Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Mai 2009
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  
Déliberation

Vœu relatif aux violences homophobes.

Déliberation/ Conseil municipal/ Mai 2009 [2009 V. 167]


 

Délibération affichée à l?Hôtel-de-Ville
et transmise au représentant de l?Etat le 28 mai 2009.
Reçue par le représentant de l?Etat le 28 mai 2009.

Le Conseil de Paris, siégeant en formation de Conseil municipal

Lundi 20 avril, trois hommes ont été agressés à proximité de notre mairie par une quinzaine de jeunes gens ; aux injures homophobes ont suivi les coups et les menaces, interrompus par l?arrivée inopinée de la police. Dans les dernières semaines, d?autres affaires impliquant des jeunes dans des agressions physiques envers des personnes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi, Trans) se sont multipliées partout en France. Ces passages à l?acte violents sont la partie émergée d?un iceberg d?insultes et d?injures homophobes qui sont en nette recrudescence dans l?espace public, particulièrement de la part des plus jeunes. De tels actes à l?encontre des personnes LGBT sont inacceptables et doivent donner lieu à une réponse forte et inflexible des pouvoirs publics. Nous saluons à cet égard la réaction des services de police du 3e Arrondissement qui ont été exemplaires dans l?accueil et l?accompagnement des victimes de cette agression.

Depuis de nombreuses années, la Mairie de Paris a fait de la lutte contre l?homophobie un axe fort de son action, notamment par le soutien qu?elle accorde aux associations qui aident les victimes et agissent pour faire évoluer les mentalités. La Mairie du 3e, en particulier, s?inscrit fortement dans ce combat par un travail régulier avec les associations du Centre LGBT, qui depuis un an occupe grâce à la Ville de nouveaux locaux rue Beaubourg, ainsi qu?en relayant des actions de sensibilisation en direction des plus jeunes.

Mais tous les efforts déployés en ce sens se heurtent à deux écueils importants.

Le premier est la quasi-impunité dont bénéficient les auteurs de violence homophobe. Les agressions homophobes, au même titre que les agressions racistes, antisémites, sexistes ou transphobes, doivent systématiquement être dénoncées et sanctionnées. Or certaines victimes, parce qu?elles vivent leur homosexualité dans le secret, ou qu?elles ne connaissent pas leurs droits, qu?elles craignent l?accueil de la police et s?attendent au mieux à une sanction dérisoire, renoncent à porter plainte.

Le deuxième écueil est la faiblesse de la lutte contre l?homophobie à l?école. Or, si la lutte contre l?homophobie est bien annoncée comme une priorité par la circulaire de rentrée 2008/2009 du Ministère de l?Education nationale, le matériel pédagogique qui devait en traiter n?est toujours pas distribué dans les lycées, qui bien souvent ne font aucune action sur ce sujet.

C?est pourquoi sur proposition de Gauthier CARON-THIBAULT et des élus du groupe socialiste, radical de gauche et apparentés, le Conseil de Paris,

Emet le v?u :

Que le Maire de Paris intervienne auprès des autorités concernées, d?une part pour obtenir du Préfet de Police des précisions sur ce qui a été entrepris dans l?ensemble des commissariats pour améliorer l?accueil des victimes de violences homophobes et en poursuivre activement et systématiquement les auteurs ; d?autre part pour demander au rectorat d?Académie que des actions concrètes soient entreprises dès le collège pour sensibiliser les élèves au respect de l?autre, en général, et à la lutte contre l?homophobie, en particulier.