Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

152 - QOC 2002-612 Question de Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" à M. le Maire de Paris au sujet des emplacements attribués aux vendeurs de rafraîchissements et de repas légers dans le cadre de la manifestation "Paris-plage"

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je passe maintenant à une question de Mme CHÉRIOUX de SOULTRAIT au sujet des emplacements attribués aux vendeurs de rafraîchissements et de repas légers dans le cadre de la manifestation "Paris-plage".
Vous avez la parole, Madame.
Mme Joëlle CHÉRIOUX de SOULTRAIT. - Monsieur le Maire, merci.
Plusieurs articles de presse relatifs à la manifestation de "Paris-plage" se sont fait l'écho de la présence de paillotes sous lesquelles étaient vendus aux promeneurs, des rafraîchissements et des repas légers. J'ai même noté dans la presse que les prix, pour certains, avaient été trouvés même un peu trop élevés. La délibération que nous avons votée en juin dernier, portait exclusivement sur l'organisation et la production des spectacles et animations artistiques, qui étaient présentés lors de cette opération. J'aimerais par conséquent pouvoir connaître sur quels critères, à quel prix et comment ont été attribués les emplacements que je viens d'évoquer.
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - M. BAUPIN a la parole.
M. Denis BAUPIN, adjoint. - A cette question précise, une réponse précise. Il était décidé de faire sur 4 sites de "Paris-plage", un test pendant l'édition 2002. Nous avons proposé aux cafés situés sur les quais hauts rive droite, qui étaient ceux notamment qui avaient exprimé le plus de mécontentement pendant la période de l'édition 2001, de pouvoir tenir des cafés ou des guinguettes légères sur les berges. Au printemps 2002, une large information a été diffusée auprès de tous les cafés et brasseries, qui sont situés sur les quais hauts rive droite, entre le Pont neuf et le pont de Sully. Il leur a été proposé de tenir une guinguette pendant le temps de "Paris-plage". A l'époque, rien ne garantissait le succès que cette opération a connu. Il n'avait pas été demandé de concessions à titre onéreux à ces cafés. En dehors d'une cabine de plage en toile, de quelques tables et quelques chaises qui étaient mis à disposition, les gérants des cafés ont assumé tous les risques financiers en fournissant tout eux-mêmes et en mettant du personnel dans ces guinguettes, tous les jours entre 10 heures et 22 heures 30.
Au total, 4 gérants ou propriétaires se sont porté volontaires pour participer à l'opération. Finalement, l'un d'entre eux s'est retiré au dernier moment. Il a été proposé aux 3 volontaires restants, de tenir la quatrième guinguette. Nous allons tirer des enseignements de cette édition 2002, et en particulier de la fréquentation importante afin que, l'année prochaine, le nombre, le fonctionnement de ces guinguettes, les conditions d'attribution et de concession puissent être organisées sur la base de ces enseignements.
Une précision supplémentaire : nous avons refusé tout ce qui pourrait entraîner des souillures, notamment, l'écoulement d'eaux usées sur le site, dont les rejets auraient pollué la Seine.