Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

2009, Vœu déposé par MM. Jacques BOUTAULT, Sylvain GAREL et les éluEs du groupe "Les Verts" relatif au stationnement des deux-roues motorisés.

Débat/ Conseil municipal/ Juin 2009


 

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - La parole est à Jacques BOUTAULT pour la défense du v?u n° 75.

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. Paris, comme beaucoup de capitales européennes, a vu se développer très fortement ces dernières années la circulation des deux-roues motorisés, c'est-à-dire motos, scooters et autres mobylettes. Nous comprenons bien l'intention de l'Exécutif de créer des places de stationnement supplémentaires pour ces véhicules mais nous sommes opposés à ce que ces véhicules trouvent de nouvelles places de stationnement sur les espaces dédiés aux circulations piétonnes et cyclistes.

Un deux-roues motorisé est un véhicule à moteur et doit se conformer au Code de la route et donc, stationner comme un véhicule à quatre roues. A défaut, et pour pouvoir faciliter l'usage, la Ville crée des places de stationnement spécifique. Nous le comprenons bien, mais nous sommes assez fermement opposés à ce que celles-ci prennent la place des espaces que nous avons rendus aux piétons, dans la mandature précédente, par l'élargissement de trottoirs ou aux cyclistes par la création de zones qui leur sont réservées.

C'est l'objet du v?u qui demande que de nouvelles places de stationnement pour les deux-roues à moteur soient réalisées. Nous le comprenons mais nous nous opposons au fait que ces deux-roues à moteur aient une place créée sur des emplacements dédiés aux vélos et aux piétons. Vous l?avez compris.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je donne la parole à Mme Annick LEPETIT pour la réponse.

Mme Annick LEPETIT, adjointe. - Bien évidemment, je partage le souci de mieux insérer dans l'espace urbain, les deux-roues à moteur, et notamment leur stationnement. Je rappelle qu?en plus ce mode de déplacement est en hausse de plus de 35 % depuis environ sept ou huit ans.

Il reste donc des progrès à faire en la matière, concernant notamment la création de places, et conformément aux engagements du Maire de Paris pris lors des dernières élections municipales, nous allons en créer davantage tout au long de cette mandature.

Je tiens à préciser que pour chaque opération de réaménagement, des places pour les deux-roues à moteur sont prévues.

J'ai reçu le 18 mai dernier les associations de deux-roues motorisés pour leur présenter les grandes lignes d'un plan de création de places de stationnement supplémentaires. En accord avec les maires d'arrondissement, la Préfecture de police et les pompiers, nous allons créer grosso modo 18.000 places. Je dis "grosso modo" parce que les accords doivent être trouvés. Ce n'est pas la Mairie de Paris toute seule qui décide des emplacements et de leur nombre, même si nous avons une orientation forte.

Bien sûr, d'abord des places sur la chaussée, cela nous paraît évident et on a prévu environ 10.000 places sur la chaussée. Je faisais aussi allusion aux pompiers de Paris, puisqu'il y a un besoin de mettre aux normes un certain nombre de rues à Paris - ce qu'on appelle les normes voie pompiers - et il faut que nous en profitions aussi pour pouvoir développer des places de parking de deux-roues à moteur.

Dans les parkings souterrains également, puisqu'à chaque renouvellement de concession de parking, et il y en a un certain nombre en ce moment, nous demandons davantage de créations de places pour les deux-roues à moteur, notamment au premier niveau. Cela peut être aussi l'occasion de créer de nouveaux services pour les motards, pour qu'ils puissent déposer leur casque, leurs affaires, et les inciter d'une certaine manière à utiliser les parkings souterrains, notamment pour les grosses motos.

Enfin, c'est en organisant au mieux le stationnement sur les trottoirs larges. J'ai bien entendu que vous n'étiez pas d'accord, mais je précise qu'une charte en 2007 - ce n?est pas si vieux - a été signée avec mon prédécesseur Denis BAUPIN, qui accorde une tolérance pour le stationnement des deux-roues motorisés sur les trottoirs larges.

La Préfecture de police, bien que non signataire de cette charte, a également donné son accord. Cela ne veut pas dire pour autant que nous privilégions ces places. En même temps, nous sommes tous conscient d'une réalité qui est qu?aujourd?hui les trottoirs sont totalement envahis, et qu'il ne se passe pas une seule réunion publique ou un seul contact avec nos concitoyens, sans qu'on nous le reproche.

Oui, mais ils ne vont pas disparaître d?un coup de baguette magique, Monsieur GAREL. Malheureusement, cela ne se passe pas comme cela.

Il n'est pas question d'entraver le cheminement piéton, comme c'est le cas aujourd'hui, avec une question de dangerosité énorme, mais bien d'organiser et de mieux organiser le stationnement dans son ensemble et, pour ce qui est des trottoirs larges, proposer des aménagements compatibles avec la sécurité des piétons.

Encore une fois, je me réfère à une charte qui a été signée lors de la précédente mandature. Nous évoluerons, mais en attendant il faut bien que nous passions à la vitesse supérieure concernant le stationnement des deux-roues à moteur.

Bien sûr, je ne peux pas répondre favorablement à ce v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Je mets aux voix le v?u.

C?est vous qui déposez le v?u. Cela fait deux fois que vous faites le coup. Ne demandez pas d?explication de vote.

Madame CUIGNACHE-GALLOIS a demandé la parole pour une explication de vote.

Mme Edith CUIGNACHE-GALLOIS. - Merci, Monsieur le Maire.

