Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par Mme Véronique DUBARRY, M. Sylvain GAREL et les éluEs du groupe "Les Verts" relatif aux réformes de l'Education nationale. Vœu déposé par l'Exécutif.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. Christian SAUTTER, adjoint, président. - Nous commençons par l?examen du v?u n° 36 du groupe "Les Verts" et du v?u n° 36 bis de l'Exécutif qui ont trait aux réformes de l?Education nationale.

Mme DUBARRY propose le v?u n° 36 au nom du groupe "Les Verts" et Mme Colombe BROSSEL répondra au nom de l'Exécutif.

Madame DUBARRY.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe. - Merci, Monsieur le Maire.

Nous avons eu, juste avant le déjeuner, l'occasion de commencer à aborder ce qui est somme toute le coeur de ce v?u, à savoir les réformes de l'Education nationale engagées par le Gouvernement. Mme CALANDRA avait parlé de la suppression de postes, Jacques BOUTAULT avait rebondi également sur cette question. Il y a tout un tas de points spécifiés dans ce v?u, avec cette cerise sur le gâteau - si je puis me permettre de m?exprimer ainsi - qu'est le décret du 16 avril dernier, relatif à un accord signé entre la France et le Vatican concernant les titres universitaires attribués par des établissements d'enseignements supérieurs catholiques, dans toutes les matières, théologiques ou non.

Ce décret pose un énorme problème. Il fait d?ailleurs beaucoup débat. Ou plutôt, il ne fait pas débat mais l'unanimité contre lui, à la fois de personnels universitaires, de chercheurs mais également d?un certain nombre d'églises, d'autres églises que l'église catholique, et y compris au sein même de l'église catholique de certaines institutions qui se verraient ainsi mises sous la coupe du Vatican.

L'Exécutif a pris à de nombreuses reprises position contre ces différentes mesures. Nous avons eu, Mme BROSSEL et moi, l'occasion de nous croiser à une manifestation récemment organisée par la communauté enseignante et les parents d'élèves dans l'Est parisien. Nous avons pris position à de nombreuses reprises contre ces diverses mesures. Il nous semblait important de prendre également position contre celle-ci, qui va totalement à l'encontre de principes importants pour notre école, à savoir une école ouverte, une école respectueuse des uns et des autres et surtout une école laïque.

Je vous remercie.

(M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, remplace M. Christian SAUTTER au fauteuil de la présidence).

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - La parole est à Mme BROSSEL.

Mme Colombe BROSSEL, adjointe. - D?abord, en confirmant ce que j'ai dit au groupe "Les Verts" en 7e Commission, sur le fond, je n'ai rien à redire à ce v?u qui rappelle - c?est d?ailleurs un des sujets de débat que nous avons dans cet hémicycle que l'ensemble des attaques portées à notre école, et à notre école au sens large, de la maternelle à l'université, n'est pas qu'une succession de mesures de réformes qui seraient une réponse à une actualité particulière, mais bien la mise en ?uvre d'un véritable projet consistant à dévaloriser l'école, à attaquer l'école, à affaiblir l?école, à faire en sorte que l'on rentre dans un grand marché scolaire où chaque école s'oppose à sa voisine, où chaque élève s?oppose à son voisin et où l?on met en concurrence en permanence les enseignants, les écoles, les élèves eux-mêmes.

Le mérite du v?u que vous déposez est d?avoir rappelé cela. Non, nous ne sommes pas dans une succession d?attaques ou de réformes, mais bien dans un projet politique tout à fait construit et tout à fait néfaste, et sur lequel un certain nombre d?entre nous se mobilisent.

J'en profite pour vous dire un mot sur une initiative qui s'est tenue samedi dernier à l'Hôtel de Ville, qui a été accueillie par la Mairie de Paris. Près de 500 personnes issues des collectivités locales, issues du monde enseignant, issues des associations complémentaires de l'Education nationale, issues des associations de parents d'élèves, se sont retrouvées pour jeter ensemble les bases d'un véritable projet éducatif alternatif.

Cette initiative est née d'un appel de Rennes, dont le Maire de Paris est signataire. Et je crois important que nous puissions, nous, élus, apporter notre contribution à ce type de réflexion, ce type de travaux qui consistent bien à envisager la question en termes d'éducation globalement et non pas uniquement d?école, et à construire ensemble un projet alternatif.

Fin de cette parenthèse, mais il me semblait important de vous en dire un mot.

Je n'ai aucun problème sur le fond du v?u que vous avez déposé. Je vous l?avais dit, j'avais un tout petit souci de rédaction. C'est pour cela que je vous ai proposé un v?u de l'Exécutif qui consiste à dissocier votre deuxième paragraphe parce qu'il me semble qu'il y a deux sujets qui méritent d'être également traités, au regard de l'importance des faits que vous rapportez dans votre v?u.

Je vous proposerais donc, si vous en étiez d?accord, de retirer le v?u n° 36 et d'y substituer le v?u n° 36 bis qui me paraît répondre aux interrogations fort légitimes que vous avez soulevées.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Compte tenu des hochements de tête de Mme DUBARRY, je suppose qu'elle retire son v?u.

Mme Véronique DUBARRY, adjointe. - Oui.

M. Pierre SCHAPIRA, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le v?u déposé par l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Qui s'abstient ?

Le v?u est adopté. (2009, V. 176).