Précisez votre recherche (les choix sont cumulatifs) :
> PAR ANNÉE  
Septembre 2002
> PAR TYPE DE CONSEIL (MUNICIPAL / GÉNÉRAL)  
Conseil Municipal
> Type de document (Débat / Délibération)  

75 - 2002, DLH 182 - Déclaration d'état d'abandon de la parcelle située 2, rue Viala, 54 bis, rue du Docteur-Finlay et 58, boulevard de Grenelle (15e)

Débat/ Conseil municipal/ Septembre 2002


Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Maintenant, mes chers collègues, nous passons au projet de délibération DLH 182 relatif à une déclaration d'état d'abandon de la parcelle située 2, rue Viala, 54 bis, rue du Docteur-Finlay et 58, boulevard de Grenelle dans le 15e.
Je donne la parole à M. Gilles ALAYRAC.
M. Gilles ALAYRAC. - Merci, Madame la Maire.
Les élus socialistes et radicaux de gauche du Conseil de Paris du Conseil du 15e arrondissement sont particulièrement satisfaits de pouvoir adopter le projet de délibération qui déclare en état d'abandon une parcelle située à l'angle des rues Viala, du Docteur-Finlay et boulevard de Grenelle dans ce 15e arrondissement.
Depuis plus de sept ans ce bâtiment totalement muré constitue une sorte d'épave dans un endroit particulièrement visible, situé au pied du métro aérien. Ce navire abandonné, tout peinturluré est devenu un terrain de libre expression, il est recouvert de graffitis et d'affiches politiques, et constitue hélas un défi aux règles de l'esthétisme urbain.
Je souhaite donc que la déclaration de parcelle en état d'abandon manifeste aboutisse et que la Ville de Paris puisse engager l'expropriation pour une destination qui me semble évidente, quand on sait que cette partie du 15e arrondissement est pauvre en logement social.
Je veux me féliciter du volontarisme de la Ville qui prend des initiatives en matière d'immeubles abandonnés. A cet égard, je l'invite vivement à s'intéresser à deux autres immeubles également murés dans le même arrondissement, qui suscitent depuis de longues années des questionnements et même des indignations de la part de la population.
Est-il normal que des propriétaires négligents, hermétiques, imposent à nos quartiers ces façades laides, lépreuses, murées des années durant alors que le logement est un bien rare ?
Je vous propose donc, Madame la Maire, de vous pencher sur la situation d'abord de l'immeuble du 76, rue Fondary qui est une ancienne fermette du XIXe, un temps squattée, aujourd'hui abandonnée. Je n'omettrai pas le célèbre immeuble de plusieurs étages situé aux angles des rues de la Convention et de la Croix-Nivert dont le propriétaire nargue la Ville en refusant, depuis semble-t-il plus de trente ans, de le réhabiliter et qui constituerait à mon sens une acquisition de grand intérêt pour notre Commune.
Nous vous encourageons donc, Madame la Maire, à agir.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Merci, Monsieur ALAYRAC.
M. Jean-Yves MANO, vous avez la parole.
M. Jean-Yves MANO, adjoint, au nom de la 8e Commission. - Oui, Monsieur ALAYRAC, tous les sujets que vous venez d'aborder sont connus de la Municipalité. Je peux vous dire que notamment sur le dernier cas que vous nous signalez, très régulièrement des actions sont engagées vis-à-vis des propriétaires pour le faire évoluer dans ses positions.
Nous avons manifesté à son égard le souhait d'acquérir son immeuble. Nous avons toujours un rejet de nos propositions et chaque fois que nous le contraignons à quelques travaux, il a quelques déclarations d'intention de faire ce qui bloque toute évolution possible.
Ce dossier est suivi régulièrement et nous souhaitons qu'il débouche un jour ou l'autre.
Quant au projet de délibération qui nous est proposé, c'est bien pour faire accélérer la transformation en logement social qui est prévue sur cette emprise que nous avons pris cette décision et pour contraindre la société "Exon", propriétaire des lieux, de bien vouloir aller au bout des accords potentiels qui sont en train de se nouer avec un bailleur social.
Mme Anne HIDALGO, première adjointe, présidente. - Je mets aux voix, à main levée, le projet de délibération DLH 182.
Qui est pour ?
Qui est contre ?
Qui s'abstient ?
Le projet de délibération est adopté. (2002, DLH 182).