Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

219 - QOC 2002-622 Question de M. Gilles ALAYRAC et des membres du groupe socialiste et radical de gauche à M. le Maire de Paris concernant l'opération "Nuit blanche"

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Libellé de la question :
"Le 6 octobre, la Mairie de Paris organise la première opération "Nuit blanche" au cours de laquelle un certain nombre de lieux culturels sera ouvert. Des concerts, des visites, des expositions seront accessibles toute la nuit.
Afin d'inciter les habitants de Paris et de la Région, mais aussi les visiteurs que M. Gilles ALAYRAC souhaite nombreux, un dispositif particulier en matière de déplacements doit être mis en place. Un système de locations de vélos semble avoir été envisagé. L'Exécutif municipal peut-il apporter des précisions sur cet aspect ?
Par ailleurs, il importe de laisser ouvert le métro toute la nuit afin de permettre au public de se déplacer en toute sécurité sans embouteiller les rues de la Capitale. Mais, il a été annoncé que la R.A.T.P. n'envisageait de laisser en fonction que deux lignes seulement.
Ceci semble bien insuffisant au regard de ce qui est espéré en terme d'affluence au cours de cette "Nuit blanche".
M. Gilles ALAYRAC et les membres du groupe socialiste et radical de gauche souhaitent donc savoir quel dispositif de transports en commun sera mis en place en espérant qu'un effort conséquent soit réalisé par la R.A.T.P. en matière de métros et de bus pour cet événement exceptionnel."
Réponse (M. Christophe GIRARD, adjoint) :
"Avec un parcours artistique nocturne élaboré par ATC International et Jean Blaise, créateur d'évènements urbains et concepteur de cette nuit culturelle, "Nuit blanche" se veut une nuit pour tous, variée, festive, propice à la rencontre, à l'émotion, et à la découverte insolite : elle se déroulera dans 35 lieux parisiens, et proposera presque autant d'évènements et d'ouvertures de lieux publics et privés qui les accompagnent en marge de ce parcours.
Afin de convier le plus largement possible les habitants de Paris et de sa région, un dispositif particulier en matière de déplacements a été mis en place par la R.A.T.P.
Par convention avec la Ville, la R.A.T.P. s'engage à renforcer le réseau Noctambus existant, à raison de 20 bus supplémentaires, soit un bus tous les quart d'heure, pour la nuit du 5 au 6 octobre. Cette convention est soumise au présent Conseil de Paris.
La R.A.T.P. mettra en oeuvre une ligne de bus "Nuit Blanche" spécifique et gratuite, entre 1 heure et 6 heures du matin, le 6 octobre.
Le parcours de cette navette, définie en collaboration entre la R.A.T.P., la Ville de Paris et ATC International, devrait suivre un trajet allant du métro Anvers au quai Panhard-et-Levassor.
Il s'effectue dans les deux sens et desservira une grande partie des sites concernés par l'opération, notamment la piscine Pontoise, le Museum d'histoire naturelle et la bibliothèque Buffon, la Sorbonne, le 186, quai de Valmy, le siège de la Fédération communiste de Paris, la rue Oberkampf, la SUDAC, l'école Estienne, l'Hôtel de Marne, le Plateau et l'ancien site des Pompes funèbres du 5, rue Curial.
L'intervalle entre deux navettes ne doit pas excéder 10 minutes, sachant que le R.A.T.P. met en oeuvre 18 bus. Un accompagnateur pour chaque navette est par ailleurs mis en place par ATC International.
Enfin, le funiculaire de Montmartre, qui accueille une intervention artistique particulière, reste en circulation pendant toute la durée de l'opération.
Un système de location de vélos, un temps envisagé avec la R.A.T.P. pour la durée de la nuit, n'a finalement pas pu être retenu, du fait des problèmes qu'engendraient les dépôts de caution. La location aux tarifs en vigueur reste bien évidemment possible dans la journée du 5 octobre qui précède la "Nuit blanche".
Le métro n'ayant jamais été ouvert toute la nuit, des projets d'ouverture exceptionnelle sont actuellement en cours à la R.A.T.P. concernant des fêtes d'envergure nationale comme le 14 juillet et le 31 décembre. De telles ouvertures demandent par ailleurs un lourd financement du Syndicat des Transports d'Ile-de-France.
Par ailleurs, cette ouverture en continu du métro parisien s'avérait moins intéressante que la multiplication des bus, ceux-ci permettant à tous les participants de "Nuit blanche" de profiter de l'illumination nocturne de 276 monuments."