Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2006
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

G - Vœu sur le nombre de postes d’insertion affectés aux entreprises d’insertion.

Déliberation/ Conseil général/ Mai 2006 [2006 V. 12]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 1er juin 2006.
Reçue par le représentant de l?Etat le 1er juin 2006.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil général,

Le plan de cohésion sociale affirmait dès décembre 2004 l?objectif de développement et de consolidation de l?offre d?insertion par l?activité économique. Le renforcement des moyens alloués au secteur se déclinait concrètement par le développement du nombre de postes d?insertion dans les entreprises d?in-sertion.

Or à Paris un cri d?alarme a été lancé par l?Union Régionale des Entreprises d?Insertion : le Conseil Départemental d?Insertion par l?Activité Economique du 16 mars dernier a acté des décisions de conventionnement inférieures de 30% aux demandes des entreprises (235 postes demandés pour 181 postes accordés). Depuis cette situation ne s?est pas débloquée.

Or ces demandes, aussi cohérentes que les années précédentes, sont fondées sur un développement économique constaté, des commandes programmées et des créations d?emploi d?insertion pour la plupart déjà effectives.

Ainsi, après avoir accompagné la politique de développement affichée et rempli leurs objectifs économiques et sociaux, les entreprises d?insertion se voient répondre que l?Etat n?est pas en mesure, sur Paris, de financer la croissance de l?offre d?insertion souhaitée et réalisée.

Pourtant Paris connaît un nombre d?entreprises d?insertion encore inférieur au potentiel d?emplois et aux espérances exprimées par les pouvoirs publics et les collectivités territoriales.

Les entreprises d?insertion et les porteurs de projets s?interrogent : doivent-ils refuser des marchés, licencier le personnel en insertion recruté selon les prévisions, cesser de recruter des personnes en difficulté ?

Aussi sur proposition de Mme Catherine GÉGOUT et des éluEs du groupe communiste,

Emet le voeu :

que le Maire de Paris intervienne auprès du Ministre du Travail pour que cette situation soit revue d?urgence et que les entreprises d?insertion se voient affecter dans les meilleurs délais le nombre de postes d?insertion conforme aux besoins et aux engagements pris.