Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par M. Denis BAUPIN et les éluEs du groupe "Les Verts" relatif au réaménagement de la place de la République : respect des engagements pris.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous passons à l'examen du v?u n° 73 du groupe "Les Verts" qui est relatif au réaménagement de la place de la République.

La parole est à Denis BAUPIN, une minute.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Merci, Monsieur le Maire.

En une minute pour redire que la place de la République est une des places qui subit le plus les nuisances de la circulation automobile. Ce n'est pas par hasard si les deux listes présentées au premier tour des élections municipales et qui aujourd'hui composent la majorité municipale s'étaient engagées à réaménager cette place de la République.

Si j'ai déposé ce v?u, c'est que le processus est aujourd'hui engagé pour réaménager cette place, mais que nous avons pu lire dans la presse qu'une offensive avait été lancée par les élus U.M.P.P.A, c'est-à-dire les élus Uniquement Motivés par la Priorité Partout à l'Automobile et qui, comme toujours, se battent systématiquement pour qu'on ne réduise pas la place consacrée à l'automobile, qui refont d'ailleurs une lecture extrêmement partiale des aménagements qui ont été effectués au cours de la mandature précédente, considérant systématiquement que tout ce qui a pu se faire sur Magenta, sur Clichy Rochechouart, sur Jaurès, etc. et qui a réduit la place de l'automobile, serait à vouer aux gémonies.

Au contraire, nous considérons qu'à la fois les questions de pollution de l'air mais aussi les questions de dérèglements climatiques, qui sont aujourd'hui au c?ur des débats internationaux, sont des raisons supplémentaires pour que Paris continue à aménager la Ville pour réduire la circulation automobile. C'est pourquoi, ce v?u a pour vocation que la Municipalité réaffirme son engagement à réaménager la place de la République de façon ambitieuse et sur la base des engagements pris lors des élections municipales.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

Pour répondre, Mme Annick LEPETIT.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Sur le fond, ce v?u ne me pose aucun problème puisque, comme cela a d'ailleurs été dit par Denis BAUPIN, il reprend le programme du Maire de Paris pour les municipales de 2008 et son souhait, bien sûr, qui était largement partagé par la majorité d'aujourd'hui, d'améliorer la qualité urbaine de la place de la République.

Ce v?u fait également écho à une conférence de presse tenue par les élus U.M.P. le 18 mai. Cette conférence de presse dénonçait un projet d'aménagement qui n'existe pas encore. J'ai d'ailleurs eu l'occasion de répondre par le biais d'un communiqué de presse, mais finalement la meilleure réponse, c'est que nous avons installé, jeudi dernier, le premier jury de sélection avec les maires des trois arrondissements concernés, le 3e, le 10e et le 11e. Nous avons eu notre première séance qui avait pour objectif de retenir les cinq équipes d'architectes chargées de rendre des esquisses, fin 2009, pour l'aménagement de la place.

Je rappelle à nouveau que - j'avais eu l'occasion de le faire, mais je pense que c'est bien d'insister, je remercie d'ailleurs Denis BAUPIN de m'en donner l'occasion - nous avons décidé, pour l'aménagement de la place de la République, d'une méthode consistant en une large concertation sous la houlette des trois maires d'arrondissement. Mais, plus largement, tous les Parisiens qui le souhaitaient ont pu y être associés puisque chacun pouvait envoyer une contribution sur le site de la Ville.

Et puis, deuxième étape, un jury de concours qui est composé, entre autres, par différents collèges, mais un collège d'élus où deux élus de l'opposition - je le rappelle - siègent, Marie Claude-Annick TISSOT qui était présente et Mme Lynda ASMANI qui - on l'a attendue - n'est pas venue. Je suis sûre qu'elle sera présente à la prochaine réunion du jury puisque je sais que les élus de l'opposition sont très attachés à suivre, et ils ont raison, les travaux concernant la place de la République.

Les cinq équipes d'architectes, parmi les 72 candidatures que nous avons reçues, ce qui est colossal mais tout à fait emblématique de ce qu'est la place de la République à Paris, les architectes retenus, je vous le livre parce que jusqu'à présent, nous n'avions pas encore pu communiquer puisqu'il fallait qu'ils soient informés officiellement, sont Alexandre CHEMETOFF, Bruno FORTIER, Joseph LLUIS MATEO, l'équipe Mosbach Paysagistes et TVK avec Martha SCHWARTZ qui est également une paysagiste.

Donc, vous voyez, des grands noms de l'architecture, des paysagistes, des équipes très complètes qui vont pouvoir travailler sur le programme que nous leur donnerons. Avant cela, le Conseil de Paris, au mois de juillet, se prononcera, bien sûr, sur ces grandes orientations qui concernent la place de la République.

Nous sommes d'accord sur les objectifs désignés par le Maire de Paris et le programme sur lequel nous finissons de travailler va - si j'ose dire - encore plus loin que ce que vous préconisez dans votre v?u, Monsieur BAUPIN. En tout cas, nous nous rejoignons et nous souhaitons ensemble faire de cette place de la République une grande place populaire du XXIe siècle.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Merci.

J'ai une explication de vote de Mme TISSOT.

Mme Claude-Annick TISSOT. - Merci, Monsieur le Maire.

Il est bien évident que je ne pouvais pas laisser passer ce v?u sans le commenter. Le v?u que vous nous proposez, Monsieur Denis BAUPIN, témoigne à la fois d'une mauvaise information et surtout de beaucoup de mauvaise foi.

