Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

216 - QOC 2002-581 Question de M. Jacques DAGUENET et des membres du groupe communiste à M. le Maire de Paris concernant l'expulsion d'artistes plasticiens passage Turquetil (11e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"De nouvelles menaces d'expulsion d'artistes-plasticiens passage Turquetil dans le 11e et la situation délicate d'une cinquantaine d'ateliers vendus à un marchand de biens 37, bis rue de Montreuil, toujours dans le 1le, reposent dramatiquement la question de la place des artistes-plasticiens à Paris.
Des renouvellements de baux avec de fortes hausses, des expulsions au moindre retard de loyer (une seule échéance de retard permet de demander l'expulsion dans le cadre des baux commerciaux que nombre d'artistes ont dû se résoudre à accepter pour trouver un espace dans Paris) ont contribué, depuis une quinzaine d'années plus particulièrement, à chasser les artistes de la Capitale.
Cette situation est d'autant plus grave quand on sait à quel point le dynamisme et le brassage culturel des grandes villes est nécessaire à la création contemporaine.
C'est pourquoi, tout en prenant en compte les efforts déjà effectués par la nouvelle majorité municipale, M. Jacques DAGUENET et les membres du groupe communiste souhaitent connaître les actions envisagées notamment en matière de locaux afin de mettre de nouveaux lieux à la disposition des artistes plasticiens et de les soustraire ainsi à la loi du marché de l'immobilier.
Il paraît en effet opportun d'élargir l'offre de lieux en adaptant, par exemple, des friches urbaines et autres bâtiments déclassés quitte à proposer des baux précaires. Cette solution, parmi d'autres, pourrait répondre notamment aux attentes des artistes les plus jeunes, dont un certain nombre sont aujourd'hui amenés à recourir aux squats.
Aussi, M. Jacques DAGUENET et les membres du groupe communiste demandent à M. le Maire de Paris ou en est l'état d'avancement de l'étude lancée par la Ville ainsi que celle confiée à l'A.P.U.R.
L'annonce de ces études a été communiquée au Conseil de Paris de janvier 2002 en réponse à la question orale déposée par le groupe communiste lors de cette séance."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"Nous sommes très sensibles aux difficultés rencontrées par les artistes. La réalisation d'ateliers est un engagement de la mandature. Il est en effet nécessaire de proposer des espaces appropriés à la création artistique, le nombre des demandeurs étant de plus en plus important.
En ce sens, j'ai organisé avec Jean-Yves MANO, adjoint au Maire chargé du Logement, durant deux journées (les 26 novembre 2001 et 20 février 2002), un forum de réflexion sur le thème : "quels ateliers à Paris pour les artistes ?".
Ce forum nous a donné l'occasion de consulter des artistes et collectifs d'artistes, des syndicats d'artistes, les représentants des bailleurs sociaux, des représentants de l'Etat et de la Région impliqués dans cette réflexion.
Ces journées ont mis en évidence la diversité des situations des artistes, tant en regard de leur pratique artistique que de leur situation financière.
A la suite de ce forum, nous avons demandé aux services de la Ville d'organiser le recensement des locaux vacants en pieds d'immeubles et autres locaux susceptibles d'être reconvertis en ateliers d'artistes à loyers modérés.
Parallèlement, nous avons mis en place une réflexion sur les différents modes d'occupation des ateliers (collectif ou individuel, avec ou sans logement) et sur les besoins spécifiques de telle ou telle catégorie d'artistes en fonction de sa pratique qu'ils soient musiciens, plasticiens ou sculpteurs...
Cette étude montre la nécessité de diversifier l'offre existante, réduite actuellement à la formule de l'atelier-logement.
La Direction des Affaires juridiques, la Direction du Logement et de l'Habitat et la Direction des Affaires culturelles procèdent à l'élaboration du cadre juridique dans lequel cette offre nouvelle de locaux prendrait place.
Nous nous engageons à la réalisation d'ateliers dès 2003 en tenant compte des arbitrages budgétaires qui interviendront prochainement.
Ces mesures doivent contribuer à renforcer le rôle de Paris en tant que centre de création vivant et diversifié."