Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Juin 2010
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Général
> Type de document (Débat / Délibération)  

2010, DASES 308 G - Subvention à l'association d'éducation populaire Notre-Dame des Champs Montparnasse Rencontre (14e) pour des formations linguistiques extensives. Montant : 9.000 euros.

Débat/ Conseil général/ Juin 2010


 

M. Christian SAUTTER, président. - Nous arrivons maintenant au projet de délibération DASES 308 G. Il s'agit d'une subvention à l'association d'éducation populaire Notre Dame des Champs à Montparnasse, dans le 14e arrondissement, pour des formations linguistiques extensives - pas intensives, extensives ! -, d'un montant de 9.000 euros.

Mme CHRISTIENNE interroge Mme TROSTIANSKY. Je lui donne la parole.

Mme Odette CHRISTIENNE. - Merci, Monsieur le Président.

Me permettez-vous de joindre à ce projet de délibération le projet de délibération DASES 312 G concernant l'Association parisienne de lutte contre l?illettrisme, à laquelle peut répondre également Mme TROSTIANSKY ?

M. Christian SAUTTER, président. - Non, vous avez une minute. On va séparer les deux. De toute façon, vous parlerez 2 minutes au total. Allez-y !

Mme Odette CHRISTIENNE. - Il y a deux projets de délibération, bien sûr, qui concourent tous les deux à soutenir et à permettre l'intégration des populations.

Le projet 308 G concerne l'association d'éducation populaire Notre Dame des Champs, sise dans le 14e arrondissement.

Le 14e arrondissement se caractérise par une belle mixité sociale et un sens développé de la solidarité au sein de sa population, comme en témoignent un nombre singulier d'associations diversifiées et actives.

Certes, l'association Notre Dame des Champs anime différentes actions de solidarité et l'aspect caritatif (aide matérielle et colis alimentaires), hélas nécessaire, en fait partie. Mais elle conduit aussi des opérations que nous apprécions particulièrement, dans la mesure où, s'adressant à un public diversifié, elle propose des formations ciblées qui permettent, par l'effort personnel consenti, d'atteindre à l'indépendance, à la liberté d'action et, dans l?estime de soi augmentée, au plein exercice de citoyenneté.

Tel est l'objectif du projet proposé aujourd'hui : poursuivre en 2010 l'action de formation linguistique extensive à tous niveaux pour 300 personnes majoritairement scolarisées dans leur pays d'origine.

Sans doute cette action présente-t-elle des caractéristiques atypiques. Elle touche, au-delà des résidents parisiens, certains habitants de banlieue. Cela dit, le public concerné appartient essentiellement à l'Ouest parisien ; par ailleurs, il est constitué d'une majorité d?hommes. Les populations en question viennent également de l'Union européenne, d'Amérique latine, avec un niveau d'instruction au moins de premier cycle de second degré, donc il s?agit de personnes instruites. Et cela conduit d'ailleurs à se poser des questions sur l'évolution de la francophonie.

Cette demande nouvelle n'exclut pas les autres aides habituelles, indispensables aux populations, telles que le soutien aux mères au foyer d'origine africaine, asiatique ou du sous-continent indien, qui gagnent ainsi en autonomie, mais au contraire s'ajoute aux actions déjà entreprises. Les approches diversifiées nous paraissent pertinentes et très heureuses.

(Applaudissements sur les bancs de la majorité).

M. Christian SAUTTER, président. - Merci beaucoup.

En fait, d'après les informations dont je dispose, vous n'êtes inscrite que sur un seul projet de délibération.

Mme Olga TROSTIANSKY va déjà vous répondre sur le DASES 308 G, le temps que le Secrétariat général du Conseil fasse de l'archéologie.

Madame TROSTIANSKY, vous avez la parole.

Mme Olga TROSTIANSKY, vice-présidente, au nom de la 6e Commission. - Oui, Monsieur le Président, je suis contente que l'on puisse attirer l'attention aujourd'hui en Conseil général sur les actions linguistiques soutenues par la collectivité parisienne au travers notamment de l'association d'éducation populaire "Notre Dame des Champs Montparnasse Rencontre" mais également, comme l?a évoqué Mme CHRISTIENNE, l?Association parisienne de lutte contre l?illettrisme.

On a une quarantaine d'associations qui proposent un apprentissage du français, avec une triple finalité : l?autonomie, la sociabilisation et l'insertion. Et il faut souligner que nombre d'entre elles travaillent en direction des femmes et des allocataires du R.S.A.

L'association d'éducation populaire Notre Dame des Champs organise des formations linguistiques qui se démarquent de la lutte contre l?illettrisme, en s?adressant le plus souvent à des Européens ou à des Sud-américains ayant déjà été scolarisés dans leur pays d'origine et résidant dans des territoires peu desservis par ces actions de formation, comme le fait cette association.

Je voulais vraiment particulièrement souligner le faible coût de la formation, parce qu?il y a une implication tout à fait remarquable des bénévoles et un dynamisme de l'association qui s?autofinance en organisant notamment des braderies de vêtements et d?objets divers.

En 2009, 300 personnes ont bénéficié de cette formation, dont 88 % étaient sans emploi.

Monsieur le Président, je pense qu'il est vraiment essentiel de soutenir ces actions qui concourent toutes à mieux maîtriser la langue française, ce qui constitue, évidemment, la première des conditions pour une intégration et une insertion professionnelle réussies.

Je vous propose donc avec enthousiasme de voter ce projet de délibération.

M. Christian SAUTTER, président. - Très bien.

Merci, Madame TROSTIANSKY.

Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DASES 308 G.

Qui est pour ?

Contre ?

Abstentions ?

Le projet de délibération est adopté. (2010, DASES 308 G).

M. Christian SAUTTER, président. - Madame CHRISTIENNE, vous pensiez être inscrite sur le 312 G, Association parisienne de lutte contre l?illettrisme ; vous considérez que ce qu?en a dit Mme TROSTIANSKY vous suffit ou voulez-vous dire un mot ?

Mme Odette CHRISTIENNE. - On va s?en contenter, puisque vous me dites que je n'étais pas inscrite, mais ce sont deux opérations totalement différentes.

J'aurais souhaité pouvoir parler de cette deuxième association?

M. Christian SAUTTER, président. - La prochaine fois? Il y a eu, quelque part, un petit défaut de vigilance, mais l'essentiel est que l'on en ait parlé.