Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

163 - QOC 2002-512 Question de M. Claude GOASGUEN et des membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" à M. le Maire de Paris sur l'exclusion du 16e arrondissement du Plan parisien pour la qualité de l'animation périscolaire

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"Suite à la présentation du Plan parisien pour la qualité de l'animation périscolaire, M. Claude GOASGUEN et les membres du groupe "Démocratie libérale et Indépendants" s'interrogent sur les raisons qui poussent la Municipalité à soustraire le 16e arrondissement (une fois de plus) du bénéfice de ces nouvelles orientations.
Que penser, en effet, de l'absence d'espaces premiers livres ?
Que penser des seuls trois sites retenus pour les ateliers découvertes et multisports du samedi matin ?
L'équipe municipale considère-t-elle une fois pour toutes que les enfants de cet arrondissement doivent être exclus de toutes les avancées pédagogiques ?"
Réponse (M. Eric FERRAND, adjoint) :
"La répartition des sites pour les ateliers découvertes et multi sports du samedi matin a été effectuée sur la base de l'ouverture de 100 sites sur tout Paris.
Le nombre de sites que chaque circonscription des Affaires scolaires devait ouvrir est proportionnel au nombre d'écoles élémentaires accueillant un centre de loisirs sans hébergement.
Les propositions d'ouverture ont été effectuées par les circonscriptions des Affaires scolaires selon certains critères, tel que : la qualité et la quantité des locaux mis à disposition, l'intérêt du directeur d'école pour les activités périscolaires.
Ainsi, le 16e comptant 9 centres de loisirs élémentaires, il a été proposé l'ouverture de 3 sites sur le 16e, en raison :
- du nombre d'écoles disposant des locaux permettant d'accueillir ces ateliers dans de bonnes conditions ;
- de l'intérêt du directeur d'école ;
- de la difficulté à recruter des animateurs spécialisés acceptant de travailler dans le 16e.
Bien entendu, les implantations seront éventuellement revues en cours d'année en fonction du nombre d'enfants inscrits sur chaque site.
Concernant les espaces premiers livres, la Ville a privilégié dans un premier temps les écoles situées en Z.E.P., et le 16e arrondissement n'en compte pas. Il est cependant prévu d'en ouvrir un ultérieurement dans cet arrondissement.
Le 16e arrondissement, comme tous les arrondissements de Paris, est donc bien concerné par le Plan qualité périscolaire mis en ?uvre à partir de cette année, grâce à la mobilisation de 10 millions d'euros supplémentaires pour renforcer les activités d'animation en faveur des enfants parisiens.
L'impatience de l'auteur de la question atteste que l'effort sans précédent de la Municipalité pour revaloriser le secteur de l'animation périscolaire correspond à une réelle attente des Parisiens."