Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2003
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif à la délocalisation envisagée des établissements publics C.F.C.E. et UBIFRANCE.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mai 2003 [2003 V. 80]



Délibération affichée à l'Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l'Etat le 4 juin 2003.
Reçue par le représentant de l'Etat le 4 juin 2003.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal,
Le Gouvernement a annoncé récemment la fusion du C.F.C.E. (Centre Français du Commerce Extérieur) et d'UBIFRANCE, deux établissements publics situés à Paris, employant respectivement 400 et 200 personnes, afin de créer une future grande Agence pour le commerce extérieur français.
La délocalisation de la future Agence en dehors de la région parisienne est évoquée. Alors que le Comité Interministériel de l'Aménagement du Territoire (CIADT) va se réunir le 26 mai 2003 et se prononcer sur ce dossier, le groupe communiste souhaite alerter le Conseil de Paris sur les conséquences d'une telle décision.
En effet, outre le fait qu'elle ne se justifie pas sur le plan fonctionnel, une éventuelle délocalisation aurait des conséquences désastreuses en termes d'emplois, soit plusieurs centaines de licenciements dont une proportion importante de femmes. Alors que Paris est l'un des départements français où la situation de l'emploi s'est le plus fortement dégradée ces dernières années et que le chômage progresse de façon rapide dans toute la région parisienne, cette délocalisation - après celle annoncée du CNDP (Centre National de Documentation Pédagogique) - vient une fois encore fragiliser l'emploi dans la capitale.
Une hémorragie massive de personnels serait par ailleurs très préjudiciable au fonctionnement de la future Agence, et donc en contradiction totale avec la volonté du gouvernement de créer un grand établissement pour le soutien au commerce extérieur français.
En conséquence et sur proposition de M. Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste,

Emet le v?u :

Que le Maire de Paris interpelle le Gouvernement et lui demande de renoncer à cette délocalisation.