Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

53 - 2002, DPA 421 - Approbation du principe de réalisation d'une piscine flottante sur barge sur la Seine dans l'Est parisien au port de la Gare (13e). - Approbation des modalités de passation d'un marché d'études et de réalisation selon la procédure d'appel d'offres sur performances et de 4 marchés de services relatifs à des missions de contrôle technique, de coordination en matière de sécurité et de protection de la santé des travailleurs, de coordination en matière de systèmes de sécurité incendie et d'assistance à maîtrise d'ouvrage, selon la procédure d'appel d'offres ouvert, pour la réalisation de cette opération. - Approbation des pièces administratives relatives aux modalités de passation des marchés précités. - Autorisation à M. le Maire de Paris de signer ledit marché d'études et de réalisation et des marchés de services et de passer tous les actes administratifs nécessaires à la réalisation de cette opération

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Nous passons au projet de délibération DPA 421 : approbation du principe de réalisation d'une piscine flottante sur la Seine dans l'Est parisien au port de la Gare du 13e arrondissement.
Je donne la parole à M. BLISKO.
M. Serge BLISKO, maire du 13e arrondissement. - Monsieur le Maire, dans ce climat troublé, je me lance à l'eau...
(Rires dans l'hémicycle).
Jusqu'à présent, la Seine a eu bien des fonctions. L'une d'elle était un peu passée de mode au début du XXe siècle, ce fut sa fonction de grand bassin d'entraînement sportif. Il ne nous restait plus qu'une piscine sur la Seine, la fameuse piscine Deligny qu'un jour de 1993 nous avons eu la tristesse de perdre à la suite d'un incendie.
Je suis particulièrement heureux en tant que Maire du 13e mais je dois dit aussi en tant que Parisien, de saluer l'effort réel de la Ville, de M. CHERKI et du Maire de Paris qui ont tenu à la fois à remettre en eau la piscine Deligny à l'ouest, et de mettre en route ce projet extraordinaire d'une nouvelle piscine sur Seine en barge flottante sur le nouveau quartier "Paris-Rive gauche" qui manquait un peu d'équipements sportifs.
Je suis donc ravi de voter ce premier projet de délibération technique mais néanmoins très important, puisque nous passons un marché bien évidemment un peu particulier, sur titres, auprès d'entreprises spécialisées dans la construction de piscine. Je vous rappelle que c'est un budget important et que cette piscine sera d'un genre tout à fait nouveau, révolutionnaire, puisque ce sera une piscine de plein air mais qui pourra fonctionner douze mois sur douze, avec un toit amovible. Elle sera disponible pour les Parisiens quels que soient les aléas de la météo.
Elle répond par ailleurs à une autre demande que nous avions déjà soulevée lors des états généraux de Paris qui avait eu lieu sous la mandature précédente, qui visait à différencier les équipements sportifs. A une époque, on nous demandait des équipements sportifs pour le sport, pour la performance, pour l'entraînement, pour la compétition, et en particulier des piscines du style de la piscine du 20e, piscines dont certaines sont homologuées pour la compétition. Bien évidemment au cours des vingt ou trente dernières années, a surgi une nouvelle demande, plus ludique, plus familiale : moins de piscines de compétition ou sportives, et plus de piscines de loisirs. Cette double demande est très contradictoire et entraîne d'ailleurs des tensions dans nos piscines actuelles puisque aux mêmes créneaux horaires nous avons à la fois des Parisiens qui veulent "piquer une tête" dans l'eau et des clubs, des associations, qui veulent perfectionner leurs adhérents dans les activités nautiques. Donc la quadrature du cercle était là. Comment faire pour qu'un faible nombre d'équipements sportifs - car je vous rappelle que c'est cher à construire et à entretenir - satisfasse à ces besoins en apparence contradictoires.
L'installation d'une piscine sur Seine correspond totalement à cette demande d'une piscine ludique et familiale et je dois dire que nous serons très attentifs aux délais de construction, au fait que cet ensemble s'intègre particulièrement dans le nouveau quartier à la fois au pied de la B.N.F. et en face du parc de Bercy. Je vous rappelle que ces deux lieux essentiels du développement de l'Est parisien seront reliés en même temps par une passerelle dont nous avons discuté au mois de juillet à notre dernier Conseil, qui va donner un jour tout à fait nouveau à ce quartier.
Je vous remercie, Monsieur le Maire-adjoint chargé des Sports, de cet effort et de votre intérêt pour ce projet.
(Applaudissements sur les bancs des groupes socialiste et radical de gauche, du Mouvement des citoyens, communiste et "Les Verts").
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Merci.
Pour répondre, je donne la parole à M. CHERKI.
M. Pascal CHERKI, adjoint, au nom de la 7e Commission. - Je vous remercie, Monsieur le Maire, pour ce concert de louanges : cela fait déjà au moins un heureux pour la piscine sur la Seine !
