Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu en hommage à Carlo GIULIANI.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mai 2003 [2003 V. 79]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 13 juin 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 13 juin 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Fin juillet 2001, il y aura bientôt deux ans, d'imposantes manifestations dénoncent la tenue à Gênes d'un G8, symbole de la mondialisation libérale et de la domination des pays du Nord sur ceux du Sud. L'immense majorité des protestataires défilent pacifiquement. Mais la répression policière est extrêmement violente et ne fait guère de distinction entre les petits groupes qui cherchent l'affrontement et les autres manifestants. Des dizaines de personnes sont blessées, des centaines d'autres sont arrêtées souvent brutalement. Le drame survient le 20 juillet quand Carlo GIULIANI est abattu d'un coup de pistolet par un carabinier avant d'être écrasé par une jeep militaire. La mort de ce jeune homme provoque des protestations et des manifestations dans toute l'Europe. A Paris, nous sommes des centaines à défiler pour dénoncer la violence de la police italienne.
Il y a quelques jours, la justice italienne a décidé "d'archiver" ce crime, c'est-à-dire de le classer sans suite. Ni le carabinier, ni surtout les responsables policiers et politiques du maintien de l'ordre pendant le G8 de Gênes, ne seront ni jugés, ni inquiétés. Cette décision aussi contestée que contestable rouvre des blessures politiques et personnels encore à vif. Ainsi Hairdi GIULIANI, la mère de Carlo, qui depuis ce crime se bat avec un courage et une lucidité qui font l'admiration de tous, a-t-elle écrit : "Mon fils, je l'ai vu mourir une infinité de fois. Je m'accroche encore à une dernière espérance, fragile : celle de ne pas le voir mourir une fois de plus, enterré par un archivage".
En tant qu'éluEs parisiens, nous n'avons ni la possibilité ni la volonté d'influencer la justice italienne. Mais en tant que collectivité locale - qui plus est jumelée avec la Capitale italienne - nous pouvons montrer notre intérêt à l'éclaircissement des circonstances de la mort de Carlo GIULIANI en recevant officiellement à la Mairie de Paris ses parents et en écrivant à l'ambassadeur de ce pays ami.
Cette décision, à quelques jours de l'ouverture d'un nouveau G8 à Evian qui sera lui aussi accompagné de manifestations altermondialistes importantes que nous voulons pacifistes et non-violentes, marquera également notre volonté de dénoncer, par avance, toute violence d'où qu'elle vienne.
En conséquence, sur proposition de M. Sylvain GAREL et des éluEs du groupe "Les Verts",

Emet le v?u que :

Les parents de Carlo GIULIANI soient reçus officiellement à l'Hôtel-de-Ville et que le Maire de Paris écrive à l'ambassadeur d'Italie pour lui rappeler l'intérêt que nous portons à l'éclaircissement des circonstances de la mort de ce jeune altermondialiste.