Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

195 - QOC 2002-554 Question de Mme Edwige ANTIER et des membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" à M. le Maire de Paris et à M. le Préfet de police sur les mesures à prendre pour remédier au stationnement anarchique, avenue des Champs-Elysées (8e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"La plus belle avenue du monde a été rénovée à grands frais il y a quelques années. Les voitures, nombreuses, qui stationnaient jusqu'alors licitement sur les contre-allées de ses trottoirs, ont été évincées. Les trottoirs prestigieux de cet axe majeur de la Capitale sont, depuis, foulés quotidiennement par des dizaines de milliers de Parisiens et de touristes. Et nombreux sont les automobilistes qui transitent par l'avenue des Champs-Elysées ou s'y arrêtent.
Malgré la création de plusieurs parcs souterrains de grande capacité, force est de reconnaître que nombreux sont les automobilistes qui n'hésitent pas, malgré l'interdiction formelle clairement indiquée par des panneaux, et à proximité immédiate de cars de C.R.S., à stationner sur la chaussée en bordure des trottoirs et même, depuis quelques mois, en double file.
Aussi Mme Edwige ANTIER et les membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" tiennent-ils à marquer leur étonnement face à cette nonchalance des services de police et attirent-ils l'attention de M. le Maire de Paris et de M. le Préfet de police sur l'effet dommageable, en terme d'image pour notre Capitale, que représente cette curieuse mansuétude, sans parler de l'inconfort esthétique généré par ces files de voitures en stationnement et du ralentissement automobile qu'elles induisent en occupant l'espace dévolu aux véhicules en mouvement.
Ils souhaitent donc que M. le Maire de Paris leur fasse part de son sentiment sur ce stationnement anarchique et que M. le Préfet de police leur indique les mesures rigoureuses qu'il compte prendre afin de remédier à cet état de fait."
Réponse (M. Denis BAUPIN, adjoint) :
"La réglementation d'interdiction de stationner avenue des Champs-Elysées étant en effet clairement signalée, il appartient à M. le Préfet de police, seul compétent en la matière, de renforcer son action de contrôle par la verbalisation nécessaire et de mettre un terme à ce stationnement illicite. A cet effet, il convient de préciser que dans le cadre de la loi du 27 février 2002 (article 36) relatif au transfert des pouvoirs de police de la circulation et du stationnement, le Préfet de police conserve l'autorité en matière du contrôle de la réglementation et des actions répressives qui s'imposent.
L'avenue des Champs-Elysées est "bordée" de parcs de stationnement concédés répartis sur l'ensemble de son linéaire, offrant globalement une capacité de 4.315 places se décomposant de la manière suivante :
- Champs-Elysées : 850 places ;
- Champs-Elysées Pierre-Charron : 417 places ;
- Georges V : 1.471 places ;
- Francois 1er : 650 places ;
- Rond-point des Champs-Elysées : 927 places.
Sur un plan général, il faut souligner qu'outre "l'inconfort esthétique" cité par l'auteur de la question orale, le stationnement illicite est source de gène pour les personnes à mobilité réduite, et nuit à l'accessibilité de certains sites par les services de secours. C'est pourquoi la Municipalité souhaite qu'une politique stricte de verbalisation du stationnement illicite soit menée."
Réponse (M. LE PRÉFET DE POLICE) :
"Les inconvénients résultant du stationnement illicite de véhicules avenue des Champs-Elysées, à Paris 8e, font l'objet d'une attention toute particulière de la part des effectifs de police locaux qui exercent une surveillance constante de cette voie qui constitue un axe prioritaire de circulation.
En effet, le service de voiturier qui avait été mis en place à l'occasion du réaménagement des trottoirs de cette avenue par une société privée, dont la mission consistait à orienter les véhicules vers les parcs de stationnement "Champs-Elysées", "Concorde" et "George V", a été supprimé.
Les effectifs de la Préfecture de police ont donc régulièrement mis en ?uvre de nombreuses opérations de répression visant à sanctionner de façon rigoureuse, toutes les infractions qu'ils étaient à même de constater dans ce secteur, notamment, les stationnements illicites des véhicules.
C'est ainsi qu'au cours des huit premiers mois de cette année, ces contrôles se sont traduits par l'établissement de 15.597 procès-verbaux de contravention pour stationnement irrégulier, dont 2.007 pour stationnement sur trottoirs, 1.799 pour stationnement sur des emplacements réservés aux taxis et 1.753 pour stationnement sur un passage pour piétons.
En outre, au cours de cette même période, 488 véhicules ont fait l'objet d'une mesure d'enlèvement.
Bien entendu, l'effort ainsi déployé par les effectifs de police, qui témoigne de l'intérêt porté par la Préfecture de police à ce secteur, ne manquera pas d'être poursuivi activement tant que les circonstances l'exigeront."