Comme vous l'avez rappelé, Monsieur le Maire, tout à fait justement, les raisons qui ont motivé la construction de cette première des deux piscines sur la Seine sont les suivantes :
- tout d'abord, premier élément, un constat général, le manque d'équipements nautiques à Paris. Nous savons très bien l'extrême difficulté que nous avons à pouvoir, à la fois pour des raisons de construction et en même temps de localisation des parcelles, multiplier ce genre d'équipements dans Paris et, de ce point de vue-là, c'est vrai que les berges de la Seine offrent un champ d'expérimentation utile.
C'est le premier élément.
- deuxième élément, ces équipements peuvent être aussi un lieu d'aménagement du quartier ou des quartiers auxquels ils s'adressent et c'est vrai que cette piscine sur la Seine, même si elle sera un élément d'attractivité fort de Paris (on voit bien, quand elle sera livrée, à partir de décembre 2005, toute l'amplitude nouvelle que pourra prendre une opération d'été comme "Paris-plage" avec la présence d'une piscine sur la Seine), vise aussi à satisfaire, au-delà de cette question, des besoins plus fondamentaux :
1°) La résorption du déficit en piscines, pour la satisfaction de la natation scolaire.
2°) Nous allons avoir dans ces deux Z.A.C. (le nouveau quartier de Bercy d'un côté et, de l'autre, la Z.A.C. de "Paris-Rive gauche") un afflux de population important (nous l'avons déjà) et il est nécessaire de prévoir un équipement nautique de manière à pouvoir satisfaire ces besoins. Notamment, dans le quartier de "Seine Rive gauche", où il y a plus de 30.000 étudiants qui vont être attendus dans les années à venir, je sais, Monsieur le Maire, votre préoccupation pour que ce quartier soit vivant, accueillant pour cette nouvelle population jeune qui va s'y implanter.
Le lieu retenu, après une étude d'implantation de site, est un lieu qui va permettre justement cette continuité entre les deux quartiers, puisqu'il sera situé quai François-Mauriac, à proximité de la passerelle qui sera elle-même livrée, je pense, fin 2005 également, de manière qu'il y ait continuité territoriale entre le quartier Bercy, son jardin, la passerelle, la piscine, la bibliothèque François Mitterrand et le quartier de "Seine Rive gauche".
Après, nous voulons, sur la conception du bâtiment lui-même et de la piscine, prendre en compte des aspirations nouvelles.
Dans les années 70, dans toute l'Ile-de-France, se sont construites, sous l'égide du Plan "piscines", un certain nombre de piscines qui étaient de grands rectangles carrés. On voit maintenant...
(Rires dans l'hémicycle).
... Excusez-moi ! De grands rectangles avec de l'eau dedans !
(Rires de l'hémicycle).
Vous avez raison... de grands rectangles.
Or, aujourd'hui, le rapport à la piscine a changé et les gens n'ont plus simplement la volonté d'aller se baigner mais aussi d'y passer un moment plus important. C'est pourquoi nous avons prévu d'y intégrer un hammam, un sauna, une cafétéria et un lieu de musculation fitness...
(Rires dans l'hémicycle).
... voilà, parce qu'aujourd'hui non seulement il y a une demande très importante pour la pratique, notamment, du fitness, mais en même temps nous nous rendons compte malheureusement que ceci ne peut se pratiquer que dans des salles privées, généralement à des tarifs assez élevés et il y a une problème de démocratisation de cette pratique. Donc, les piscines sur la Seine pourront aussi permettre la pratique de cette activité.
Enfin, dernier élément, nous voulons, en termes de qualité du bâtiment, prendre en compte l'ensemble des techniques les plus modernes. Je regrette que mes collègues "Verts" soient partis, parce que nous avons intégré pour la première fois dans une piscine la démarche Haute qualité environnementale, H.Q.E...
(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).
... comme quoi on peut être un écologiste conséquent sans être membre du groupe "Vert" et, si nous ne retenons pas les 14 critères de la démarche H.Q.E., nous retiendrons parmi les critères de la démarche Haute qualité environnementale ceux qui s'appliquent à la piscine.
Le dernier élément - c'est pourquoi nous vous proposons de faire ce marché construction-réalisation en une seule phase - c'est que la technicité de l'équipement nécessite la construction d'une barge. Donc, on a recours notamment à des chantiers navals et c'est pourquoi nous vous proposons cette forme tout à fait particulière de la conception-réalisation.
Là, ce que nous vous demandons, c'est d'approuver le principe de la réalisation de cette piscine et de pouvoir lancer la passation du marché d'étude, de manière à pouvoir désigner en juillet 2003 le groupement de conception-réalisation, que les travaux de construction de barge commencent en 2003 et que l'équipement soit livré en décembre 2005.
Je vous remercie.
(Applaudissements sur tous les bancs de l'Assemblée).
M. Christophe CARESCHE, adjoint, président. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DPA 421.
Qui est pour ?
Contre ?
Abstentions ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DPA 421).