Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, DAC 387 - Signature d'un avenant n° 1 au marché public de services confiant la production de l'édition 2009 de "Paris en toutes lettres" à la SARL "Le 3e Pôle".

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Nous passons à l?examen du projet de délibération DAC 387, sur lequel Karen TAÏEB, puis Hermano SANCHES RUIVO sont inscrits.

Madame TAÏEB, vous avez la parole.

Mme Karen TAÏEB. - Merci, Monsieur le Maire.

Monsieur le Maire, mes chers collègues, quelle belle idée que "Paris en toutes lettres", un festival prolifique, généreux et riche, tout entier dédié à la littérature, à la lecture dans les librairies, les musées, les bibliothèques, les théâtres, sur les ponts et autres places de Paris.

Il fallait y penser et je voudrais féliciter le Maire de Paris, Bertrand DELANOË, notre collègue Christophe GIRARD, chargé de la culture, et Olivier CHAUDENSON, directeur artistique, pour avoir imaginé, cru et fait naître ce rendez-vous de la Capitale, ce nouveau pari de la culture offerte au plus grand nombre.

Oui, il s'agit d'un hymne à la lecture et le mot n'est pas trop fort. La lecture est dans la ville ; la Comédie française est sur le Pont des Arts ; on lit Beckett ou Simenon au théâtre du Châtelet ; on revoit la Goualeuse et autres personnages hauts en couleurs des Mystères de Paris au 104 ; on se promène, on se balade dans le quartier de la Goutte d'Or avec Zola ou Boris Vian ; on rencontre des personnalités, comme ce soir, comme au moment où je vous parle, la cinéaste Nelly KAPLAN dans une librairie du 12e arrondissement.

La littérature est donc hors les murs, décloisonnée, désacralisée. Elle est place Stalingrad et non pas au Flore, pour aller à la rencontre d'un nouveau public, pour justement créer des ponts entre cette place Stalingrad et le boulevard Saint-Germain, pour créer des envies et faire naître de nouvelles vocations.

"Paris en toutes lettres", c'est se promener dans le Paris d?Hélène Berr qui raconte dans son journal ce 8 juin 1942, il y a 67 ans jour pour jour, la première fois où elle a dû, parce que devenue obligatoire, porter l'étoile jaune. Cette jeune femme brillante, violoniste, qui préparait une agrégation à la Sorbonne, juive, était une véritable amoureuse de Paris. Déportée à Auschwitz, elle n'en reviendra pas.

"Paris en toutes lettres", c?est aussi le Paris cosmopolite, le Paris qui ouvre ses bras et donne la parole à des écrivains, comme Pia PETERSEN, d?origine norvégienne, qui raconte qu?elle a appris le français en lisant "Le rouge et le noir", Abdelkader DJEMAÏ, originaire d?Algérie qui dit que la langue est sa première maison, ou Taslima NASREEN, hôte et citoyenne d?honneur de la Ville de Paris, pour une lecture qui rime avec liberté.

Pour moi qui suis arrivée à Paris à l'âge de 11 ans, je veux dire aussi que je me sens appartenir à la famille de Victor Hugo et de Baudelaire, qu?au travers des lectures, on a des sentiments, des émotions, on se sent vivant !

La lecture est donc dans la ville et notre ville est encore plus belle.

Bravo à toute l'équipe qui a su organiser ce festival foisonnant, avec plus de 300 événements et qui, vous l?aurez compris, m'enthousiasme, car il croit à l'intelligence, au désir de culture et à l'ouverture.

Les élus du M.R.C. soutiennent "Paris en toutes lettres" et encouragent les prochaines éditions.

Et je terminerai en citant Jules Renard : "Ajoutez deux lettres à Paris, c'est le paradis." J'ajouterai A comme amour et D comme différences, au pluriel.

Je vous remercie.

(Applaudissements sur les bancs des groupes du Mouvement républicain et citoyen, socialiste, radical de gauche et apparentés, Communiste et élus du Parti de Gauche et "Les Verts").

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

M. Hermano SANCHES RUIVO va essayer de faire aussi bien !

M. Hermano SANCHES RUIVO. - Je ne vais pas présenter mes excuses avant, en tout cas !

Monsieur le Maire, mes chers collègues, je profite de ce projet de délibération pour également évoquer le festival "Paris en toutes lettres" que nous avons vécu ces derniers jours et que vous avez bien voulu organiser, Monsieur le Maire, afin de célébrer le lien étroit et fort qui existe entre Paris et la langue française.

En effet, depuis jeudi dernier et jusqu?à ce soir - d'ailleurs, 21 heures 30 pour ceux qui pourront y aller -, notre ville s?est consacrée aux écrivains et à la littérature avec la première édition de ce festival.

