Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

45 - 2002, JS 84 - Autorisation à M. le Maire de Paris de souscrire un avenant à la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage signée avec l'O.P.A.C. de Paris concernant la réalisation d'un centre d'animation dans la Z.A.C. "Vaugirard" (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - On va commencer par le projet de délibération JS 84 : autorisation à M. le Maire de souscrire un avenant à la convention de mandat de maîtrise d'ouvrage signée avec l'O.P.A.C. de Paris concernant la réalisation d'un centre d'animation dans la Z.A.C. "Vaugirard" (15e).
Monsieur GOUJON, vous avez la parole.
M. Philippe GOUJON. - Ce projet décidé par l'ancienne Municipalité pour accroître les capacités d'accueil pour les jeunes dans le Nord-est du 15e et plus particulièrement dans une Z.A.C. difficile revêt une très grande importance pour l'amélioration des conditions de la vie quotidienne des habitants, en permettant à ces jeunes de se consacrer à des activités culturelles, artistiques, ludiques et pour leur épanouissement.
Nous avions obtenu à l'issue d'une concertation approfondie sous la précédente mandature, je tiens à le souligner, avec tous les acteurs du quartier, et notamment ces jeunes, qu'un certain nombre d'activités les intéressant puissent être pratiquées dans ce centre d'animation, et particulièrement un studio insonorisé de répétition et d'enregistrement de musique.
Un v?u a été adopté à l'unanimité lors de la séance du Conseil d'arrondissement du 25 juin 2001, où Mme HIDALGO soulignait "le caractère indispensable, je la cite, d'un tel équipement dans l'arrondissement, l'excellente idée que cela revêtait et le sens positif de l'avis, qu'elle serait amenée à donner à ce projet qui lui convenait parfaitement".
Or quelle ne fut pas notre déception, 6 mois plus tard, lorsque nous était donnée la réponse à savoir que les problèmes techniques et le coût engendré ne permettaient plus la réalisation de cet équipement tant attendu par les jeunes, auxquels pourtant les promesses de la Ville ne manquent pas habituellement.
Cela ajoutait à notre déception en entendant Mme HIDALGO nous apprendre qu'il y aurait bien, mais dans un autre arrondissement, peut-être voisin, la réalisation de ce studio d'enregistrement et que nos jeunes n'auraient qu'à se déplacer, que cela ne devrait pas les perturber.
Il nous a même été dit que finalement cet équipement aurait occupé beaucoup de place et coûtait trop cher. Pourquoi d'ailleurs serait-il plus cher dans le 15e que dans l'arrondissement voisin ? On est même allé jusqu'à nous dire que nous n'étions pas dans un bunker dans le 15e !
En tout cas les habitants de ce quartier tiendront sûrement à la remercier pour la défense des intérêts du 15e, qu'elle a su ainsi faire prévaloir ! Les habitants apprécieront !
Je voulais simplement quand même dénoncer cette duplicité qui fait considérer une idée comme excellente assortie d'un avis favorable, et ensuite accéder à la réalisation de cette idée dans un autre arrondissement, peut-être plus politiquement correct !
Je pourrai encore faire la même démonstration dans cette même Z.A.C. avec le vote à l'unanimité du Conseil d'arrondissement d'un v?u pour l'implantation d'une structure de garde pour la Petite enfance et sa transformation subreptice révélée au détour d'une réponse en Conseil d'arrondissement au v?u sur ce studio, transformation de cette structure de garde pour la Petite enfance en deux logements pour y accueillir de la garde d'enfants, ce qui n'est pas du tout la même chose et ce qui avait d'ailleurs déjà été décidé sous la précédente mandature, reniant ainsi les grandes proclamations pré-électorales.
La Municipalité privera ainsi les habitants d'un quartier d'une activité plébiscitée par les jeunes et de la structure de garde de la Petite enfance, objet d'un v?u unanime.