Monsieur BAUPIN, vous caricaturez nos positions. Dans ce v?u, il est dit, en effet, que nous sommes contre tout projet d'aménagement de la place de la République et surtout que nous sommes irrémédiablement des pro-voitures.

Vous savez, déclarer des contrevérités n'en fait pas pour autant des vérités. Si l'U.M.P.P.A, comme vous l'écrivez avec humour, est Uniquement Motivée par la Priorité Partout à l'Automobile, j'ai un peu envie de vous répondre que vous-mêmes et votre groupe me semblait souffrir d'une Vision Etriquée, Réductrice, Turbulente et Sectaire, pour reprendre votre méthode des lettres majuscules.

Plus sérieusement, bien sûr, Monsieur BAUPIN, nous partageons le même constat. Cela vous étonne mais c?est ainsi : difficultés pour les piétons de traverser la place afin d'accéder au terre-plein central, trottoirs encombrés, difficultés d'accès aux diverses stations de métro, absence de convivialité. Au risque de vous contrarier, je confirme que nous sommes pour une rénovation de la place de la République. D'ailleurs, comme l?a très bien dit Mme LEPETIT, je participe au jury et je le fais d'ailleurs avec conscience et beaucoup d'application.

Nous dénonçons simplement une concertation, je l'ai d'ailleurs répété en jury, en trompe-l'oeil de la part de la Mairie de Paris, ainsi que le dogmatisme et le caractère un peu expéditif des méthodes de l'Exécutif en matière d'aménagement de l'espace public. Plus précisément, sur le sujet qui nous préoccupe, nous estimons que l'Exécutif reste sourd aux nombreuses suggestions de la population de ces arrondissements en ne proposant uniquement que des scénarii qui tous, aboutissent à couper la traversée nord-sud de la place de la République, dont nous redoutons les conséquences en matière de circulation, de sécurité et d'activité économique.

Vous avez cité le réaménagement du boulevard Magenta comme un exemple idyllique de rénovation.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Vous exagérez un peu.

Mme Claude-Annick TISSOT. - Si, si ! Idyllique ! Mais je voudrais bien savoir d'où vous sortez vos chiffres et pourquoi vous n?avez pas précisé que ce réaménagement a engendré une congestion sans précédent des quartiers avoisinants en matière de circulation et un engorgement des rues de Maubeuge et La Fayette.

Pourquoi avez-vous oublié de préciser qu'en six ans, la signalétique et certains aménagements du boulevard, parce qu?accidentogènes, ont été modifiés trois fois, avec quel coût pour les Parisiens ?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Madame, s?il vous plaît, il faut vous arrêter.

Mme Claude-Annick TISSOT. - L'aménagement du boulevard Magenta est très exactement le type même d'aménagement à ne pas reproduire, et nous demandons aujourd'hui, pour tenir compte de cette expérience malheureuse, que tout projet d'aménagement de la place de la République, notamment l'option qui consiste à couper la traversée nord-sud, fasse l'objet d'une expérimentation avant sa mise en ?uvre définitive.

Sachez donc que le groupe U.M.P.P.A saura donner de la voix dans ce débat qui ne fait que commencer. Nous y sommes prêts et nous vous y attendons avec enthousiasme. C'est d'ailleurs pour ces raisons que nous ne voterons pas ce v?u qui est uniquement incantatoire et qui a pour seul objectif de stigmatiser l'opposition.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Nous nous en arrêtons là. Que voulez-vous ? Une explication de vote sur un v?u que vous avez déposé ?

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Suite à la réponse de Mme LEPETIT, pour dire que nous voterons évidemment pour notre propre v?u.

(Rires dans l'hémicycle).

J'apprécie l?humour de Mme TISSOT, mais à l'arrivée, aussi bien sur Magenta que sur République, tous ses arguments ont été dans le sens de la priorité partout à l'automobile. Les seuls critères qui lui semblent valoir pour évaluer les aménagements sur la place comme sur le boulevard, c'est la circulation automobile. C'est un des éléments indéniablement, que de vouloir réduire la circulation automobile, et les nuisances qu?elle engendre. Mais il y a aussi tous les autres avantages que peuvent apporter ces aménagements pour la circulation des bus, des taxis, des cyclistes, pour les piétons, pour les véhicules prioritaires, pour la baisse du bruit et de la pollution. Ils valent bien que de temps en temps, on essaie de restreindre la place de l?automobile. En tout cas, c'est la conception de cette Municipalité.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix le v?u...

Annick LEPETIT ?

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Je veux dire que c'est un magnifique projet en soi et rappeler une fois encore que les propos tenus par les élus de l'opposition sont extrêmement prématurés. Vous nous prêtez des intentions sans même connaître le travail qui va être rendu, d'abord par les cinq équipes d'architectes-paysagistes, et ensuite par le seul candidat que nous désignerons.

Le processus est totalement démocratique et je ne suis pas d'accord, Madame TISSOT, quand vous dites que nous avons bâclé la concertation. Ce n'est pas le cas. Encore une fois, si nous l'avions bâclée, il n'y aurait pas eu autant de contributions. Nous avons fait plusieurs réunions publiques, plus toutes les réunions de travail. Plus de 72 équipes ont répondu à notre appel. Si vous qualifiez cela de travail bâclé, c?est franchement que vous êtes de mauvaise foi.

Nous acceptons le v?u proposé par "Les Verts".

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2009, V. 195).