Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
> Type de document (Débat / Délibération)  

142 - QOC 2002-601 Question de Mme Roxane DECORTE et des membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" à M. le Maire de Paris à propos des travaux réalisés au bas de l'immeuble, 80, rue Riquet (18e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"Mme Roxane DECORTE et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent attirer l'attention de M. le Maire de Paris sur l'inquiétude des riverains du 80, rue Riquet, situé dans le 18e arrondissement. En effet, de nombreux travaux ont eu lieu et ont encore lieu au bas de l'immeuble du 80, rue Riquet sans qu'aucun panneau n'indique les raisons de ces travaux.
Mme Roxane DECORTE et les membres du groupe "Rassemblement pour la République et apparentés" souhaitent savoir si une autorisation de travaux a été déposée et quelle est la future destination de ce local."
Réponse (M. Jean-Yves MANO, adjoint) :
"Le 80, rue Riquet - 59, rue Pajol (18e), est un immeuble d'angle à usage d'habitation et de commerce appartenant à l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (A.P.-H.P.). La dernière autorisation d'urbanisme prise pour cette adresse est une autorisation de ravalement du 30 novembre 1994, au bénéfice de l'A.P.-H.P.
L'établissement public de santé a indiqué qu'il avait autorisé, sous réserve d'obtention des autorisations administratives nécessaires, une personne titulaire d'un bail commercial de septembre 2000, à refaire des travaux dans un local commercial au pied de l'immeuble pour un usage de restaurant (pizzeria).
Une enquête a été initiée sur place, le 12 septembre 2002, par les services municipaux. Il a été constaté la réalisation de travaux de modification d'aspect extérieur du local en cause, situé côté rue Pajol avec retour sur la rue Riquet. Ces travaux consistent en la pose de rideaux métalliques derrière lesquels les fenêtres auraient été changées, ainsi que la mise en peinture de la façade dudit local. L'exploitant du commerce a été contacté aux fins d'examen de la situation, dans le cadre de la poursuite de l'enquête."