J'imagine que tout ceci n'est pas perdu pour les autres arrondissements... Quant aux intérêts des habitants du 15e, ils sont allègrement sacrifiés.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - La parole est à Clémentine AUTAIN.
Mme Clémentine AUTAIN, adjointe, au nom de la 7e Commission. - En fait je suis un peu surprise du ton particulièrement polémique employé par notre collègue. Je vais vous dire ce qu'il se passe et qui n'a rien de partisan mais relève de contraintes techniques.
D'ailleurs, je tiens à vous signaler que le plus gros centre d'animation que nous allons réaliser sur la mandature et pour lequel j'ai donné mon accord pour construire une grande salle de spectacle qui va nous coûter très cher, sera dans le 16e arrondissement que vous aviez, tout au long de la précédente mandature, particulièrement délaissé : c'est vous dire combien je privilégie le service aux usagers avant les considérations partisanes.
Puisque vous avez l'air de supputer des priorités d'ordre politique, pour ne pas dire politiciennes, je tiens à dire qu'il ne s'agit pas là de favoriser tel ou tel mais d'essayer de voir comment les projets peuvent être réalisés.
Les jeunes du 15e sont traités comme ceux du 14e et du 13e. Il se trouve que la possibilité d'intégrer un studio de musique au sein du centre d'animation Vaugirard a été longuement étudiée, conformément effectivement au v?u émis par le Conseil du 15e arrondissement.
D'ailleurs, à titre personnel, j'ai toujours été favorable à l'ouverture partout, dans Paris, de studios d'enregistrement. La demande est très forte. On sait que les jeunes sont friands de ce type d'équipement. Or il n'a pas été possible d'arriver à une solution satisfaisante.
Le centre d'animation Vaugirard est intégré dans un immeuble d'habitation.
La présence d'un studio musical dans une structure d'habitation est en soi problématique car les possibilités de réaliser une insonorisation aux normes dans cet équipement sont peu probables et comportent un risque de nuisances auquel il n'a pas été jugé opportun d'exposer les habitants de l'immeuble.
Je précise cependant qu'une demande en ce sens avait été transmise au cabinet d'architecte, chargé du suivi du projet. D'après son étude et celle d'un acousticien, la réalisation d'un studio de musique est techniquement impossible. Les hauteurs disponibles ne sont pas suffisantes pour créer des parois supplémentaires nécessaires à la construction d'une boîte pour empêcher les transmissions sonores. Par ailleurs, la réalisation d'un studio de musique en sous-sol est techniquement impossible, faute d'un espace suffisant et faute de possibilité de création d'une issue de secours impérative quand il s'agit d'un établissement recevant du public.
Mme HIDALGO n'a pas à être mise en cause dans cette affaire ! Elle était, comme moi, favorable à ce projet, et s'est donc exprimée en Conseil d'arrondissement en faveur de la création d'un studio de musique.
Je suis moi-même favorable à l'installation d'un studio de musique dans le 15e arrondissement. Si ce n'est pas possible techniquement, ce n'est pas possible ! Et il faut que nous trouvions ensemble d'autres solutions. J'indique que Maurice Rouvier que vous avez cité, situé dans le 14e, comprend dans son programme deux studios de musique qui totalisent une surface de 50 mètres carrés environ, que sa réalisation est prévue pour le 4e trimestre 2003 et qu'il desservira naturellement la zone dans laquelle se trouve le centre Vaugirard puisqu'il se situe à 700 mètres.
Je veux bien qu'il y ait une différence d'arrondissement, mais 700 mètres ce n'est pas très loin. Par ailleurs, si d'autres lieux, pas forcément dans un centre d'animation, se présentent pour que nous puissions ouvrir un studio musical, nous trouverons une solution pour le 15e. Je sais que la demande est importante, et l'adjoint du 15e, Grégoire LUCAS, chargé de la jeunesse, nous a fait une demande dans ce sens à laquelle je suis sensible.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération JS 84.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, JS 84).