Ville littéraire par excellence, Paris a été, tout au long de son histoire, une terre d'accueil, une source d'inspiration et de création pour les écrivains du monde entier. Elle est également la Capitale du livre avec son réseau richissime de bibliothèques publiques, universitaires et associatives, ses très nombreuses librairies, auxquelles s?ajoutent 240 bouquinistes inscrits au patrimoine de l?Unesco et une diversité incomparable d'éditeurs et d'auteurs.

Il était donc souhaitable qu?une telle manifestation ait lieu dans notre cité et ce nouvel événement a été, comme nous avons pu le constater, un moyen très original et ludique permettant d'approfondir ces liens anciens et toujours vivaces entre les Parisiens, la littérature et la langue française.

Comme l?a signalé le Parisien daté du 4 juin dernier, ce premier coup d'essai pourrait bien se transformer en coup de maître, car en offrant une quantité considérable d'événements, "faire un festival gargantuesque", pour reprendre les mots du même article, plus de 300, en effet (lectures d?auteurs et de comédiens, performances, cafés littéraires, ateliers d'écriture, bals et concerts littéraires, parcours des mots de Paris, projections) et dans une centaine de lieux différents, y compris en banlieue, cette manifestation a peut-être été une première étape dans la reconstruction nécessaire d'un dialogue fécond et renouvelé entre tous les amoureux de la langue et des mots et tous ceux qui n'ont pas encore l'accès au monde de l'écrit ou qui ne le fréquentent pas souvent et auxquels nous voudrions bien un jour faire partager ce plaisir et cette possibilité  de transformation intérieure et d'enrichissement que nous retrouvons dans les livres.

L'objectif de ces 300 événements littéraires, par la voie de plus de 400 artistes, comédiens, chanteurs, écrivains, poètes, qui ont animé notre vie ces derniers jours et jusqu'à ce soir dans la fête de clôture avec un grand concert littéraire à la place de Stalingrad, a donc été de créer un désir de lecture et d'écriture et de renforcer la politique municipale en faveur de la lecture, de l'écrit et, plus largement, pour une culture qui soit ouverte et accessible à tous. Et je tenais à le souligner rapidement dans cette séance de notre Conseil.

Pour conclure, je voudrais féliciter aussi M. Olivier CHAUDENSON, qui a organisé cette grande manifestation populaire et gratuite, la société de production "Le 3e Pôle", chargée de sa mise en ?uvre, et toute l?équipe de Christophe GIRARD.

Et remercier également les nombreux partenaires qui ont fait confiance à cette première édition, à savoir le Musée des lettres et manuscrits, la S.N.C.F., la S.A.C.E.M., les dictionnaires Le Robert.

Je vous invite donc, mes chers collègues, à voter favorablement ce projet de délibération qui permet justement d'intégrer les contributions de ces quatre partenaires dans l'ensemble du budget de cette première édition du festival "Paris en toutes lettres".

Merci.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Merci.

Pour vous répondre, Christophe GIRARD a la parole.

M. Christophe GIRARD, adjoint, au nom de la 9e Commission. - Merci beaucoup à Karen TAÏEB et Hermano SANCHES RUIVO pour leur description et ce qu'ils ont ressenti.

Je sais que Mme BERTRAND était très assidue - elle est une présidente assidue -, puisque je l'ai croisée dans les queues d'attente, aussi bien devant le Magic Mirror place Stalingrad que dans les théâtres parisiens, les Bouffes du Nord, la Maison de la poésie ; ce soir, elle n'y est pas et moi non plus, puisqu?en ce moment même, Taslima NASREEN, en présence du Maire, et Zoé VALDES, je crois, sont dans une très belle lecture croisée, mais il est vrai que cette idée d?une célébration de la langue, des mots, la littérature a pris forme et, dorénavant, existe dans le code génétique de Paris.

Cela m'a donné l'idée que nous réfléchissions - je vais le proposer au Maire et je profite de l?arrivée de son nouveau conseiller, David KESSLER, qui est présent aujourd'hui dans cette assemblée - à peut-être une manifestation autour de la voix et autour du lyrique. Peut-être qu?un "Paris en toute voix" pourra, en effet, trouver sa place avant la fin de la mandature.

Je pense que ce serait un beau projet, car si nous réfléchissons aux concours internationaux, nous devons également réfléchir à la place de la chorale, à la place de la voix, à la place du chant dans la vie de nos concitoyens. Paris est une ville qui peut être parfois rude, mais c'est une ville aussi qui sait être joyeuse et nous avons la chance d?avoir tous ces kiosques. Peut-être qu'ainsi, en effet, nous pourrions réfléchir à une manifestation qui aille dans ce sens.

M. François DAGNAUD, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DAC 387.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2009, DAC 387).