés.

Tout ceci est en train d'être fait. Nous devrons y trouver des réponses ensemble...

M. Sylvain GAREL. - On n'a pas dix ans !

Mme Colombe BROSSEL, adjointe, rapporteure. - On n'a pas dix ans, on a jusqu?à 2014, puisque nous avons un engagement sur le programme de mandature à tenir et nous le tiendrons, et nous devrons le tenir. Et c'est bien pour cela, parce que nous n'avons pas dix mais uniquement jusqu'à 2014, que le travail que je viens de vous décrire a été entamé depuis trois mois.

Si nous devions accepter cet amendement, je vous le dis très sincèrement, nous n'aurions pas les moyens de le mettre en ?uvre. Or, je crois que la parole politique a encore suffisamment besoin dans ce pays de pouvoir être traduite en actes et de pouvoir être crédible.

C?est pour cela que je vous propose un amendement de l?Exécutif avec une formulation qui permette d'intégrer ces difficultés réelles des caisses sur lesquelles les directeurs de caisse travaillent, ce qui me paraît bien. Et si vous n'acceptiez pas de retirer votre amendement, eh bien, je demanderais un vote contre. Voilà !

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. Merci, Madame BROSSEL.

Monsieur Sylvain GAREL, retirez-vous cet amendement au profit du n° 32 bis ?

M. Sylvain GAREL. - Pas du tout et je vais vous expliquer pourquoi on le maintient.

Vraiment, des v?ux sur la question du bio, cela fait des dizaines que l'on dépose, qui sont à chaque fois adoptés et qui ne sont pas appliqués.

Et d'ailleurs, vous l'avez reconnu vous-même, vous avez dit : "Si c'était un v?u, on l'aurait voté, mais si c?est un amendement, on ne le vote pas."

Cela veut dire que, si c'est un v?u, on n?en a "rien à fiche" ! De toute façon, on le vote et on ne l'applique pas. C'est quand même très révélateur d'une certaine mentalité !

Je pense que, là-dessus, vous ne comprenez vraiment rien ! Il y a des urgences.

Là, ce que l'on propose, c?est vraiment très minimaliste, c'est un élément du déjeuner ou du goûter par jour. Vous n?allez pas me dire que c?est impossible de trouver un élément du goûter par jour ! Vous allez dans n'importe quel supermarché, il y a des biscuits bio, il y a des jus de fruits bio. Vous n?allez pas me dire qu?on ne peut pas les trouver sur le marché ! Enfin, c'est absurde !

Vous n'avez aucune volonté politique, effectivement, là-dessus et on est très loin des 30 %.

Franchement, nous proposer un amendement où il y a marqué "s?efforceront de proposer" ! Auriez-vous accepté, par exemple, de voter une délibération de la loi SRU qui dirait : "Les villes s'efforceront de construire 20 % de logements sociaux" ? Il ne faut pas s'efforcer dans le problème de l'environnement, il faut le faire. Ce n'est pas demain, c'est aujourd'hui, maintenant.

Alors, nous maintenons notre v?u et nous nous abstiendrons sur votre amendement parce que cela n'a aucun sens de s'efforcer à quelque chose que l'on peut vraiment faire.

Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, l'amendement n° 32 déposé par le groupe "Les Verts", assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

L'amendement n° 32 est repoussé.

Je mets aux voix, à main levée, l'amendement n° 32 bis de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Je vois que le Nouveau centre indépendant est "pour". Très bien.

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

L'amendement n° 32 bis est adopté.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASCO 82 ainsi amendé.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le projet de délibération amendé est adopté. (2009, DASCO 82).