Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

209 - VI - Questions du groupe communiste.QOC 2002-574 Question de Mme Nicole BORVO et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris à propos des différentes formations des personnels et des élus sur les réseaux numériques

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"Le développement des utilisations techniques et politiques des technologies de l'information et de la communication connaît une forte accélération depuis 18 mois. Ouverture des sites des mairies d'arrondissement, du portail jeunesse, projet de refonte du site parisien, du portail entreprise et du portail associatif, plan d'ouverture des Espaces publics numériques, développement des téléprocédures, projet de réseau public à haut débit... Le lien entre le service public municipal et les Parisiennes et les Parisiens passent de plus en plus par les technologies et les réseaux numériques.
Dans ce contexte, l'écart de formation entre les personnels et les administrés devient problématique. Les postes de guichet administratifs sont tenus par des personnels parfois moins informés et formés aux contenus et procédures en ligne que les Parisiennes et les Parisiens. Entre les personnels d'une même mairie, entre les arrondissements et la Mairie de Paris, entre les élus eux-mêmes, les écarts entraînent des approches différentes, des pratiques inégales, des discours parfois contradictoires.
L'ampleur des enjeux nécessite certainement une réflexion en profondeur sur le renouvellement du Schéma directeur de formation, en direction des élus comme des personnels. Ce schéma de formation devrait s'assurer de son indépendance technique et pédagogique des choix des grands éditeurs privés de logiciels, dont Paris essaye précisément de s'émanciper par l'ouverture aux logiciels sous licence libre.
A propos du logiciel libre, le groupe communiste se félicite du passage sous une licence de type free-BSD du logiciel provisoirement appelé "Lutece" ayant été développé par la D.S.T.I., pour le compte des mairies d'arrondissement.
En respectant ainsi les prescriptions publiques de mise dans le patrimoine commun de ce qui a été payé par la collectivité, Paris démontre également la capacité du service public informatique à produire des outils d'excellence capable d'égaler et de dépasser les logiciels propriétaires.
Paris doit trouver sa place de ville numérique parmi les grandes capitales européennes, en faisant la démonstration de sa compréhension des enjeux et des atouts des T.I.C. En aucun cas, l'évolution technique et pratique profonde que cela nécessite ne sera facilitée par l'inféodation aux grands groupes privés, quand bien même ils seraient "l'opérateur historique" ou le "leader sur le marché des logiciels privés".
Mme Nicole BORVO et les membres du groupe communiste demandent donc à M. le Maire de Paris les intentions de la Ville en matière de renouvellement du plan de formation aux techniques et réseaux numériques."
Réponse (Mme Danièle AUFFRAY, adjointe) :
"Je remercie les intervenants pour l'accent mis sur notre initiative de logiciel libre. Une délibération est passée à son sujet à cette session du Conseil de Paris.
Ils soulignent à juste titre l'effort sans précédent réalisé par la nouvelle Municipalité en direction des technologies de l'information et de la communication, soulignant que le lien entre le service public municipal et les Parisiens passe de plus en plus par ces technologies nouvelles.
Il va sans dire que le plan de formation des personnels se doit de traduire l'importance qui est aujourd'hui celle de ces nouvelles technologies.
A ce titre, la Ville a fait un effort conséquent en offrant aux personnels, au-delà des formations classiques à l'utilisation des logiciels bureautiques, des formations centrées sur les nouvelles technologies en place à la Ville (messagerie, Internet, Intranet).
Au cours de la période 2000-2002, près de 10.000 agents ont suivi une formation informatique organisée par la D.R.H. au cours de près de 2.000 sessions de formation (outils bureautique, Internet, Intranet).
De nombreuses actions de formation, intéressant à la fois l'utilisation des outils bureautiques et des logiciels spécialisés (retouche d'image, conception graphique...) sont également organisées directement par les directions au bénéfice de leurs agents.
Ainsi, une action particulière a été engagée en direction des webmestres des mairies d'arrondissement formés à l'utilisation de l'outil portail des mairies d'arrondissement, ainsi qu'au logiciel de retouche d'image. En outre, les informaticiens de la Ville concernés, bénéficient d'ores et déjà de formation sur logiciel libre.
S'agissant plus particulièrement de la formation des élus parisiens, il m'est possible de vous préciser que chaque élu dispose d'un droit individuel à la formation, pris en charge par la Ville de Paris, incluant notamment le champ des nouvelles technologies.
Le programme de formation des élus au titre de l'exercice 2003, conformément aux nouvelles dispositions de la loi du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, fera l'objet d'un prochain débat devant notre Assemblée, après concertation préalable, visant à définir les grandes orientations en matière de formations des élus au cours de leurs mandats. Ce programme devrait comporter un volet formation sur la thématique des nouvelles technologies de l'information et de la communication.
Par ailleurs, des initiatives ponctuelles sont engagées en direction des élus. Ainsi, le 11 octobre prochain, une réunion d'information sur les nouvelles technologies de l'information et de la communication se tiendra à l'Hôtel de Ville de Paris. Elle permettra aux Conseillers de Paris de se familiariser avec les possibilités offertes par ces techniques et d'évaluer les enjeux de leur mise en ?uvre en termes, tant de processus de modernisation de l'administration municipale que de nouvelles pratiques et relations avec les Parisiennes et les Parisiens."