Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, Vœu relatif à la situation des familles hébergées par le Samu social à l'hôtel Féria (12e) (Les Verts).

Débat/ Conseil général/ Septembre 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons au v?u référencé n° 7 G dans le fascicule émanant du groupe "Les Verts" qui a trait à la situation des familles qui sont hébergées par le Samu social dans l'hôtel Féria dans le 12e arrondissement.

M. Christophe NAJDOVSKI intervient en une minute. Mme TROSTIANSKY lui répondra.

M. Christophe NAJDOVSKI. - Merci, Monsieur le Président.

Le Samu social de Paris a voulu procéder brutalement, le vendredi 18 septembre, à des relogements inadaptés pour huit familles hébergées depuis longtemps à l'hôtel Féria, situé passage de la Voûte dans le 12e arrondissement.

Les motifs étaient des raisons de sécurité, qui pourtant ne justifiaient pas une telle précipitation. En effet, l'hôtel n'est pas fermé et d'autres personnes y résident actuellement.

Ce faisant, le Samu social a commis une véritable maltraitance contre ces familles qui étaient sommées de partir le jour même sans pouvoir emmener de bagages dans des hôtels très éloignés, dans des conditions parfaitement inadaptées, qui ne prenaient aucune considération des différentes situations des personnes concernées, à savoir que des enfants sont scolarisés à proximité, que de jeunes adultes sont suivis par la Mission locale du 12e arrondissement ou bien encore que des adultes travaillent à proximité.

C'est pourquoi nous souhaitons que le Maire de Paris demande à la direction du Samu social un moratoire sur la décision de relogement des huit familles concernées, dans l?attente des avis de la Commission de sécurité de la Préfecture, qu?il y ait la tenue d?une réunion de concertation avec les services du Samu social, ce qui a déjà plus ou moins été fait au travers d'un collectif local qui s'est mobilisé, et enfin qu'il y ait un processus respectueux des personnes en cas du maintien de la décision de relogement.

Je vous remercie.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, Monsieur NAJDOVSKI.

Quel est l?avis de l'Exécutif, Madame TROSTIANSKY ?

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente. - Monsieur le Président, la P.R.H., qui est la plateforme de réservation hôtelière du Samu social, nous a fait part la semaine dernière de ses inquiétudes à propos des conditions d'accueil des familles de l'hôtel Féria, en estimant que la sécurité des hébergés n'était pas assurée, du fait de l?absence d'alarme d'incendie ou encore de la non présence d'un gardien la nuit.

Dans l?attente de la réponse de la Commission de sécurité de la Préfecture de police, le Samu social a décidé l'application du principe de précaution en procédant au relogement des familles.

A ce jour, deux familles ont été relogées et des solutions adaptées sont recherchées pour les six autres.

Pour rappel, la plateforme de réservation hôtelière du Samu social veille à la qualité de la prestation qui doit être conforme à un cahier des charges détaillé, garantissant les conditions d'un accueil digne.

Dans un souci évident de sécurité pour les familles, nous ne pouvons accepter votre proposition d'un moratoire sur le relogement de ces familles.

Pour autant, j'entends la nécessité d'assurer ces procédures de relogement dans le respect du rythme et des repères des familles et d'assurer la continuité de la scolarité des enfants, l'activité professionnelle ou la démarche de soin des parents.

Pour le 12e arrondissement, c?est ce que nous faisons avec la Maire Mme Michèle BLUMENTHAL.

J'ai à plusieurs reprises dénoncé ces situations qui déconstruisent le peu de repères de ces familles et concourent à les exclure davantage. Je peux vous assurer que le Samu social a évolué sur ce point, bien que la situation que vous évoquez aujourd'hui nous prouve que des progrès sont encore à réaliser.

Lors du prochain Conseil d'administration du Samu social, je soulèverai de nouveau la nécessité de combiner à la fois les enjeux de sécurité et la préservation de la dignité des familles dans ce type de situation.

Par rapport au v?u, ce qui me dérange, c'est le premier paragraphe, à savoir le moratoire sur la décision de relogement. Si ce paragraphe est supprimé, je veux bien voter ce v?u puisque les autres points sont conformes à ce que l'on peut envisager par rapport à cette situation.

M. Christian SAUTTER, président. - Très bien.

Monsieur NAJDOVSKI, si le premier alinéa est supprimé, vous auriez un avis favorable de l'Exécutif.

M. Christophe NAJDOVSKI. - J'accepte la proposition de Mme TROSTIANSKY.

M. Christian SAUTTER, président. - Merci, quelle bonne humeur démocratique !

Je mets aux voix, à main levée, le v?u amendé assorti d'un avis favorable de l'Exécutif.

Qui est pour ?

Qui est contre ?

Abstentions ?

Le v?u amendé est adopté à l'unanimité. (2010, V. 40 G).