Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

214 - QOC 2002-579 Question de M. Jacques DAGUENET, Mme Nicole BORVO et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris au sujet du licenciement d'une salariée à la librairie "Flammarion" du centre "Beaubourg - Georges-Pompidou"

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"35 salariés de la librairie "Flammarion" du centre Beaubourg - Georges-Pompidou sont en ébullition depuis le licenciement d'une collègue.
Cette salariée est accusée de dégradation d'?uvre d'art pour avoir écrit "Allez les quiches" sur un papier peint.
Le "Allez les quiches" coupable n'est en fait rien d'autre que la réponse d'une salariée en colère à une injure écrite proférée par un cadre de l'entreprise.
Depuis plusieurs semaines les salariées sont traitées de "quiches", "gourdasses", et autres "grosses feignasses". Déjà le syndicat de l'entreprise était intervenu à plusieurs reprises pour faire cesser ces injures ; sans résultat.
Cette situation tend à se développer dans de nombreuses entreprises parisiennes (FNAC, MC DO, Maxi livre, Pizza Hut, etc.) impliquant la plupart du temps des jeunes avec des contrats précaires et sous-payés. Un mouvement de grève avait eu lieu au printemps dernier qui s'est conclu par une augmentation de salaire. Une victoire que la direction de "Flammarion" n'a pas appréciée.
M. Jacques DAGUENET, Mme Nicole BORVO et des membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris d'intervenir auprès du Ministre de la Culture et de la Communication afin que celui-ci intervienne auprès de la société "Fammarion" titulaire du contrat de concession du centre Beaubourg - Georges-Pompidou, pour demander à cette société de revenir sur ce licenciement inacceptable."
Réponse (Mme Anne HIDALGO, première adjointe) :
"Les auteurs de la question font part de leur inquiétude suite au licenciement d'une salariée de la librairie Flammarion au sein du centre Beaubourg Georges Pompidou.
La Municipalité attache une grande importance aux conditions de travail des salariés parisiens, au respect des règles du Code du travail dans le cadre duquel les entreprises doivent inscrire leur action et à la qualité du dialogue social au sein des entreprises.
Bien entendu, la Ville de Paris ne peut légalement s'immiscer dans le cadre d'un conflit individuel du travail qui relève des services compétents du Ministère du Travail.
Cependant, le Maire de Paris est tout à fait sensible aux préoccupations des auteurs de la question quant à la précarité des conditions de vie et de travail d'un certain nombre de jeunes Parisiens employés au sein de grandes enseignes de la Capitale (conditions de rémunération, contrats précaire, etc.). Il considère que les entreprises ont des responsabilités sociales et éthiques à l'égard de leurs salariés nonobstant les aléas de la conjoncture économique."