Je voulais dire au nom du groupe Centre et Indépendants que nous sommes bien évidemment favorable à ce qu?il y a ait plus de places pour les deux-roues motorisés. Nous avions d?ailleurs fait voter ici même, il y a quelque temps, un v?u pour un plan de programmation des nouvelles emprises de stationnement pour les deux-roues motorisés.

Mme LEPETIT a annoncé par voie de presse, et viens de le confirmer à l?instant, qu'elle installe ce plan de places de stationnement pour les deux-roues motorisés. C'est en effet un vrai problème, parce qu'il y a effectivement de plus en plus de deux-roues motorisés qui se garent absolument n'importe comment et n'importe où. C?est l?anarchie pure.

Effectivement, nous sommes d'accord avec nos collègues pour dire que c'est dangereux et que ce sont souvent les piétons qui en sont les victimes, mais aussi les vélos. Moi qui suis cycliste, sur la place de l?Hôtel de Ville, je n?ai plus de place pour ranger mon vélo, parce que ce sont des scooters et des motos qui sont à leur place.

Donc, on est d'accord avec vous sur l'exposé des motifs.

Malheureusement, à la fin nous ne sommes plus tout à fait d'accord, comme d?habitude, je trouve que ce qui est dommage, c?est qu?on a l'impression que c'est moins des places supplémentaires que vous voulez pour les deux-roues motorisés, que de supprimer encore des places pour les voitures.

Or, nous allons délibérer sur un autre v?u, exposant le problème des voituriers. Il faut bien, à un moment donné, considérer qu'il va falloir que les voitures puissent se poser quelque part. Vous n'allez pas pouvoir supprimer toutes les voitures de Paris. Même si cela fait partie de votre souhait le plus cher, de vos phantasmes les plus profonds, la voiture va toujours exister, même si on essaye tous d?en limiter l'usage.

Et tant mieux, on se réjouit tous de cette réduction, mais en même temps les commerçants et les restaurateurs, de temps en temps, si vous les écoutez eux aussi, vous diront que cela peut être utile.

Je regrette beaucoup, parce qu'on a voté sans état d'âme votre v?u précédent pour le stationnement des vélos, qui ne sont pas des Vélib? - on est tout à fait d?accord avec vous -, mais on regrette malgré tout de manière générale le dogmatisme qu'il y a toujours derrière ces v?ux. Cela fait que l?on ne pourra pas voter ce v?u, malheureusement, alors que sur la philosophie nous sommes d'accord avec vous, puisque nous avons fait voter un v?u il y a quelque temps sur ce sujet.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Non, je ne peux pas donner une explication de vote au dépositaire du v?u. Comment voulez-vous, sinon tout le monde va faire la même chose.

M. Sylvain GAREL. - Dans ce cas, il faut une suspension de séance.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Puisque votre nom a été prononcé, je vous donne la parole, mais vraiment très rapidement. Soyez sérieux.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - Je serai très bref, mais juste parce que Annick LEPETIT, à juste titre, a rappelé qu?une Charte avait été votée, signée dans le mandat précédent.

Je voudrais rappeler le texte de la charte et ce qu?elle dit très précisément, et c'est pourquoi je voterai le v?u sans être en contradiction avec la Charte à laquelle j'ai travaillé dans le mandat précédent. La Charte disait bien : "Là où des besoins ne pourraient être satisfaits par la création de stationnements sur chaussée, le stationnement des deux-roues motorisés pourrait être exceptionnellement organisé par la Ville sur quelques trottoirs de plus de 6,5 mètres de large.

La différence entre exception et règle n?échappe à personne?

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Ils n?ont pas parlé de règle.

M. Denis BAUPIN, adjoint. - ? et que ce qui était l?exception puisse devenir la règle, c?est en tout cas la crainte que l?on a par rapport à cette situation, et c?est la raison pour laquelle nous votons ce v?u.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - D?accord mais de toute façon l?avis de l'Exécutif est défavorable.

L?avis de l'Exécutif est défavorable. Voulez-vous retirer le v?u ? Non, nous n?allons pas repartir franchement. Je vois bien la feinte qui est derrière cela.

Elle vient de s?exprimer. Franchement, vous vous êtes largement exprimé et il n?y a pas de raison que...

Monsieur BOUTAULT, vous avez déposé le v?u. Est-ce que vous le retirez ?

M. Jacques BOUTAULT, maire du 2e arrondissement. Le v?u n'est pas retiré, bien entendu, mais j'aimerais dans cette affaire que M. le Préfet de police nous donne son sentiment, parce qu'il est très difficile pour la police de pouvoir verbaliser les deux-roues motorisés sur les trottoirs, sauf exceptionnellement quand ils font plus de 6,50 mètres. C'est un message absolument incompréhensible et contradictoire. J?aimerais avoir le point de vue de la Préfecture de police sur cette question.

Merci.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Monsieur le Préfet, voulez-vous donner votre point de vue ? Est-ce votre point du vue ?

M. LE REPRÉSENTANT DU PRÉFET DE POLICE. - C?est le point de vue du Préfet de police. Le Préfet de police a donné des instructions à ses services pour qu'ils fassent preuve de tolérance dans la limite de la sécurité des personnes âgées, des personnes avec poussette, etc. Nous souhaitons travailler, concrètement, nous en parlions tout à l?heure avec Mme LEPETIT, dans le cadre d?une approche arrondissement par arrondissement, afin de bien détecter ces zones. Ce travail constructif, partenarial et précis, sera mené dans les prochains mois.

M. Jean VUILLERMOZ, adjoint, président. - Maintenant je mets donc aux voix, à main levée, le v?u déposé par le groupe "Les Verts" assorti d'un avis défavorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u est repoussé.